Bac

Education : L’arrivée de Tizi Ouzou en tête des examens scolaires est le fruit d’un travail continu

L’arrivée de la wilaya de Tizi Ouzou en tête de classement des résultats des examens du Bac, BEM et 5ème est le fruit d’un travail continu et d’efforts consentis par tous les acteurs de la famille éducative, a estimé lundi le directeur de l’éducation. S’exprimant à l’occasion d’une cérémonie organisées à l’honneur des lauréats des examens de fin de l’année, Djamel Belkadi a rappelé que la wilaya de Tizi Ouzou préserve sa première place au niveau national en matière de résultats scolaires depuis neuf ans grâce à l’implication et la volonté de tous, à commencer par les élèves et leurs parents, les enseignants, les responsables des établissements scolaires, les encadreurs et le personnel de la direction de l’éducation. C’est le fruit d’un travail continue et d’une stratégie commune visant à mettre tous les moyens nécessaires au profit de l’élève. C’est aussi le résultat d’un accompagnement permanent des parents et des enseignants , a-t-il soutenu. En plus des résultats quantitatifs par lesquels s’est imposée la wilaya pour la neuvième année consécutive au niveau national, la direction de l’éducation a misé également sur le qualitatif et l’amélioration des moyennes obtenues par les lauréats. Un objectif en cours de concrétisation puisque 13 ont obtenu une moyenne supérieure à 18/20 au bac et 68 autres ont eu plus de 17/20. Concernant le BEM, ce sont 18 lauréat à avoir leur visa de passage au secondaire avec 18 et 131 avec 17 et plus, selon les chiffres fournis par la direction locale de l’éducation.

Il y a 5% de chances de limiter le réchauffement à 2o C
Il y a 5% de chances de limiter le réchauffement climatique à 2o C, l’objectif fixé par l’accord de Paris scellé par la communauté internationale en 2015, selon des chercheurs. Les chances d’atteindre l’objectif de 1,5o C, également contenu dans l’accord, ne sont que d’1%, estiment-ils dans une étude parue dans une revue spécialisée. Une équipe de scientifiques basée aux Etats-Unis a utilisé des projections de croissance de la population pour estimer la production future et les émissions de carbone dues à l’utilisation d’énergies fossiles qu’elle entraîne. Sur la base de ces données, «l’augmentation de la température est probablement de 2o C à 4,9o C, avec une valeur médiane de 3,2o C et 5% de chances qu’elle soit inférieure à 2o C», écrivent les chercheurs. Leurs calculs ne sont pas basés sur le pire scénario, avec une consommation d’énergie toujours aussi intense, mais intègrent des efforts pour limiter l’utilisation des énergies fossiles, précisent-ils. Ils ne prévoient pas en revanche la possibilité d’un basculement massif et soudain vers les énergies renouvelables. «Atteindre l’objectif d’un réchauffement inférieur à 1,5o C suppose que l’intensité en carbone baisse.

Russie: 3 braqueurs abattus lors d’une tentative d’évasion d’un tribunal
Trois membres d’un « gang GTA » de braqueurs d’automobilistes, accusés du meurtre de 17 personnes entre 2012 et 2014, ont été abattus lors d’une tentative d’évasion mardi d’un tribunal près de Moscou où ils étaient jugés. Les cinq hommes, escortés par deux policiers, les « ont attaqués dans l’ascenseur » du tribunal de la région de Moscou, selon un communiqué du Comité d’enquête. « L’un des prévenus a commencé à étrangler un garde », les autres en profitant pour enlever leurs menottes et s’emparer des armes des policiers, selon ce communiqué. Arrivés d’urgence sur les lieux, des membres de la Garde nationale ont essayé d’arrêter les assaillants qui ont ouvert le feu, selon la même source. « Trois prévenus ont été tués dans l’échange de tirs, et deux autres ont été hospitalisés avec de graves blessures », précise le communiqué.

L’infection chronique des gencives et le risque de cancer chez la femme
Les femmes ménopausées souffrant d’une infection chronique des gencives ont 14% plus de risques de développer un cancer et surtout celui de l’œsophage, qui est plus de trois fois plus fréquent dans ce groupe, montre une étude, publiée hier. Les chercheurs, dont les travaux paraissent dans une revue médicale, ont également constaté que ces femmes couraient un risque significativement plus élevé de cancer du poumon, du sein, de la vésicule biliaire et de mélanome ; une tumeur agressive de la peau. L’étude a été menée entre 1999 et 2013 avec plus de 65.000 femmes de 54 à 86 ans qui ont répondu à un questionnaire sur leur état de santé pendant une période de suivi de huit ans en moyenne. De précédentes études avaient déjà suggéré que des personnes atteintes d’une maladie parodontale étaient plus susceptibles de développer certains cancers. Mais cette étude est la première à se concentrer spécifiquement sur cette infection chronique des gencives à tous types de cancer dans une population de femmes plus âgées, souligne la Dr Jean Wactawski-Wende, doyenne de la faculté de santé publique de l’Université d’Etat de New York à Buffalo, la principale auteure.

Une alpiniste US meurt foudroyée dans les Alpes
Une alpiniste américaine de 41 ans a perdu la vie, dimanche, après avoir été touchée par la foudre alors qu’elle progressait sur l’arête Sud du Cervin (4.478 m) dans les Alpes suisses, a indiqué la police. Elle faisait de l’alpinisme en compagnie d’un homme de 40 ans, a expliqué la police du canton du Valais dans un communiqué. Les enquêteurs n’ont pas souhaité donner la nationalité de cet homme, mais un porte-parole de la police a précisé qu’il ne s’agit ni d’un Suisse, ni d’un Américain. Les deux alpinistes ont été surpris par un violent orage, au cours duquel la femme a été mortellement foudroyée. Son compagnon de cordée a lancé l’alerte, mais «en raison des mauvaises conditions météo, les secouristes n’ont pu intervenir que six heures plus tard au moyen d’un hélicoptère», a expliqué la police, ajoutant qu’un médecin n’avait pu «que constater le décès de la malheureuse». Le même jour, un Allemand de 56 ans a fait une chute mortelle alors qu’il faisait de l’escalade dans le massif des Gastlosen, a indiqué la police bernoise dans un communiqué. Une enquête a été ouverte.

67 migrants africains entrent à Ceuta (Espagne)
Un total de 67 migrants africains a réussi, hier, à entrer dans l’enclave espagnole de Ceuta dans un assaut massif sur la clôture du périmètre frontalier. Ce nouvel assaut qui a été mené par plus de 200 immigrants qui se trouvaient dans les montagnes près de la frontière s’est soldé par la blessure de trois officiers de la garde civile et sept migrants qui devraient être transférés à l’hôpital universitaire de Ceuta, selon des sources de la garde civile espagnole citée par des médias. Les mêmes sources ont précisé que les migrants ont tenté avec «des pierres, des bâtons et d’autres outils rudimentaires» d’empêcher les agents de la garde civile de les intercepter afin de parvenir à leur objectif, celui d’atteindre le territoire espagnol. L’enclave espagnole de Ceuta a enregistré durant cette année plusieurs assauts massifs de migrants africains voulant accéder à la péninsule ibérique. Le premier janvier 2017, un millier de migrants ont pris d’assaut la double clôture frontalière de Ceuta mais aucun d’entre eux n’a réussi à passer de l’autre coté sauf deux migrants blessés qui ont été hospitalisés.
Le 17 février ainsi que le 20 du même mois, cette zone frontalière espagnole a enregistré deux assauts spectaculaires de migrants qui ont permis au total à prés de 800 migrants de réussir à entrer dans la ville de Ceuta.

La boulimie s’empare de l’humanité !!!
L’humanité a consommé, en seulement sept mois, toutes les ressources que la Terre peut produire en une année, selon des calculs du Global Footprint Network, un institut de recherches international basé à Oakland (Californie). Jusqu’à la fin 2017, pour continuer à boire, à manger, à nous chauffer ou à nous déplacer, nous allons donc surexploiter les écosystèmes et compromettre leur capacité de régénération, selon l’institut. Grâce à plus de 15 000 données des Nations unies, le Global Footprint Network compare l’empreinte écologique de l’homme, qui mesure l’exploitation des ressources naturelles de la Terre, avec la biocapacité de la planète, c’est-à-dire sa capacité à reconstituer ses réserves et à absorber les gaz à effet de serre. Selon ses calculs, la consommation de l’humanité dépasse de 70 % les ressources disponibles. Autrement dit, l’équivalent de 1,7 planète est nécessaire pour assouvir les besoins des humains. Selon l’institut, nous contractons cette dette car nous coupons des arbres à un rythme supérieur à celui de leur croissance, nous prélevons plus de poissons dans les mers qu’il en naît chaque année, et nous rejetons davantage de carbone dans l’atmosphère que les forêts et les océans peuvent en absorber. Les conséquences de cette surconsommation se font déjà sentir: déforestation, déclin de la biodiversité, pénuries en eau, acidification des océans, érosion des sols, accumulation des déchets ou encore élévation de la concentration de CO2 dans l’atmosphère affectent l’ensemble du globe. Encore excédentaire en 1961, avec un quart de ses réserves non consommées, la Terre est devenue déficitaire au début des années 1970.