Lakhdar Bouregâa

FAISANT VALOIR LA «DÉGRADATION» DE SON ÉAT DE SANTÉ : La défense relance sa demande pour la libération de Bouregâa

Le Collectif des avocats pour le changement et la dignité a fait savoir hier, qu’une demande de liberté provisoire a été introduite par les avocats pour la libération du moudjahid Lakhdar Bouregâa, et ce, après «la dégradation» de l’état de santé de celui-ci. «Nous informons l’opinion publique que l’état de santé du détenu d’opinion, le moudjahid si Lakhdar Bouregâa, mis en détention provisoire depuis le 30/06/2019, inquiète les avocats de la défense. À cet effet une demande de liberté provisoire a été introduite par les avocats au niveau de la Chambre d’instruction chargée du dossier auprès du tribunal de Bir Mourad Raïs», peut-on lire sur un communiqué diffusé par le Collectif. Sur ce, un dossier médical a été joint à ladite demande. Pour rappel, Lakhdar Bouregâa a été placé sous mandat de dépôt le 30 juin par le juge d’instruction du Tribunal de Bir Mourad Raïs. Il est poursuivi pour «humiliation d’un corps constitué et démoralisation des troupes d’armée », en application des articles 75, 144 et 146 du code pénal. Plusieurs rassemblements de soutien au maquisard ont été tenus à travers le pays. Des slogans ont été également scandés par des manifestants du mouvement populaire, et ce, chaque vendredi pour réclamer la libération du moudjahid.
Lamia B.

DÉTENUS D’OPINION DU MOUVEMENT
Rassemblement de soutien devant la Cour d’Alger
Des dizaines de personnes se sont rassemblées, hier, devant la Cour de justice d’Alger, sise à Ruisseau, pour exiger la libération des détenus d’opinion. Des citoyens, des militants politiques et des droits de l’homme, ainsi que des avocats ont participé à ce rassemblement en guise de solidarité avec 17 détenus d’opinion qui passaient devant la chambre d’accusation. Une fois de plus, les avocats ont boycotté l’audience de la chambre d’accusation statuant sur l’appel introduit par rapport à l’ordonnance de mise sous mandat de dépôt des manifestants arrêtés pour brandissement du drapeau amazigh. «Le collectif des avocats pour le changement et la dignité après concertation avec les autres Collectifs d’avocats une décision de boycotter encore une fois l’audience de la chambre d’accusation statuant sur l’appel introduit par rapport à l’ordonnance de mise sous mandat de dépôt des manifestants arrêtés pour brandissement du drapeau amazigh », peut-on lire sur un post facebook du Collectif des avocats pour la dignité et le changement. Il convient de souligner qu’à l’heure où nous mettions sous presse, la Chambre d’accusation près la Cour d’Alger ne s’était toujours pas statuée sur la demande de libération.
L. B.