Maersk Oil

Exploration et production de pétrole : Maersk Oil à la conquête du marché algérien

Pour le groupe danois Maersk Oil, l’Algérie est un élément important qui permet au groupe de concrétiser sa stratégie de développement à l’international. L’ère des litiges est bien révolue entre la compagnie algérienne Sonatrach et la danoise Maersk Oil. En effet, des années après le litige ayant opposé le groupe pétrolier national à Maersk Oil au sujet de la «taxe sur les profits pétroliers exceptionnels», la compagnie du Danemark affiche son intention de renforcer sa présence en Algérie. Ainsi, selon un communiqué de presse émanant de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour nouveau patron du groupe pétrolier national s’est entretenu avec son homologue de la compagnie danoise Maersk Oil, Mme Gretchen H. Watkins qui a exprimé, à cette occasion, son souhait de renforcer son partenariat avec Sonatrach. Elle a relevé l’importance du marché algérien dans le développement de la stratégie de Maersk Oil. Au cours de cette rencontre, les deux parties ont abordé les projets de partenariat en cours en Algérie et les perspectives d’investissements dans l’exploration et la production de pétrole. Ould Kaddour et Mme Watkins ont également examiné l’état des relations entre Sonatrach et Maersk Oil en vue de renforcer une coopération mutuellement bénéfique. à cette occasion, Mme Watkins a soutenu que «l’Algérie est un pays important dans la stratégie de développement de Maersk Oil à l’international». Dans le même sillage, la P-DG de Maersk Oil a exprimé «la volonté de sa compagnie d’investir davantage en Algérie et de renforcer son partenariat avec Sonatrach», note la même source. Pour sa part, Ould Kaddour s’est dit ouvert à toute proposition de nature à entretenir l’excellence des relations entre les deux compagnies. Il a également relevé que pour Sonatrach, «le partenariat contribue positivement au développement de l’industrie nationale des hydrocarbures à travers la prise en compte de l’expertise étrangère dans l’amélioration et le développement des processus industriels et du savoir-faire technologique». Pour rappel, Maersk Oil est présente dans l’amont pétrolier et gazier en Algérie depuis de nombreuses années, notamment sur les champs de Berkine. Un mémorandum d’entente sur la coopération a été signé en octobre 2016 entre le Groupe Sonatrach et Maersk, qui a pour objectifs d’asseoir un partenariat solide basé sur un cadre propice pour la recherche et la réalisation de nouvelles opportunités de coopération entre les deux compagnies dans de nouveaux projets dans l’amont pétrolier et gazier. Il est à rappeler qu’au cour du Conseil des ministres, qui s’est réuni le 4 octobre, le président de la République, Abdelaziz Bouteflika a adopté un décret présidentiel autorisant Sonatrach à accélérer la recherche au niveau de six périmètres situés dans les départements de Ouargla (sud), Djelfa, Laghouat (centre) et Tébessa (est), dans l’espoir d’augmenter rapidement le nombre de découvertes d’hydrocarbures. Cette annonce a alléché les compagnies pétrolières internationales qui ne cessent d’exprimer leur grand intérêt vis-à-vis des investissements en Algérie, et ce, en dépit de la chute des prix des hydrocarbures qui a lourdement impacté ces entreprises. Enfin, il est utile de rappeler qu’en 2012, le groupe danois avait remporté, avec l’américain Anadarko, une compensation financière de 4 milliards de dollars dans l’affaire des profits exceptionnels qui l’opposait à la Sonatrach.
Lamia Boufassa