intersyndicat

Elle envisage de renouer avec la protestation : Réunion, aujourd’hui, de l’Intersyndicale

Aussitôt les vacances d’hiver terminés, l’intersyndicale revient à la charge. La coalition des 13 syndicats autonomes de différents secteurs d’activité a prévu, en effet, de se réunir aujourd’hui après une pause de prés d’un mois.

Les membres de cette coalition qui refusent de lâcher prise devront lors de cette réunion décider de la nouvelle forme à adopter sachant que les syndicats optent à l’unanimité pour durcir davantage leurs actions.
Le deuxième trimestre de l’année scolaire s’annonce aussi mouvementé que le trimestre précédent. Bien qu’un amendement ait été introduit dans le projet de loi sur la retraite sur instruction du Président Abdelaziz Bouteflika, l’intersyndicale est clairement insatisfaite. Cette mesure qui n’a eu aucun effet dissuasif sur les contestataires, a été qualifiée de « non événement ». Tout porte, donc, à croire que l’intersyndicale poursuivra bel et bien sa série de grèves et de rassemblements. Il reste à savoir comment, quand et ou? C’est sur ces questions que les 13 syndicats autonomes devront répondre aujourd’hui lors d’une réunion au siège du Cnapest. Contacté, hier, le secrétaire général du CLA, Idir Achour, a confirmé l’information. Selon lui, les syndicats déterminés à maintenir leur position vont discuter de la façon de comment poursuivre la contestation. Le conseil national du CLA aurait décidé, pour sa part, d’adhérer à toutes les actions tout en soutenant l’intersyndicale dans sa décision de la radicalisation des actions, a souligné notre interlocuteur. Idem, pour Sadek Ziri président de l’Unpef. « Il sera question lors de notre rencontre sur les méthodes les plus radicales à adopter », nous déclare-t-il. Pour rappel, l’Assemblée populaire nationale (APN) avait adopté le 27 novembre dernier l’amendement oral présenté, sur instruction du Président Bouteflika par le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale Mohamed El Ghazi, au projet de loi. L’amendement prévoit notamment l’attribution pendant deux années la pension de retraite, avec jouissance immédiate au profit des travailleurs salariés, âgés de 58 ans en 2017 et 59 ans en 2018 et qui ont totalisé 32 années au moins de service effectif ayant donné lieu au versement de cotisations.
L’intervention du président n’avait toutefois pas réussi à calmer la grogne des fonctionnaires. Les syndicats avaient estimé que cette mesure n’était qu’un report du problème. À rappeler que l’intersyndicale avait entamé sa série de grèves reconductibles le 18 et le 19 octobre 2016 ensuite le 24 et le 25 du même mois. Une autre série a été organisée les 21, 22, 23, 27, 28, et le 29 novembre 2016. Un rassemblement national empêché par les forces de l’ordre a, notamment, eu lieu à Alger à la place de la grande poste le 27 novembre 2016.
L’intersyndicale est actuellement composée de 13 syndicats de différents secteurs d’activités de la fonction publique. Y sont adhérés, le Cnapest, le Snte, le Satef, le Snpsp, le CLA, le Snapest, le Snaptep, le Snapep, le Snvfap, le Snategs, le Safap, l’Unpef, et le syndicat national des imams. Elle revendique le maintien de la retraite anticipée, la protection du pouvoir d’achat des travailleurs, et la concertation des syndicats autonomes dans l’élaboration du nouveau code de travail
Ania Nch-Nb

Évaluation du premier trimestre scolaire : Benghebrit satisfaite
La ministre de l’Éducation nationale, Nouria Benghebrit, a affirmé, jeudi, que les données disponibles au ministère de l’Éducation nationale révèlent que les résultats du premier trimestre de l’année scolaire 2016-2017 ne sont pas loin de ceux enregistrés durant la même période de l’année précédente. Lors d’une Conférence nationale regroupant les directeurs du secteur de l’Éducation nationale, la ministre a précisé que l’inspection générale du ministère présentera à la fin du mois en cours, les résultats du premier trimestre, tout en soulignant que les données disponibles indiquent que les résultats de ce premier trimestre ne sont pas loin de ceux enregistrés l’année précédente. En cas de dysfonctionnements lors de l’exécution des programmes, notamment ceux qui concernent les première et deuxième années de l’enseignement primaire et la première année du moyen, l’inspecteur est appelé à les corriger à travers la refonte pédagogique, a-t-elle ajouté. Les éventuelles lacunes toucheraient certaines matières et établissements seulement a-t-elle précisé affirmant que les enseignants estiment que les résultats insatisfaisants observés dans certaines matières sont justifiés par le fait que le premier trimestre soit le plus long et le plus difficile pour l’élève. Les syndicats autonomes du secteur abondent vers le même constat. Selon le secrétaire général du CLA, les résultats de ce premier trimestre ne sont effectivement pas loin de ceux de l’année scolaire précédente. Idir Achour a précisé que pour le cycle secondaire la moyenne générale des classes de 1ere année est de 8.83/20 contre 9.32 deuxième année et 9.03 pour les classes de terminale.
Ania NCH