Lamamra

LA MÉDITERRANÉE ÉTANT AU CENTRE DES ENJEUX DE L’HEURE : L’Algérie esquisse le monde de demain

La Méditerranée peut jouer un rôle dans la réorganisation du monde de demain. C’est le souhait exprimé ce vendredi, par le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra, depuis Rome où il a participé aux travaux de la 8ème édition du Forum de haut niveau pour le dialogue en Méditerranée (Rome-Med).
L’Algérie travaille dans ce sens en faisant en sorte, notamment, et c’est un des axes fondamentaux de la diplomatie algérienne, «qu’il y ait des solutions africaines aux problèmes de l’Afrique et des solutions arabes aux problèmes du monde arabe », au moment, a expliqué Ramtane Lamamra, où « le monde a atteint un certain niveau de développement et d’interconnexion ce qui a produit une mondialisation imparfaite et incomplète ». Sans citer nommément des pays, dans son intervention au cours des travaux du Forum ROME-MED, Ramtane Lamamra a fait allusion à la politique du double standard appliqué par les pays occidentaux qui s’opposent à l’intégration de territoires ukrainiens à la Russie mais ferment les yeux sur des situations pires (Sahara occidental, Palestine, Golan syrien) qui perdurent depuis des dizaines d’années.
Le chef de la diplomatie nationale a  évoqué les « principes et buts de la charte des Nations unies qui demandent à être appliqués partout y compris lorsque nous parlons du phénomène de l’annexion d’un territoire par la force qui est dans l’actualité en veillant à ce que ce principe cardinal des Nations unies s’applique partout à travers le monde notamment au Moyen-Orient et en Afrique ».

Algérie-Italie, un exemple de relations à méditer
Ramtane Lamamra a présenté les relations entre l’Algérie et l’Italie comme « un exemple pour l’avenir à un moment où le monde troublé est appelé à donner naissance à une reconfiguration des relations internationales et à un moment où ce monde-là est à la recherche de relations équilibrées entre des pays développés et des pays en voie de développement ». Il s’est réjoui qu’aujourd’hui « il y a un véritable pont de prospérité partagé qui se construit entre l’Algérie et l’Italie ». « Que cela soit dans le domaine énergétique ou le domaine industriel, nous avons des avancées considérables et des annonces pour l’avenir immédiat qui sont de nature à promouvoir cette relation et à lui donner une dimension encore plus stratégique », a-t-il souligné dans ce sens, précisant que les deux pays ont aussi « des relations commerciales, des relations humaines et des relations culturelles ». Le ministre italien des Affaires étrangères a eu des paroles de reconnaissance envers notre pays : « l’Italie est indépendante en énergie grâce à l’Algérie ».

« Le président Tebboune vous salue»
Ramtane Lamamra a transmis les salutations fraternelles du président Abdelmadjid Tebboune aux présidents de l’Italie, Sergio Matarella, du Niger, Mohamed Bazoum et de la Mauritanie, Mohamed Ould Ghazouani, qu’il a rencontrés à l’occasion de la 8ème édition de ROME-MED. Selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, les trois présidents ont, de leur côté, chargé Ramtane Lamamra de transmettre leurs « chaleureuses salutations au président Tebboune, ainsi que leurs vœux pour davantage de prospérité pour l’Algérie et son peuple ».
Ramtane Lamamra a également eu, le même jour, plusieurs rencontres bilatérales notamment avec la Sous-secrétaire d’État américaine en charge des questions du Proche-Orient, Yael Lampert, avec l’Envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU pour le Sahara occidental, Staffan de Mistura, ainsi qu’avec le Représentant spécial de l’Union européenne pour le processus de paix au Moyen-Orient, Sven Koopmans. Pour rappel, une importante délégation ministérielle a participé au Forum ROME-MED, composée du ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra, du ministre de l’Énergie et des Mines, Mohamed Arkab, et du ministre de l’Économie de la Connaissance, des Start-Up et des Micro-entreprises, Yacine El-Mahdi Oualid.
M’hamed Rebah