Eau potable

Grave pénurie d’eau potable à Annaba : Un plan d’urgence mis en place

Robinets à sec, privée d’eau, la population de la wilaya d’Annaba a dû souffrir le martyre durant les fêtes de l’Aïd, en raison d’une baisse du niveau d’eau des sources d’alimentation en eau potable. Cette situation difficile a fait réagir les autorités concernées qui ont décidé d’un plan d’urgence pour résoudre cette problématique.

En ce sens, le wali d’Annaba, Mohamed Salamani, a annoncé dimanche, qu’un programme d’investissement d’urgence a été adopté à court terme à Annaba, pour faire face à la pénurie de l’eau potable. S’agissant des causes de ce manque criard du liquide vital, le wali a évoqué la baisse du niveau d’eau dans les principales sources d’approvisionnement en AEP de la population locale. Il s’agit des barrages d’Echaffia et Meksa, touchés par le recul du niveau d’eau, et lequel état de fait a provoqué des perturbations dans l’alimentation du précieux liquide. Ainsi, le chef de l’Exécutif de la wilaya a exposé une série d’objectifs immédiats visant à absorber cette pénurie. Sur la plan pratique, ce plan entend recourir aux forages d’eau implantés dans la wilaya d’El Tarf. «Ce programme porte sur la requalification de 32 forages du champ de Boutheldja (wilaya d’El Tarf) pour la mobilisation, à court terme, de 35.000 m3/jour d’eau potable et le doublement sur 22 km de la canalisation Meksa-Lehnichet pour éliminer le problème des fuites qui dilapident 60% du volume d’eau destinée à l’alimentation de la population», expliquera Salamani. Néanmoins cette solution d’urgence consistant à alimenter la population de Annaba depuis ces sources n’est pas à même de résoudre à long terme cette pénurie. D’ailleurs, le wali a appelé à l’implication des différents spécialistes et des services relevant du ministère des Ressources en eau et de l’Environnement pour coordonner les efforts dans ce sens.
Toujours dans les actions arrêtées pour le court terme, le wali a décidé de «la réhabilitation des deux stations de pompage de Meksa et Chaïba, le fonçage de nouveaux forages à travers la wilaya, la résolution d’urgence du problème des fuites et la mobilisation de citernes pour renforcer l’alimentation en AEP des habitants des (zones) points noirs», a-t-il annoncé. Tout en tablant sur la réussite de ce plan à caractère «urgent», le wali a soutenu que «cette phase critique exige, pour être surmontée, la conjugaison des efforts de tous et un haut sens de responsabilité de la part des responsables, des élus, de la société civile et des citoyens». Par ailleurs, le premier magistrat de la wilaya de l’est a assuré que le programme d’urgence «est déjà activé et le système d’approvisionnement adopté en cette période prévoit, en fonction des quantités d’eaux mobilisées, une alimentation à raison d’une journée sur quatre dans tous les réseaux de distribution».D’autre part, selon l’Algérienne des eaux (ADE), la baisse critique du niveau d’eau du barrage Echafia et celui de Meksa a fait que 60% des besoins de la population de cette wilaya, de l’ordre de 160 000 m3, ne sont pas satisfaits.
Amrouni Mohamed