Euros

La police des frontières saisit 6000 euros non déclarés à l’aéroport d’Oran

Les éléments de la police des frontières ont procédé, à l’aéroport international d’Oran, à l’interpellation d’un personne qui s’apprêtait à embarquer sur un vol à destination d’Istanbul (Turquie) en possession de 6000 euros non déclarés, en infraction à la législation et à la réglementation des changes et des mouvements de capitaux de et vers l’étranger, a indiqué lundi dernier un communiqué des services de la Sûreté nationale. Par ailleurs, les éléments de la police judiciaire relevant de la sûreté de wilaya de Batna ont interpellé, lors d’un point de contrôle, un individu impliqué dans une affaire liée à la vente illicite de boissons alcoolisées et ont récupéré 9132 unités non facturées destinées au marché informel. Dans le même contexte, les éléments de la police judiciaire relevant de la sûreté de wilaya de Relizane ont interpellé huit personnes et récupéré 3294 unités de boissons alcoolisées destinées à la vente illicite. À Mascara, les éléments de la police ont interpellé, lors d’un point de contrôle, un individu impliqué dans une affaire liée à la vente illicite de boissons alcoolisées et ont récupéré 1720 unités non facturées destinées au marché informel.

Lutte contre la criminalité et la contrebande : sept personnes arrêtées dans plusieurs wilayas
Sept personnes ont été arrêtées par les éléments de la Gendarmerie nationale dans plusieurs wilayas du pays pour divers délits liés notamment à la criminalité et à la contrebande, a indique lundi dernier un communiqué de ce corps de sécurité. Ainsi, dans la wilaya de Tizi-Ouzou, une personne âgée de 31 ans a asséné un coup de couteau à son frère âgé de 41 ans à l’intérieur du domicile familial, l’atteignant mortellement au dos. À Alger, une personne âgée de 55 ans, sujette à des troubles psychiques, a versé de l’eau bouillante sur la tête de sa sœur âgée de 58 ans, à l’intérieur de leur domicile, lui occasionnant des brûlures mortelles. Les gendarmes du groupement territorial d’Alger qui se sont aussitôt déplacés sur les lieux ont procédé à l’interpellation du mis en cause. Par ailleurs, dans le cadre de la lutte contre le trafic de drogue, les gendarmes du groupement territorial d’Oran, agissant sur renseignements, ont interpellé, sur le CW.74 reliant Bir-El-Djir à Hassi-Bounif, deux individu âgés de 19 et 26 ans, à bord d’un véhicule en possession de 230 comprimés de psychotropes, dissimulés sous les sièges arrières. En matière de lutte contre la contrebande, les gendarmes du groupement territorial de M’Sila ont interpellé, sur la RN.45, reliant M’Sila à Bordj-Bou-Arreridj, une personne âgée de 29 ans qui transportait à bord d’un fourgon 1.872 bouteilles de boissons alcoolisées de différentes marques, destinées à la vente clandestine. À Tébessa, les éléments de la Gendarmerie nationale ont interpellé, lors d’un point de contrôle dressé sur la RN 16 reliant Tébessa à Souk-Ahras, un individu âgé de 48 ans à bord d’un véhicule en possession de 145 cartouches de cigarettes étrangères en provenance de la contrebande. Dans la wilaya de Mascara, les gendarmes du groupement territorial ont interpellé, sur la RN 06 reliant Aïn-Fekkan à Oued-Taria, une personne âgée de 51 ans qui transportait à bord d’un camion semi-remorque 190 quintaux de farine sans factures.

Un mort et trois blessés dans un accident de la route à Jijel
Une personne a trouvé la mort et trois autres ont été blessées dans un accident de la circulation survenu mardi lors du renversement d’un véhicule à l’entrée de la localité de Amala située dans la commune d’El Aouana (Ouest de Jijel), a-t-on appris auprès des services de la Protection civile.
Cet accident, qui a eu lieu sur un axe routier de la route nationale RN 43, a provoqué la mort sur place d’un trentenaire, a précisé la même source.
Le corps de la victime a été acheminé vers la morgue de l’hôpital « Mohamed-Seddik Benyahia » de Jijel alors que les blessés ont été secourus sur place et transférés, par la suite, aux services des urgences médicales du même établissement de santé.

Trump confirme qu’il aimerait acheter le Groenland
Le président américain Donald Trump a confirmé dimanche son intérêt pour acheter le Groenland au Danemark, une éventualité qu’il a qualifié de «grosse transaction immobilière», tout en précisant qu’il ne s’agissait pas d’une priorité pour les Etats-Unis. «C’est quelque chose dont nous avons parlé», a déclaré Trump aux journalistes. «Le concept a surgi et j’ai dit que stratégiquement, c’est certainement intéressant et que nous serions intéressés, mais nous parlerons un peu» avec le Danemark, a poursuivi le président, précisant que ce n’était pas «la priorité numéro un» pour son gouvernement. Le quotidien économique The Wall Street Journal avait écrit jeudi que le président américain, magnat de l’immobilier avant de se lancer en politique, s’était «montré à plusieurs reprises intéressé par l’achat» de ce territoire qui compte quelque 56.000 habitants et en avait parlé à ses conseillers à la Maison Blanche. Le président s’est notamment renseigné sur les ressources naturelles et l’importance géopolitique de la région, selon le journal. Interrogé par les reporters sur la possibilité d’échanger le Groenland contre un territoire américain, Trump a répondu que «beaucoup de choses peuvent se faire». «Essentiellement, c’est une grosse transaction immobilière», a-t-il estimé. La gigantesque île de l’Arctique «fait beaucoup de mal au Danemark parce qu’ils perdent environ 700 millions de dollars chaque année pour l’entretenir… Et stratégiquement, pour les Etats-Unis, ce serait sympa», a expliqué le président. Le Groenland était une colonie danoise jusqu’en 1953, date à laquelle il est entré dans la «Communauté du Royaume» danois. En 1979, l’île a obtenu le statut de «territoire autonome», mais son économie dépend toujours fortement des subsides versés par Copenhague. «Le Groenland est riche en ressources précieuses (…). Nous sommes prêts à faire des affaires, pas à vendre» le territoire, a réagi vendredi le ministère groenlandais des Affaires étrangères sur Twitter.

Des canicules plus longues, même avec un réchauffement limité à +2 C
Les extrêmes météo des étés de l’hémisphère nord vont aussi durer plus longtemps, même avec un réchauffement de la planète limité à +2 C, selon une étude publiée lundi. «Les événements météorologiques extrêmes sont généralement analysés en terme d’intensité et de fréquence, mais c’est souvent leur persistance qui provoque les effets les plus graves», notamment sur la santé humaine et sur l’agriculture, souligne cette étude parue dans la revue Nature Climate Change. Les chercheurs se sont donc penché sur les risques que ces périodes de vagues de chaleur ou de précipitations s’allongent, notamment dans les zones tempérées de l’hémisphère Nord. «Si le monde se réchauffe de +2 C par rapport aux niveaux pré-industriels, nous pourrions voir un changement majeur des conditions météo d’été», a commenté dans un communiqué Peter Pfleiderer, du centre de recherche Climate Analytics. Selon l’étude, dans un monde à +2 C, la probabilité de canicules de plus de deux semaines devrait augmenter de 4% en moyenne, avec des risques encore plus importants dans le Nord de l’Asie, le centre de l’Europe et l’est de l’Amérique du Nord. La probabilité de persistance de périodes à la fois chaudes et sèches est similaire, mais avec des pics régionaux importants, jusqu’à 20% dans l’est de l’Amérique du Nord. Les risques d’une période de sept jours de précipitations importantes augmentent eux de 26%, faisant peser des menaces d’inondations. «Nous pouvons prévoir des impacts de plus en plus importants des événements météo extrêmes pendant l’été, mais nos recherches montrent qu’en limitant le réchauffement à +1,5 C, comme prévu dans l’Accord de Paris sur le climat, les réduiraient considérablement», a noté dans un communiqué Carl-Friedrich Schleussner, de Climate Analytics. «Ayant à l’esprit le fait qu’avec le rythme actuel de réductions des émissions (de gaz à effet de serre), le monde se dirige vers +3 C, notre étude souligne le besoin urgent d’action», a-t-il ajouté. L’accord de Paris de 2015 vise à limiter le réchauffement à +2 C par rapport à l’ère prè-industrielle, voire à +1,5 C. Mais le monde s’est déjà réchauffé de +1 C, entraînant déjà une augmentation des canicules, sécheresses ou tempêtes. Et les signes d’une persistance plus longue de ces événements sont déjà là, note l’étude. Par exemple, l’Europe a vécu en 2018 une période chaude et sèche particulièrement longue, d’avril à septembre, interrompue par de brèves périodes de rafraichissement et de pluie, entrainant notamment une baisse des récoltes de blé en Allemagne de 15%, selon les chercheurs.