Énergies renouvelables à Ghardaïa : Plaidoirie pour la création d’un réseau d’experts

Les participants à la 5e édition du Séminaire scientifique sur les Energies nouvelles et renouvelables (SIENR), organisée durant deux jours à Ghardaïa, ont plaidé, au terme de leurs travaux, à la création d’un réseau d’experts algériens dans la thématique des énergies renouvelables en vue d’échanger les informations. Ils ont également appelé à l’élaboration d’une stratégie en matière de sensibilisation et d’éducation aux énergies renouvelables ainsi qu’au développement durable en adoptant une approche participative des différents acteurs locaux. Ils ont mis en avant l’importance de sensibiliser les citoyens aux énergies renouvelables, d’impliquer toutes les collectivités locales dans le programme national d’optimisation d’éclairage public conformément aux directives du ministre de l’intérieur, des collectivités locales et de l’aménagement du territoire et d’encourager les collectivités à l’utilisation le plus possible des énergies renouvelables. Les participants ont recommandé également l’encouragement des travaux de recherche estudiantins en master et doctorat portant sur les énergies renouvelables ainsi que les prototypes créés tout en adoptant un accompagnement social à leurs projets. Ils ont souligné l’importance d’encourager les compétences des jeunes et de soutenir le développement du secteur de l’énergie solaire et de l’efficacité énergétique en Algérie, tout en vulgarisant l’information pour la rendre accessible via des cycles de formation, tables rondes, conférences et autres. Organisée par l’unité de recherche appliquée en énergies renouvelables (URAER) de Ghardaïa, cette 5e édition rencontre et ambitionne d’être une plateforme d’échange de communication et de vulgarisation des énergies renouvelables ainsi que la maîtrise des nouvelles technologies liées aux énergies nouvelles, signalent les responsables organisateurs. Cette manifestation scientifique biennale tend à mobiliser les experts dans les différents domaines des énergies renouvelables et favorise la création d’un réseau s’appuyant sur de fortes compétences afin de constituer une base de formation et d’échange entre les spécialistes afin de contribuer à atténuer les effets induits par les changements climatiques. Plus d’une centaine de communications portant sur la valorisation du gisement solaire et éolien, la maîtrise de l’énergie et l’environnement, le système énergétique hybride ont animées par des chercheurs et universitaires algériens, selon les organisateurs. Inauguré en 1999, l’Unité de recherche appliquée en énergies renouvelables (URAER) de Ghardaïa, partie organisatrice du séminaire, est affiliée au Centre national de développement des énergies renouvelables.