Vacances en Tunisie

L’ambassadeur tunisien dément la vague d’agressions visant nos ressortisants : «Les Algériens ne sont pas ciblés et sont chez eux, en Tunisie !»

L’ambassadeur tunisien en Algérie, Abdelmadjid El- Ferchichi, a démenti les informations faisant état d’une vague d’agressions sans précédents visant les ressortissants algériens en vacances en Tunisie. Dans une déclaration livrée, hier à «Kapitalis», il précise que «ce sont les médias à scandale qui font étalage de cette prétendue vague d’agressions, en s’appuyant sur les rumeurs colportées sur les réseaux sociaux, spécialement sur Facebook.»

Pour Ferchichi, il y a eu certes quelques escarmouches entre Tunisiens et Algériens, quelques larcins aussi, des bagarres mais c’est, pour lui, communs en cette période estivale, mais il ne s’agit pas d’une campagne visant les Algériens, loin s’en faut. Des touristes ont été volés, et il ne s’agit pas spécialement d’Algériens. Le vol de touristes est commun, hélas, en pays à gros flux touristiques, mais rien de très grave en fin de compte, si la police fait son travail. «Les Algériens ne sont pas des touristes, ni des visiteurs comme tant d’autres, mais des «enfants de la maison» et sont chez eux en Tunisie, rien ne saurait détourner les Tunisiens de l’amitié qu’ils portent aux Algériens, leurs principaux visiteurs en ces périodes de grosses chaleurs», précise l’ambassadeur, qui ajoute que « les statistiques estiment que le flux des Algériens, en Tunisie cette année, pourrait être évalué entre 2,5 et 3 millions de visiteurs», ce qui renseigne, pour Ferchichi, de l’accueil réservé aux Algériens, et la satisfaction de ceux-ci de se retrouver en Tunisie».
Des informations avaient fait état d’agressions contre des touristes algériens en Tunisie. Depuis le décès obscur de Ghilas Fekrache, porté disparu depuis le 11 juillet, et dont le corps a été identifié, le 2 août à l’hôpital de Beja, plusieurs cas de vols ont été signalés par des Algériens et relayés par Facebook.
La Tunisie, gravement confrontée à un reflux des touristes depuis l’attentat de Sousse, observe avec satisfaction les rangs des Algériens grossir dans ses villes principales, synonyme de rentrées d’argent en cette période de disette.
La Tunisie demeure, pour la sixième année consécutive, la destination préférée des Algériens, pour sa proximité, les facilitations d’accès par voie terrestre, la langue, la culture et la religion communes et partagées, mais aussi par son coût, son libéralisme et ses plages.
Par exemple, des séjours d’une semaine dans un hôtel 3 étoiles en demi-pension à des prix variant entre 60 000 et 70 000 DA. Les postes frontaliers permettent l’accès par route, ce qui fait gagner du temps, de l’argent et de la villégiature pour les Algériens ayant choisi la Tunisie pour leurs vacances.
F. O.