Université d'Alger

Enseignants-chercheurs écartés d’un programme de bourses à l’étranger : Le député Benkhalef interpelle Hadjar

Le député de l’alliance Nahda-Adala-Bina, Lakhdar Benkhalef, a interpellé le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Tahar Hadjar, sur le cas d’une dizaine d’enseignants- chercheurs, exclus du Programme national exceptionnel (PNE) offrant des bourses de formation à l’étranger.
Les enseignants en question, issus du système classique et inscrits à la sixième année de doctorat, s’étaient plaints d’avoir été «exclus sans explications» par le département de Hadjar, et se sont constitués en collectif, tenant même, le 16 août dernier, un sit-in devant le siège du ministère de l’Enseignement supérieur. Des centaines de doctorants ont soumis en mai 2018 leurs candidatures au programme national exceptionnel (PNE) pour l’année universitaire 2018-2019, auprès de leurs facultés et départements respectifs pour parachever les travaux de leurs thèses de doctorat dans un établissement d’enseignement ou un laboratoire scientifique étranger. Après l’approbation de leurs dossiers par les Conseils scientifiques des universités, ils se sont entretenus début juillet avec un comité d’évaluation du ministère de l’Enseignement supérieur. La procédure suivait un bon déroulement et les candidats ont même été « rassurés par différentes instances du secteur », expliquent ces enseignants-chercheurs. Certains ont été appelés à compléter leurs dossiers et le ministère a même attesté de la conformité administrative des candidatures. Toutefois, fin juillet, une cinquantaine de candidats, issus du système classique et inscrits en 6e année de Doctorat ont constaté avec surprise avoir été exclus, sans explication ni justificatif, de ce programme de bourses. «Les intéressés n’ont pas pu bénéficier de la bourse l’année dernière, car le programme n’a pas été ouvert à ces professeurs quand ils étaient enregistrés en cinquième année. Et pour cause, le taux d’avancement de leurs thèses est bon, mais ils n’ont pas pu le faire en raison de leur volume de travail et aussi faute de matériels et appareils dans les laboratoires spéciaux des filiales scientifiques et techniques », a expliqué Benkhalef, dans une lettre adressée au ministre Hadjar. Il ajoute : « compte tenu de ce qui précède, nous vous sollicitons, monsieur le ministre, d’intervenir pour rendre justice à ces enseignants-chercheurs, qui ont beaucoup donné à l’université algérienne afin de leur permettre de bénéficier de cette bourse pour qu’ils puissent achever leurs thèses».
Hamid Mecheri