Ould Abbes

Il prédit un taux de participation supérieur à 50 % : La prophétie de Ould Abbès

Le secrétaire général du FLN, Front de libération nationale, Djamel Ould-Abbès, a estimé, hier à Alger, que le taux de participation aux prochaines législatives serait de plus de 50%.
Une estimation qu’Ould-Abbès dit augurer à travers «l’enthousiasme des militants et des citoyens, lors de ses récentes sorties, s’inscrivant dans le cadre de la promotion du programme de campagne électorale du plus vieux parti. «Ce que j’ai constaté sur le terrain, dans la région des Aurès, à Khenchela et Batna, et même avant l’entame de la campagne électorale du parti, à Sétif, Aïn-Témouchant et Ghardaïa, me laisse dire que le taux de participation se situera à plus de 50%. Un constat que j’ai fait, lequel représente un signe pour la crédibilité de ce scrutin», a estimé le successeur d’Amar Saâdani, au courant d’une rencontre l’ayant regroupé avec une délégation du Congrès américain, reçue au niveau du siège national du FLN, à Hydra. En marge de cette audience à laquelle avait pris part l’ambassadrice des Etats-Unis en Algérie, Joan Polaschik, et sur une question portant sur les objectifs tracés par le FLN pour les prochaines législatives, Ould-Abbès a dit que son parti aspire «à remporter la majorité absolue» dans la prochaine Assemblée. «Le FLN aspire et travaille pour remporter une majorité absolue ?», s’est-il interrogé, avant de répondre qu’il s’agit d’une «priorité» pour la sécurité et la stabilité du pays. Plus, il arguera que son parti «est le garant de la sécurité et la stabilité du pays. Avec le FLN, l’Algérie a vaincu le terrorisme. Et, notre slogan aujourd’hui est : “Sécurité et Prospérité dans la dignité”. Moi et les cadres de mon parti sommes confiants quant à l’issue de ce scrutin. Même si la décision finale revient aux citoyens», comme argument à faire valoir au courant des 20 prochains jours qui s’offrent à la campagne électorale. Interrogé par un membre de la délégation américaine sur l’engouement escompté pour les législatives prochaines, Ould-Abbès a exprimé son optimisme. Selon lui, ce sont les résultats qui s’observent sur le terrain à l’occasion de ces joutes électorales qui lui font croire à l’obtention d’un bon score à leur issue. En revanche, l’ex-ministre de la Solidarité nationale craint tout aussi le spectre de l’abstention. Et de mettre en garde qu’«un taux de participation inférieur à 50% toucherait à la crédibilité du prochain scrutin». Ould-Abbès a fait part devant ses hôtes américains que son parti devra entamer tous les préparatifs pour gagner la mobilisation des citoyens, en s’appuyant sur les organisations de masse et notamment estudiantines. Il dira à ce propos que «nous sommes optimistes, car nous avons l’adhésion des organisations estudiantines avec lesquelles on s’est réuni autour de cette table même. Nous avons plus de 1,5 million d’étudiants sympathisants en Algérie. Nous avons instruit ces organisations de la nécessité d’aller à la rencontre des citoyens et de les mobiliser pour le prochain vote», s’est-il enorgueilli. Ould-Abbès a expliqué aussi que «le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a donné des instructions fermes pour la transparence totale dans le processus électoral». Il en veut pour preuve, l’arrivée prochaine en Algérie de 355 observateurs étrangers, qui «bénéficieront d’une liberté totale dans le suivi et l’observation de ce scrutin». Se voulant plus rassurant, Ould-Abbès s’est adressé à l’ambassadrice des États-Unis ,en disant: «Ce scrutin sera un modèle pour tous les pays de la région».
Par ailleurs, évoquant la disparition mystérieuse d’un candidat FLN dans la wilaya de Béjaïa, Saïd Djouder, en l’occurrence, le patron de l’ex-parti unique a indiqué qu’il reste en contact avec les autorités de cette wilaya, et que les recherches des services de sécurité se poursuivent pour retrouver son compatriote. Sur un autre volet, Ould-Abbès a exclu toute utilisation, lui et ses compères dans le parti, des moyens de l’État dans le cadre de la campagne électorale. «Je n’ai pas une voiture officielle portant le sceau de l’État. Allez-y voir dans le parking à côté, et vous trouverez mon véhicule personnel. Le FLN n’a pas besoin des moyens de l’État, car nous avons une base militante importante. Nous avons plus de 565 000 militants. Si chaque militant verse une cotisation de 1 000 DA, nous aurions déjà les moyens suffisants pour mener dix campagnes électorales», a-t-il répliqué à la question de la presse nationale.
Hamid Mecheri