CNR

La branche retraite pose problème à la sécurité sociale : Ira-t-on vers l’élargissement de la base cotisante ?

Les Caisses de retraite sociale sont en difficulté financière flagrante, quant au déficit de la Caisse nationale des retraites (CNR) il est estimé à 500 milliards de DA. Quelles solutions adéquates à préconiser dans ce cas à même de soulager des milliers de retraités ? Sachant que le redressement de situation de ces caisses, par rapport aux dispositions qui sont contenues dans le projet de Loi de finances pour l’année 2018, consiste en un défi de taille pour l’État.

Le directeur général de la Sécurité sociale au ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Djawad Bourkaib a d’emblée précisé, sur les ondes de la Radio algérienne que : «toutes les branches de la sécurité sociale sont en équilibre, à l’exception de la branche retraite qui est une tendance mondiale, a connu le déficit financier pour des raisons purement économique et autres démographique.» En soulignant, en effet qu’«il y a deux mesures contenues dans le programme du gouvernement qui sont déjà avancé dans le projet de Loi de finance 2018. Il s’agit de mesures de redressement et de financement de ce déficit.» Pour parler de ce programme, ce responsable a affirmé que : « l’accent sera mis sur l’élargissement de la base cotisante, car nous avons un système qui fonctionne par les cotisations sociales par répartition, c’est-à-dire les cotisants financent les retraites aujourd’hui.
Notre objectif est d’élargir les actifs cotisants, renforcer le contrôle des employeurs, lutter contre la fraude et l’évasion sociale et la non déclaration. Aussi on va revisiter les nouvelles formes de travail de l’économie numérique qui peut créer beaucoup d’emplois et augmenter le taux d’activité en Algérie», a-t-il dit. Dans ce sillage Bourkaib a indiqué que : « plus de 6 millions d’actifs sont immatriculés au niveau de la CNAS, et près de 13 millions d’assurés sociaux inactifs (étudiants, retraités,…). Notre objectif est d’atteindre 3 millions de nouvelle affiliation dans les prochaines années grâce au nouveau dispositif prévu.» Tout en assurant que : « plus de 37 millions de la population bénéficient de la couverture sociale en Algérie.»
Par ailleurs, le dg de la sécurité sociale a fait savoir que : «l’État reste garante d’un système de protection sociale important et il faut dire que c’est la première fois que la branche retraite bénéficie d’une subvention d’équilibre pour l’année 2018, de l’ordre de 500 milliards de DA. Et à côté de cela, il y a la notion de la source additionnelle autre que les cotisations sociales. C’est la contribution de solidarité et la répartition des richesses puisque un prélèvement de 1% sur les opérations d’importation de marchandises pour la revendre en Algérie qui va être reversé dans le social pour les retraites et directement dans la CNR, c’est un virage excellent pour le système social algérien, mais ça ne nous dispense pas de mettre tous les efforts sur les réformes pour améliorer les prestations de la sécurité sociale et surtout pour le rééquilibrer par ces propres moyens et augmenter le nombre des cotisants.»
Évoquant le Fonds national de réserve des retraites, Bourkaib a signalé qu’:« il a été institué au profit des générations futures, ajoutant que ce fonds cumule, à ce jour, des ressources de 429 milliards de DA et on attend 66 milliards de DA supplémentaires pour l’année 2018, et l’État prévoit dans le projet de loi de finance 2018 un montant de 88 milliards de DA. Les générations futures auront leurs parts de la fiscalité pétrolière d’aujourd’hui pour financer leurs retraites, alors que dans les dix années prochaines, il y aura un montant très important.» L’invité de la Radio nationale a réaffirmé que : «le système de retraite a beaucoup souffert du départ à la retraite à l’âge de 50 ans.» précisant qu’: «il est la principale cause de déficit actuelle de la branche retraite, tant qu’il a beaucoup duré.»
Mohamed Wali