Lalmas entrement

La famille du football algérien rend un dernier hommage à la légende Lalmas : Adieu Ahcène !

La famille sportive algérienne, jeunes et moins jeunes, d’Alger et d’ailleurs, est venue en nombre dimanche au cimetière de Garidi (Kouba, Alger) pour rendre un dernier hommage à la légende Ahcène Lalmas, considéré comme le meilleur footballeur algérien de tous les temps, qui s’est éteint la veille à 75 ans. L’ancien N.8 du «Grand Chabab» de Belouizdad luttait contre la maladie depuis plusieurs années. Il vivait reclus, loin de l’actualité sportive et des médias.
Plusieurs personnalités sportives étaient présentes dans le cortège funéraire venu lui rendre ce dernier hommage. Parmi elles, le président de la Fédération algérienne de football, Kheïreddine Zetchi et le président de la Ligue nationale du football amateur, Ali Malek, aux côtés desquels se trouvaient d’anciens joueurs, de différentes générations et ayant porté les couleurs de différents clubs algérois, comme le CR Belouizdad, l’USM Alger, le NA Husseïn-Dey, l’USM El-Harrach et le MC Alger. Parmi ces joueurs, Ishak Ali Moussa, Karim Bakhti, Noureddine Neggazi, Mohamed Hamoui, Rachid Kabri, Zoubir Bachi, Abdelouahab Zenir, Omar Betrouni et bien d’autres encore, venus saluer une dernière fois le «maestro» avant sa mise en terre.
Dans la foule innombrable, on pouvait distinguer également quelques cadres de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN), car outre le football, Lalmas avait fait carrière même dans la police, où il avait atteint le grade de commissaire.
«On dit que le parfait n’existe pas, mais en football, Lalmas pouvait se définir sans prétention comme le joueur le plus complet qui soit», a assuré Réda Abdouche, ancien défenseur central de l’USM Alger.
«Lalmas était mon entraîneur en équipe nationale espoirs et j’ai gardé de lui le souvenir d’un homme à la très forte personnalité. C’est ce qui lui a d’ailleurs permis de devenir un meneur au sein de la grande équipe du CRB, qui renfermait plusieurs autres joueurs à la forte personnalité», a témoigné pour sa part l’ex-sélectionneur national adjoint, Djamel Menad.

R. S.