Pétards-à-Alger

Jeux pyrotechniques, faites gaffe aux risques et périls !

Les services de la Protection civile de la wilaya d’Alger ont mis en garde, lundi, les citoyens contre l’utilisation périlleuse des jeux pyrotechniques durant la célébration du Mawlid Ennabaoui. La direction de la protection civile de la wilaya d’Alger a précisé dans un communiqué que la fête du Mawlid Ennabaoui, qui sera célébrée vendredi prochain, enregistre une utilisation massive des jeux pyrotechniques, d’où la nécessité d’une «mise en garde» particulièrement les adolescents contre les risques de «l’utilisation périlleuse « de ces jeux et les dégâts matériels et humains «importants» qu’ils peuvent engendrer. L’utilisation intensive des jeux pyrotechniques la nuit du Mawlid Ennabaoui cause des «désagréments» aux citoyens, indique la même source, insistant sur «la vigilance» lors de l’utilisation de ces jeux et «le respect des normes de sécurité et de prévention» de façon à réduire les accidents matériels ou corporels.
La Protection civile de la wilaya d’Alger a également appelé à éviter l’utilisation de ces jeux à l’intérieur des foyers, près des stations-service, dans les parkings et près des établissements hospitaliers, mettant en garde contre l’utilisation des bougies qui doivent être allumées loin des produits inflammables à l’instar des meubles et de la literie. À toutes fins utiles, les numéros *14* et *021 71 14 14* sont mis à la disposition des citoyens en cas d’accidents, a indiqué la même source.

Une caravane de sensibilisation à Alger sur l’asphyxie au gaz
La direction de la Protection civile d’Alger a lancé, hier, à travers les places publiques de plusieurs communes de la wilaya, une caravane de sensibilisation aux dangers de l’asphyxie au monoxyde de carbone, indique un communiqué. «Vu les dangers d’intoxication au monoxyde de carbone et dans le cadre du programme de sensibilisation, organisé périodiquement au profit des citoyens, la direction de la Protection civile organise une caravane de sensibilisation qui sillonnera plusieurs communes de la wilaya», ajoute la même source. Cette caravane qui s’ébranlera de la place publique de la commune de Rouiba vise à fournir aux citoyens des consignes et des orientations en cas d’asphyxie au monoxyde de carbone, précise le communiqué. Quinze personnes sont décédées asphyxiées par le monoxyde de carbone dans la wilaya d’Alger depuis 2017 (du 1er janvier au 15 novembre), a indiqué jeudi le chargé de l’information auprès de la Protection civile de la wilaya d’Alger. «Quinze (15) décès ont été enregistrés cette année contre 11 cas durant la même période de l’année 2016» avait déclaré le lieutenant Khaled Benkhalfalah, précisant que ces décès sont dus essentiellement à «un manque de vigilance, à un mauvais entretien des appareils de chauffage et au manque d’aération». Le plus grand nombre des cas de décès au monoxyde de carbone a été enregistré en août dernier (8 cas) dans les communes de Kouba et de Oued Koreich, contre un décès en janvier, 3 décès en févier, et 3 autres en juin dernier à Alger. Aucun cas n’a été enregistré en octobre dernier, avait révélé le même responsable.

Un réseau de vol d’accessoires de voitures démantelé à Annaba
Un réseau de malfaiteurs, composé de cinq individus spécialisés dans le vol et la revente d’accessoires de voitures dans la wilaya d’Annaba, a été démantelé récément par les éléments de la Sûreté nationale, a appris l’APS par la cellule d’information de ce corps sécuritaire. Agissant sur la base de plaintes déposées par de nombreuses victimes, la brigade de la 11ème sûreté urbaine de la ville d’Annaba est parvenue, suite à une enquête menée, d’arrêter les malfaiteurs, âgés entre 25 et 53 ans, a indiqué la même source. Quatre des mis en cause représentent le réseau chargé du vol alors que le cinquième se chargeait du stockage et de la revente des objets volés. Une quantité importante d’accessoires de voitures a été récupérée, a affirmé la source, ajoutant que les mis en cause, arrêtés pour «vol et détérioration de biens d’autrui», seront présentés devant le procureur de la République près la cour d’Annaba après l’achèvement des procédures judiciaires.

Un court-circuit serait à l’origine de l’immersion du sous-marin argentin
Le dernier message du sous-marin argentin disparu dans l’Atlantique Sud avec 44 marins à bord faisait état d’un court-circuit et d’un début d’incendie, a révélé lundi la chaîne de télévision A24 de Buenos Aires. Cette chaîne a publié dans la soirée le message émis par le sous-marin San Juan le mercredi 15 novembre quelques heures avant que le contact avec lui ne soit perdu. Un incident semble être survenu lorsque de l’eau de mer est entrée dans le navire par le schnorkel, tube qui permet aux sous-marins équipés de moteurs diesel, comme le San Juan, de faire fonctionner ces moteurs tout en étant en immersion, en évacuant les gaz d’échappement et en aspirant de l’air frais. «L’entrée d’eau de mer par le système de ventilation vers le réservoir de batteries numéro 3 a provoqué un court-circuit et un début d’incendie», indique le texte.

Une procureure froidement assassinée au Mexique
Une procureure qui enquêtait sur des meurtres commis contre des femmes dans l’état mexicain de Veracruz (est), a été assassinée, hier, selon les autorités locales.
Yendi Guadalupe Torres Castellanos, 35 ans, cheffe du bureau du Procureur spécial pour les infractions sexuelles et les crimes contre la famille de Veracruz, a été retrouvée «touchée de plusieurs impacts de balles» à l’intérieur de son véhicule, devant son bureau dans la municipalité de Pßnuco, a rapporté la police dans un communiqué. L’assassinat a été condamné par le gouverneur de Veracruz, Miguel Angel Yunes, qui l’a qualifié «d’infâme et lâche». Veracruz, sur la côte du Golfe du Mexique, est l’un des États les plus durement touchés par la violence liée au trafic de drogue. Parallèlement à la violence criminelle, les meurtres de femmes se sont multipliés dans plusieurs régions du Mexique.

Samsung annonce sa nouvelle batterie «révolutionnaire»
La société sud-coréenne «Samsung Electronics» a annoncé avoir mis au point une nouvelle technologie de batterie à base de graphène permettant une nette augmentation de la capacité et des performances. La nouvelle technologie à graphène permet notamment une capacité supérieure de 45% par rapport aux modèles actuellement sur le marché et accélère le processus de charge de plus de cinq fois les normes existantes, indique Samsung Advanced Institute of Technology dans un communiqué diffusé hier. Le graphène est une forme de carbone considérée comme un matériau idéal pour les batteries, car il se caractérise par une conductivité électrique 140 fois plus rapide que le silicium, comme il peut également maintenir la stabilité jusqu’à 60 degrés Celsius. Outre l’usage pour les appareils mobiles, les nouvelles batteries pourraient également être utilisées dans l’industrie des voitures électriques. Les batteries lithium-ion ont été commercialisées pour la première fois en 1991. Les experts de l’industrie affirment toutefois que cette technologie a été confrontée à des limites en termes de capacité et de vitesse de chargement. De ce fait, la nouvelle technologie à graphène est susceptible d’initier une percée pour l’industrie mondiale de la batterie. Samsung Advanced Institute of Technology a affirmé, à cette occasion, avoir déposé une demande de brevet en Corée du Sud et aux Etats-Unis concernant ce nouveau procédé de fabrication des batteries.

La police australienne déjoue un projet d’attentat kamikaze
La police australienne a annoncé, hier, avoir arrêté un sympathisant du groupe terroriste autoproclamé «Etat islamique» (Daech/EI) qui projetait d’acheter une arme et de tirer dans la foule le soir du Nouvel An à Melbourne. Le suspect, âgé de 20 ans, né en Australie de parents somaliens, a été arrêté lundi lors d’une opération de la police dans une maison de Werribee, une banlieue de Melbourne, dans le sud de l’Australie, a indiqué la police. Il devait être inculpé hier. L’homme est «un sympathisant de l’Etat islamique» et l’attaque qu’il projetait était «potentiellement catastrophique», a déclaré Shane Patton, chef adjoint de la police de l’État de Victoria, dont Melbourne est la capitale. Selon la police, le suspect avait consulté un manuel en ligne produit par Al-Qaïda sur la manière d’utiliser des armes à feu et de commettre des attentats, mais il a été arrêté avant d’avoir pu acheter un fusil automatique. «Il avait l’intention d’utiliser une arme à feu pour abattre autant de personnes que possible dans le secteur de Federation Square le soir du Nouvel An», a déclaré Patton.