FFS

IL ANNONCE SA PARTICIPATION AUX PROCHAINES ÉLECTIONS : Le FFS à l’assaut du pouvoir local

S’étant réuni hier en session extraordinaire de son Conseil national, le Front des forces socialistes, dont les récentes prises de position en étaient des signes avant-coureurs, décide de prendre part aux élections locales anticipées prévues le 27 novembre prochain.

«Le Conseil national du FFS décide à l’unanimité la participation du parti aux prochaines élections locales anticipées convoquées pour le 27 novembre prochain», tranche la plus vieille formation d’opposition dans une publication laconique postée hier, vers 16H30, sur son compte facebook. Après avoir boudé les élections législatives du 12 juin, au motif suivant lequel les conditions de leur tenue « n’étaient pas réunies » et qu’elles ne « constituaient pas » la solution à la crise que vit le pays, le FFS a décidé de participer au prochain rendez-vous dont il croit être une opportunité à saisir pour  prendre
«  le pouvoir local ». S’exprimant à l’ouverture de cette réunion, le Premier secrétaire du FFS, Youcef Aouchiche, annonce la couleur et trace la voie aux membres du Conseil national. Ainsi, il ne pense pas moins que le parti devrait discuter des prochaines élections avec « lucidité, responsabilité et sens inouï de patriotisme » et que celles-ci devraient être une « opportunité pour prendre le pouvoir local dans les APC et APW ». Pour le PS du FFS, avant de prendre la décision sur ce rendez-vous électoral le Conseil national devrait mener d’abord « un diagnostic, sans concession, sur nos différentes participations, recenser objectivement nos apports, nos atouts et nos manquements ». À ce moment-là, la décision « devra se faire en adéquation avec une réalité politique nationale en effervescence et en prenant en considération notre rôle majeur envers la nation toute entière et envers nos bastions historiques ». Avant lui, et au-delà des partis classiques dits d’allégeance (FLN, RND, FEM, TAJ…) et les islamistes (MSP, Binaâ…) dont la participation est un secret de Polichinelle, auxquels il faudra ajouter les Indépendants qui misent sur une assise populaire émanant de la base qu’ils comptent créer un parti après le 27 novembre, le Parti des travailleurs de Louisa Hanoune semble être partant pour les prochaines élections. Quoiqu’il dise, à l’issue de la réunion de son Comité central de vendredi dernier, soumettre la question au débat de la base et même des citoyens, le PT attend peut-être le retour d’écho pour le proclamer publiquement. En revanche, ce qui est plus compliqué, chez le RCD de Mohcine Belabbas notamment, la question divise cadres et militants du parti. La question devra être tranchée lors de la session ordiaire de son Conseil national vendredi prochain.
Farid Guellil