Ibtissama

L’association pour les personnes aux besoins spécifiques des aïth-Ouarthilane (Sétif) : «Ibtissama» redonne le sourire aux enfants handicapés !

C’est une journée pas comme les autres que celle organisée, avanthier, par l’association «Ibtissama» pour les personnes aux besoins spécifiques, dans la région des Aïth- Ouarthilane, qui relève de la wilaya de Sétif et distante de 250 km d’Alger. Il s’agissait de célébrer la Journée nationale des personnes handicapées qui coïncide avec le 14 mars de chaque année. Pas seulement… Outre le fait d’observer une halte symbolique pour marquer cette date, que l’on sait, dédiée aux personnes aux besoins spécifiques, l’occasion fut celle de célébrer le dixième anniversaire de la création de cette association. Une association qui voue toute son énergie au service de cette catégorie sensible de la société. Au menu du programmé, peaufiné à cet effet, une panoplie d’activités s’articulant autour de la prise en charge des enfants trisomiques, autistes, ainsi que les personnes présentant un handicap psychomoteur. Ces activités ont été abritées par le Centre psycho-pédagogique de Beni-Ouarthilane, situé au centre de la daïra portant le même nom. Un joyau architectural, dont le projet a été réalisé grâce aux financements de bienfaiteurs, parmi des entrepreneurs, des particuliers et autres âmes caritatives. Épris par le sentiment de charité et convaincus des valeurs humanitaires, des donateurs ont prêté main forte à l’action de solidarité de cette association. Autrement dit, un élan pour le moins salutaire, aussi bien à ces personnes présentant diverses formes de déficiences mentales et psychomotrices, que leurs familles, pour lesquelles, la prise en charge n’est pas une tâche de tout repos, et fait souvent défaut. Le centre a ouvert ses portes et inauguré un certain 15 décembre 2012, en présence des autorités officielles, dont un ex-ministre de la Solidarité nationale et de la Famille et un ex-wali de Sétif. D’ailleurs, et comme l’a souligné le président de l’Association «Ibtissama» (Sourire, ndlr), Djamel- Eddine Chelghoum, dans son discours d’ouverture de la cérémonie, l’État n’a pas manqué d’encourager le projet, pour n’en citer que l’actuel ministre de l’Intérieur, Noureddine Bedoui, qu’il a salué en la circonstance. L’infrastructure dispose des salles de classe, ateliers, salle de sport, piscine, un bloc d’hébergement ainsi qu’un foyer de restauration. Autant de commodités qui permettent aux pensionnaires de suivre une scolarité ordinaire, une formation, ainsi qu’un programme de détente et de loisir. Car, pour l’association «personne n’est inutile et chacun à sa place dans ce monde». Ou encore «Le handicap, une affaire de tous», une devise qui tend à redonner à l’enfant handicapé la confiance en soi pour qu’il puisse croire, au fond de lui-même, qu’il représente tout aussi une personne ordinaire dans son environnement. Occasion également de rendre hommage à tous les citoyens lambda et autres personnes bienfaitrices qui n’ont pas hésité à accompagner cet élan de solidarité, entamé depuis que cette association a été mise sur pied en 2007. Des dizaines de familles, des personnes de différents âges, des enfants présentant des handicaps, des personnalités du monde culturel et sportif, des élus et représentants locaux de l’administration ont assisté à l’événement. Lequel, était rehaussé par la présence, pour n’en citer que Lakhdar Berriche (journaliste algérien), Toufik Makhloufi (sacré champion olympique), Bahia Rachedi (actrice de cinéma), et d’ex-star du football national, à l’image de Mustapha Kouici et Ali Bencheikh. L’ouverture des festivités a été donnée par Djamel- Eddine Chelghoum, qui a retracé la genèse de cette association, ses réalisations ainsi que ses activités qui visent, somme toute, à redonner le sourire aux enfants atteints par des déficiences mentales et psychomotrices. C’est le cas de le souligner, puisque la visite guidée et menée par les organisateurs, à travers les classes de cours de l’établissement, a permis aux enfants trisomiques, autistes et leurs compères de prendre contact avec leurs idoles. Ainsi, Berriche, Makhloufi et Rachedi, se sont montrés disponibles, mais surtout affectifs, à l’adresse de ces enfants, touchés par ces moments qui marqueront sans doute leur vie d’innocents. Les fans et leurs fétiches se sont donné à coeur joie à une partie de photo au moment où les enfants ont fait éclater leur génie. Tantôt pour exposer les travaux manuels qu’ils ont réalisés et tantôt pour présenter une chanson qu’ils ont apprise au courant de leur cursus éducatif, les chérubins ont fait preuve de beaucoup de talents et de savoir-faire. Ceci, sans oublier la prestation de haute facture d’une chorale, suivie d’un flot d’applaudissements venant de l’assistance.

Un nouveau centre spécialisé pour personnes à handicap lourd
Il faut dire que l’objectif de cette association va, non seulement dans le sens de la prise en charge psychopédagogique des personnes autistes, trisomiques et psychomotrices, mais, aussi, à les accompagner jusqu’à l’âge de 18 ans, pour leur assurer, en suite, une formation qui leur permettra de mieux s’insérer dans le milieu socioprofessionnel. Tel est d’ailleurs l’autre défi, tout aussi relevé, du staff de «Ibtissama». En effet, un nouveau centre spécialisé dans la prise en charge des personnes à handicap lourd, âgées de 18 ans et plus, a été inauguré, en présence des invités de marque, des cadres de l’Association et du chef de la daïra de Beni- Ouarthilane. En parallèle, une visite devait être organisée au profit des hôtes de l’Association au niveau de la ferme pédagogique, où l’on dispense des formations au profit des personnes qui ne peuvent avoir accès dans la sphère professionnelle et de l’emploi. Le ferme dispose de formations en élevage cunicole (lapins), caprin (chèvres) et avicole (poules), ainsi que les cultures maraîchères. Il s’agit par là de promouvoir l’insertion socioprofessionnelle des personnes aux besoins spécifiques, d’encourager l’investissement agricole, ainsi que la valorisation et la commercialisation des produits de la ferme, entre autres objectifs visés. Au plan psychologique, ces activités permettent aux personnes présentant un handicap de nouer le contact avec les animaux et de développer en outre leur intégration dans leur environnement immédiat. Au courant des prises de parole, les hôtes des Aïth-Ouathilane ont tenu à formuler leurs sentiments immédiats et renouvelé en conséquence leur soutien à ce genre d’initiatives, qui, pour le moins que l’on puisse dire, sont à même de répondre aux aspirations des personnes présentant un handicap. Au milieu de cette journée, qui restera gravée dans la mémoire collective des Aïth-Ouarthilane, un déjeuner, consistant en un couscous, a été offert aux convives, alors que la cérémonie a été clôturée par une animation artistique.

Farid Guellil