P 2 - Ouverture

La directrice de la division des productions animales à l’INRAA , Tazka Hamida, au « Courrier d’Algérie » : «Un projet de recherche sur la réhabilitation de l’abeille saharienne est en cours de réalisation»

Rencontrée, hier, en marge de la 18e édition du Salon de l’élevage et de l’agroéquipement (SIPSA-SIMA) à la Safex (Alger), la directrice de la division des productions animales à la station de recherche (Mehdi-Boualem) (Baraki) de l’INRAA (Institut national de la recherche agronomique d’Algérie), Tazka Hamida, a affirmé que le projet de recherche sur la réhabilitation de l’abeille saharienne est en cours de réalisation. Tout en soulignant, par ailleurs, l’importance de ce projet et les qualités productives et les aptitudes génétiques de cette abeille.

Le Courrier D’Algérie : Pour commencer, parlez-nous des différentes composantes de la division des productions animales de l’INRAA?
Hamida Tazka : La division de la recherche en productions animales qui se situe à la station de recherche (Mehdi-Boualem) (Baraki-Alger) est composée, en effet, de quatre équipes de recherche dans différents domaines ; à savoir : le système d’élevage, l’alimentation animale, les ressources génétiques animales, reproduction et santé animale.

La division agit dans différents domaines, parmi ceux-ci, la préservation des races ovines locales ; à savoir : la race «Tazegzawt», la «Taadmit » et la «D’Man», parlez-nous de ces projets ambitieux ?
Les activités actuelles menées par la station s’articulent autour des projets de recherches sur la caractéristique et la préservation des races ovines à faible effectif dont l’objectif est la valorisation et la conservation des ressources génétiques animales menacées de disparition. Pour cela, un noyau de la race «Tazegzawt» en Kabylie a été positionné au niveau de la station (Oued Ghir, INRAA-Béjaïa). De même, pour la race «Taadmit » (un croisement entre la race Ouled Djellal et Merinos). Celle-ci a été positionnée, également à (la station H’Madenas ,INRAA- Relizane) et en fin pour ce qui est de la race «D’Man». Cette dernière a été, aussi installée à la station INRAA –Adrar.

Qu’en est-il du projet de réhabilitation et de préservation de la race de l’abeille saharienne ?
Concernant l’abeille saharienne, l’INRAA, et en collaboration avec l’université de Boumerdès (M’hamed Bouagara), a lancé un projet de recherche en cours de réalisation. Ce projet consiste à réhabiliter une race d’abeille en voie d’extinction à savoir: l’abeille saharienne. Une espèce d’abeille du Sahara reconnue pour ses qualités productives et sa résistance à la chaleur.

Quels sont les objectifs de ce projet ?
Ce programme de réhabilitation permettra d’abord de préserver un patrimoine faunistique saharien exceptionnel qui a mis des milliers d’années à s’adapter à son environnement hostile. Les deux mesures les plus urgentes, à mener en parallèle pour sauver l’abeille saharienne, consistent à la multiplier massivement, tout en interdisant l’introduction de l’abeille tellienne dans le berceau naturel de cette race; à savoir : la région d’Aïn Sefra.

Pour ce qui est de l’alimentation animale, la division prévoit également la valorisation des fourrages locaux, parlez- nous de ce projet?
Dans le volet alimentation, l’activité de recherche menée sur la connaissance de la valeur alimentaire des fourrages locaux (la luzerne et le sorgho) et sur l’optimisation de l’utilisation des ressources alimentaires destinées aux animaux d’élevage.

De même, la division s’intéresse aussi à l’amélioration de la qualité sanitaire du lait…..
Pour ce qui est de l’activité sur la production laitière, il s’agit de la contribution à l’amélioration de la qualité sanitaire du lait et à la maîtrise des infections mammaires dans les élevages bovins laitiers. Il faut savoir également que ces activités de recherches sont menées en collaboration avec les institutions du secteur et hors secteur.

Parallèlement à cela, quelles sont les missions et les prestations assurées par votre division ?
En matière de prestations de service, les activités : mises en œuvre par la division sont les analyses fourragères et les analyses physico-chimique et pollinique des miels.

Et pour finir, quel était l’objectif de votre participation à la 18e édition du Salon de l’élevage et de l’agroéquipement (SIPSA-SIMA) qui s’est tenue du 8 au 11 octobre à la Safex (Alger) ?
Notre participation était très positive, plusieurs professionnels et éleveurs ont visité, en effet, notre stand pour collecter des informations qui les concernent. Par ailleurs, ce salon était une occasion, pour nous, de montrer aux visiteurs nos travaux et de faire connaître, de plus, notre institution au grand public.
Entretien réalisé par : Mehdi Isikioune