Bac

L’absentéisme bat son plein depuis le début des épreuves : Pour un Bac spécial, c’en est vraiment un !

La session spéciale du Baccalauréat entamée, jeudi, semble être un échec essuyé par le secteur de l’Éducation nationale. Pour les syndicats autonomes, en tout cas, cette session «imposée» est un «véritable fiasco».

Nombreuses sont les raisons qui poussent les syndicalistes à qualifier ainsi ces examens spéciaux du Bac. Pour le secrétaire général du Syndicat autonome des travailleurs de l’éducation et de la formation (SATEF), Boualem Amoura, l’échec est principalement dû au taux très élevé d’absence des candidats concernés. Ceci intervient, a-t-il dit, au moment ou le ministère de l’Education nationale a mobilisé des enseignants sensés être en vacances ainsi que des moyens matériels importants. «On a eu affaire même à des salles vides et ce fiasco a été prédit», a déclaré Amoura estimant que malgré toutes les dispositions mises en place les candidats n’ont pas su saisir leur chance. «Cela est le résultat d’une décision irréfléchie et imposée au secteur», poursuit le syndicaliste qui rappelle que tous les syndicats autonomes étaient à la base contre l’organisation de cette session dédiée aux candidats retardataires.

Les absents sont majoritairement des candidats libres
Le plus grand taux d’absence lors de la session spéciale du Baccalauréat a été enregistré chez les candidats libres, a fait savoir le directeur de l’enseignement secondaire général et technologique au ministère de l’Education nationale, Abed Attoui. Le responsable a précisé que le plus grand taux d’absence lors de la session spéciale du baccalauréat a été enregistré chez les candidats libres, soulignant que ce taux était prévisible.
104.036 candidats sont inscrits à cette session spéciale à travers le territoire national, dont 10.082 candidats scolarisés et 93.954 candidats libres. 78.672 candidats étaient absents au premier jour de cet examen, soit 75,66% des candidats. Les candidats absents doivent avoir leurs propres raisons, a déclaré le responsable, précisant que chaque candidat qui s’était inscrit sur le site de l’Office national des examens et concours (ONEC) et payé les frais d’inscriptions était en droit de se présenter à cet examen. Les candidats absents à cette session spéciale seront exclus, quel que soit le motif de leur absence, a-t-il ajouté.
La catégorie des candidats libres comprend des fonctionnaires, des étudiants universitaires ainsi que des élèves recalés.
Leur absence à cette session peut être due à des engagements ou à un manque de préparation. Concernant les copies des candidats ayant passé les épreuves du baccalauréat du 11 au 15 juin dernier, Attoui fait savoir que les corrections étaient terminées et les notes des candidats sont au niveau des centres de correction.
S’agissant de la correction des copies des candidats de la session spéciale du baccalauréat, il a indiqué qu’elle serait entamée une fois les épreuves terminées.
Ania Nait Chalal-Nb