cybersécurité

L’ANP s’intéresse de pèrs à la thématique : La cybersécurité en débat

La cyberattaque sans précédent qui a frappé, vendredi dernier, des installations stratégiques et économiques, dans au moins 150 pays, a brisé le fantasme d’une sécurité électronique efficiente, et a révélé la nécessité de prendre ces nouvelles menaces avec attention et plus de sérieux. Même si l’Algérie a été épargnée, cette cyber- attaque suscite les appréhensions chez les experts informatiques quant à la fragilité du système de protection électronique du pays, en attirant l’attention sur le fait que cela devrait être compris comme «un signal d’alarme». Et alors que plusieurs pays ont commencé à considérer le cyberspace comme un moyen de défense stratégique à côté des autres secteurs traditionnels, comme les frontières physiques et l’espace aérien. Qu’en est-il aujourd’hui de l’Algérie ? Dans ce contexte international, un premier séminaire sur la cybersécurité et le cyberdéfense a ouvert ses portes, hier à Alger, en présence de plusieurs ministres, officiers généraux et cadres de l’Armée nationale populaire (ANP), enseignant universitaires et spécialistes dans le domaine. Abrité par le Cercle national de l’Armée de Béni-Messous, cette rencontre, organisée par l’ANP, a eu pour thème : «La Cyberdéfense: composante indispensable pour la sécurité et la défense nationale». Procédant à l’ouverture des travaux de ce séminaire de deux jours, le général major Zerrad Cherif, chef du Département emploi et préparation, a insisté, dans son allocution d’ouverture, au nom du général major de corps d’armée, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’ANP, Gaïd-Salah, sur l’importance de ce séminaire vu les développements inquiétants dans le cyberspace mondial. Selon le haut gradé de l’Armée, l’organisation de cette rencontre militaro-scientifique a pour but de «créer un espace de débat entre les différents acteurs du cyberspace sur le plan national». Face aux exploits réalisés par l’ANP sur le terrain, par les moyens conventionnels, les groupes terroristes n’hésitent pas, devant leurs forfaits, de recourir à la technologie et des attaques aux virus informatiques pour nuire à des cibles données. S’ajoutant à cela, l’utilisation par les groupes djihadistes de l’Internet et des réseaux sociaux comme moyen pour faire apologie au terrorisme et semer la propagande extrémiste. Un moyen technologique aussi qui leur sert d’espace pour le recrutement des éléments susceptibles de répondre à leur idéologie violente. Ces nouveaux défis en appellent à l’ANP à l’effet de suivre une préparation spéciale pour, justement, «mieux assimiler les enjeux de la cybersécurité, améliorer et enrichir les connaissances dans le domaine de la prévention et la lutte contre les cybersmenaces, ainsi que la détermination de leur impact sur la sécurité nationale», a fait savoir Zerrad Chérif. Pour revenir à la cyberattaque de vendredi dernier, plus de 200 000 victimes, essentiellement des entreprises économiques et des institutions stratégiques, notamment des sociétés de télécommunications et le système des hôpitaux britanniques, ont été signalées. Face à cette agression électronique lancée à grande échelle, des experts mettent en garde contre «un cyberchaos» se produisant après le démarrage de plusieurs ordinateurs affecté par le virus à l’origine de cette attaque. Pour contrer d’éventuels scénarios dans le pays, la nécessité de prévenir et d’avoir une vision concrète sur les cybermenaces figurent aussi parmi les thèmes à aborder à travers conférences et ateliers pratiques, prévus par ce séminaire. Une rencontre qui constitue aussi une occasion pour les participants, notamment des spécialistes militaires et civils dans le domaine de la cybersécurité et la cyberdéfense, d’échanger leurs expériences et connaissances et de discuter des nouveautés et développements dans ce domaine. Ce séminaire aura également à traiter des sujets en rapport avec la cybersécurité et la cyberdéfense comme étant un enjeu de la sécurité et de la défense, nationales, de la protection des infrastructures sensibles contre les cyberattaques, ainsi que les législations relatives au cyberspace. Des recommandations seront tirées à l’issue de ce séminaire dans le domaine du renforcement de la stratégie nationale en termes de lutte contre les cybers menaces.
Hamid Mecheri