seddik-chihab

Il tire un parall§le entre les grèves et la présidentielle de 2019 : Chihab appelle à la vigilance

Réagissant quant aux mouvements de protestation, ayant ébranlé, ces derniers jours, les secteurs de l’Éducation et de la Santé, le Rassemblement national démocratique (RND), via son porte-parole, Seddik Chihab, tempère les ardeurs en affirmant que ces mouvements de grève sont «ordinaires» vu qu’il y a, selon lui, des évènements nationaux de priorité. Et, pas des moindres, puisqu’il évoque la Présidentielle de 2019.

À peine dix jours après les déclarations d’Ahmed Ouyahia, secrétaire général du RND, qui avait qualifié ces grèves de «manœuvres politiciennes» visant à «chambarder» pour ainsi dire les élections présidentielles de 2019, le porte-parole du parti emboite le pas à son ténor et vient conforter sa position. Allégeance oblige, Seddik Chihab refuse de verser dans une logique de dramatisation de la situation en qualifiant les mouvements de grèves d’«ordinaires» qui précèdent les événements nationaux importants, à l’instar de la présidentielle de 2019. S’exprimant depuis la wilaya de Mascara, où il supervisait une session de formation régionale sur la communication électronique à l’hôtel Bel Air, le porte-parole estime que «chaque partie veille à renforcer ses positions en préparation des présidentielles de 2019 «. En ce sens, il a qualifié l’ébullition du front social de «mouvement ordinaire qui précèdent les évènements nationaux importants, à l’instar de la Présidentielle de 2019».
Plus loin, le porte-parole du RND a appelé toutes les parties à «faire preuve de vigilance» en «cette conjoncture difficile «que traverse le pays. Selon lui, l’Algérie «est ciblée et a toujours su déjouer les complots qui se trament contre elle grâce à la politique judicieuse et à la clairvoyance du président de la République, Abdelaziz Bouteflika et aux sacrifices des forces de sécurité et de l’Armée nationale populaire (ANP) «. «Le RND soutient le président de la République et entend contribuer à la préservation de la stabilité du pays», a-t-il ajouté. «Notre parti reste attaché à ses choix et engagements politiques, dont son soutien constant au président de la République depuis 1999», a-t-il ajouté. «Notre parti, créé il y a 21 ans, jouit d’une base populaire solide et puise son existence des efforts de ses militants et des positions de son Secrétaire général», a-t-il soutenu, soulignant «qu’en dépit des tentatives de certaines parties de dénigrer ses réalisations, notre formation politique a amélioré ses résultats de manière significative lors des élections de 2012». «Le RND compte des militants de différentes tranches d’âge dont un grand nombre de jeunes qui s’intéressent aux réseaux sociaux et qui œuvrent pour que leur parti soit visible sur ces espaces, avec le soutien du secrétaire général et du Bureau national», a ajouté Chihab. Pour rappel, le secrétaire général du RND était monté au créneau lors de la célébration de l’anniversaire de création de son parti. En effet, d’un ton cru et tranchant, Ouyahia avait appelé les grévistes à réintégrer leurs postes et à arrêter «le train de l’anarchie». Excédé, le RND, deuxième force politique du pays, donnait ainsi l’air d’être plus résolu que jamais à en finir avec ces mouvements sociaux qui ont marqué la vie politico-sociale du pays. Surtout qu’il estime que ces mouvements sont loin d’être «innocents», étant donné que ces mouvements demeurent aux yeux du parti indissociables et font office de précampagne pour la présidentielle de 2019. Dans tous les cas de figure, le secteur de l’Éducation a connu une accalmie après l’arrêt de la grève illimitée initiée par le CNAPESTE, alors que sur le secteur de la Santé place toujours un climat de tension en raison de la grève illimitée des médecins résidents.
Lamia Boufassa