gazelles nord-africaines

Gestion en captivité de gazelles nord-africaines menacées : Atelier de formation au Parc national à Tlemcen

Les travaux d’un atelier de formation maghrébin sur la gestion en captivité de gazelles nord-africaines menacées ont débuté, lundi, au Parc national de Tlemcen, en présence de participants d’Algérie, du Maroc et de Tunisie et d’experts de l’Union internationale pour la conservation de la nature en méditerranée (UICN MED). Organisée par la Direction générale des forêts (DGF) en collaboration avec l’UICN, cette rencontre de deux jours vise l’élaboration d’une stratégie régionale en cours de validation pour la conservation en captivité de gazelles menacées d’extension pour la période 2017 à 2020, a indiqué à l’APS Boucekkine Wahida, sous-directrice de la faune sauvage et de la chasse à la DGF. Sur les quatre types de gazelles menacées, celle appelée « Dama » ou gazelle du Sahara, qui a disparu en Algérie, a souligné cette experte de faune sauvage, faisant savoir que les autres espèces dites « Dorcas », « Leptocère » et « Cuvier » sont peu nombreuse. L’atelier est justement consacré à la protection du Cuvier qui compte 30 sujets au niveau du Centre cynégétique de Tlemcen, a-t-elle ajouté.
Cette espèce constitue le plan focal du centre pour un éventuel lâcher de Cuvier, afin de repeupler la forêt, une fois toutes les conditions réunies à travers des actions de multiplication en captivité et de suivi sanitaire et alimentaire, a-t-elle annoncé, déclarant que cette stratégie s’appliquera, également, pour les autres types de gazelles menacées de disparition.
Ces espèces sont protégées par la loi 06/14 du 14/11/2016 relative à la protection et la préservation de certaines espèces menacées de disparition, a rappelé Mme Boucekkine, faisant savoir qu’au total 23 espèces, dont les gazelles sont concernées par cette loi . L’assistance composée de vétérinaires et écologistes des trois pays présents aux côtés de cinq experts de l’UICN (trois espagnols et deux français), échangera les expériences et connaissances sur différents aspects liés à la conservation et à la gestion in situ et ex situ de la gazelle Cuvier.
La DGF compte répertorier ces espèces et les protéger contre l’urbanisation et le braconnage, notamment, a annoncé sa représentante. Pour sa part, l’experte de l’UICN, Catherine Numa a indiqué que l’importance de cet atelier réside dans la formation des représentants des trois pays maghrébins pour mieux protéger cette espèce de gazelle, précisant qu’il s’agit là, de la première rencontre du genre en Algérie. Plusieurs communications seront présentées tout au long des travaux de cet atelier qui verra, également, des visites des installations du Parc national de Tlemcen.