Coachella music festival

Festival rock de Coachella : La sono déraille en ouverture

Le groupe Radiohead, tête d’affiche pour la troisième fois à Coachella (Californie), a connu d’importants problèmes de sono en ouverture du prestigieux festival vendredi, mais a épargné aux organisateurs une catastrophe totale en persévérant de jouer sur scène.
Les britanniques du rock expérimental ont interprété la quasi-totalité de deux chansons dans un silence complet, le chanteur Thom Yorke ne prenant pas conscience que les spectateurs n’entendaient rien. Après avoir quitté la scène à deux reprises pour tenter de résoudre ces problèmes techniques, le groupe a poursuivi son tour de chant avec certains de ses plus célèbres titres – comme son premier succès « Creep » (1992) – qu’il joue avec parcimonie. De tels problèmes techniques sont extrêmement rares pour des artistes du calibre de Radiohead ou des festivals comme Coachella, l’un des événements culturels les plus lucratifs au monde connu pour son organisation au cordeau.
Le concert du groupe avait commencé sous des lasers et des étoiles, en écho à son dernier album intitulé « A Moon Shaped Pool ». Mais, après trois morceaux, tandis que Radiohead jouait un énergique « Ful Stop »,la sono a commencé à défaillir avec des bips intempestifs couvrant la musique. Deux chansons plus tard, durant « 15 Step », les haut-parleurs se sont tus. Si le guitariste Jonny Greenwood a semblé remarquer le problème, Thom Yorke, les yeux fermés, a continué à chanter comme si de rien n’était, ne s’apercevant de rien.

Planétarium
Des soucis similaires se sont répétés plus tard, pendant le titre « Let Down ». Peu disert en général sur scène, le chanteur a assumé la responsabilité de ces problèmes techniques et remercié le public pour sa patience. Et, malgré quelques tracas supplémentaires, le groupe s’est évertué à poursuivre sa performance.
Ces incidents techniques ont surgi dans un festival de plus en plus aventurier en matière technologique avec, cette année, des vidéos du public filmées par des drones, un réseau de téléphonie mobile plutôt efficace – Coachella se tient en plein désert – ou encore un dôme qui, tel un planétarium, offre aux festivaliers un voyage à 360 degrés dans l’espace. Certains artistes innovent également comme DJ Richie Hawtin, connu pour réserver une grande part d’improvisation dans sa musique techno, qui a été accompagné vendredi de projections en direct. Dans l’après-midi, le « grime » avait été à l’honneur avec Stormzy.
« C’est du grime. C’est comme le rap, mais en beaucoup plus rapide », a expliqué cette étoile montante de la scène musicale londonienne, sous un soleil de plomb. Le champion de ce genre et vainqueur du dernier Mercury Prize, le Britannique Skepta, a été contraint d’annuler sa venue à cause, selon lui, d’un problème de visa. Une mésaventure dont est également victime le groupe de rap français PNL, un de ses deux membres s’étant vu refuser l’obtention d’un visa, alors que le groupe était attendu sur scène ce dimanche.
Une nouvelle date est toutefois prévue le 22 avril. Près de 250.000 personnes sont attendues à Coachella au cours de ses deux week-ends consécutifs de concerts, avec une programmation identique. La ville d’Indio, où se déroule le festival, l’a autorisé cette année à accueillir 25% de spectateurs supplémentaires.