éducation

Généralisation de tamazight dans l’éducation : 300 postes budgétaires pour l’année prochaine

La tendance haussière enregistrée par le nombre des inscriptions des commerçants au CNRC (Centre national du registre de commerce), durant l’année 2017, a au moins un mérite : Celui d’absorber, un tant soit peu, le phénomène de l’informel qui foisonne le paysage économico-commercial du pays. Et de là, l’Algérie pourrait aspirer à développer une économie saine loin des pratiques infractionnistes telles que connues de nos jours dans la sphère commerciale.
En effet, dans un bilan publié hier par le ministère du Commerce, il y est fait état de 1,95 millions d’opérateurs économiques inscrits au registre du commerce, soit 1 956 042 opérateurs économiques, jusqu’à fin novembre 2017 contre 1,89 million à la fin 2016. Avec les facilitations qu’accorde l’état aux porteurs de projets, une légère hausse a été enregistrée durant cette même période. Sur l’ensemble de ces opérateurs économiques, 1 772 208 exercent sous le statut de personnes physiques (91%) et 183 834 sous le statut de personnes morales (sociétés). S’agissant des inscriptions durant les 11 premiers mois 2017, elles se sont chiffrées à 330 044 cas, contre 360 640 à la même période de 2016, soit une baisse de 9%.

Une évolution notable du RCE
En outre, depuis la mis en place du registre de commerce électronique (RCE) en mars 2014, un nombre de 698 512 opérateurs économiques détenaient un registre du commerce électronique. Ce nombre représente notamment 36% de la totalité des opérateurs économiques inscrits au registre du commerce. à la fin 2016, ils étaient 530 895 détenteurs de RCE (456 533 personnes physiques et 74 362 personnes morales). Sur les 698 512 détenteurs du registre de commerce électronique à la fin novembre 2017, 604 848 sont des personnes physiques (86%) et 93 664 des personnes morales (14%). élaboré par le ministère du Commerce et le Centre national du registre de commerce (Cnrc) en collaboration avec le ministère de la Poste, des Technologies de l`Information et de la Communication, le RCE est doté d`un code sécurisé (comportant des données cryptées) permettant la sécurisation de l’extrait du registre de commerce, l’authentification et le contrôle en ligne des données. C’est un document hautement sécurisé et infalsifiable. D’ailleurs, depuis son lancement en 2014, aucun cas de fraude n’a été constaté pour ce nouveau format électronique. Comme il permet à tout intéressé d’accéder à tous les renseignements mis à jour par le Cnrc, relatifs à la situation du commerçant, personne physique ou morale. Cet instrument électronique vise également à faciliter, développer et moderniser l’opération de contrôle de l’activité commerciale. Il permet aussi aux agents des services de contrôle d’identifier le titulaire du registre de commerce ainsi que les activités réellement exercées.
Mohamed Wali