DJEZZY

DJÉZZY : L’Etat algérien rachète les 45.57 % de parts de Veon

Après environ une année de négociations qui ont connu tout récemment un rythme accéléré dans le dossier Djezzy, l’État algérien a récupéré les 45.57 % de parts détenus par Veon. C’est ce qu’a annoncé hier, dans un communiqué, le Fonds national d’investissement (FNI) qui a fait part de la conclusion de la transaction, sachant que l’Algérie dispose déjà des 51% des actions de cette société.
En effet, le FNI a indiqué avoir acheté toutes les parts de Djezzy détenues auparavant par l’entreprise mère, le géant néerlandais des télécommunications « Veon » qui disposait de la licence de téléphonie mobile. Ces négociations entre les deux parties ont été ainsi couronnées par la signature d’un accord, après plusieurs mois d’intenses tractations marquées par une atmosphère « apaisée » et un esprit de « responsabilité » avec comme seul souci de maintenir « la stabilité et la performance » de Djezzy. « Cet accord, qui intervient à la veille de la célébration du 60e anniversaire de la fête de l’indépendance, permet au Fonds national d’investissement d’acquérir les actions restantes de Veon à Djezzy », indique un communiqué publié par le FNI. Il convient de rappeler qu’après des années de négociations, l’Etat algérien avait réussi, avril 2014, à revenir actionnaire majoritaire de Djezzy avec le rachat de 51% des parts alors détenus par Orascom Telecom Algérie, filiale du groupe Orascom appartenant à Naguib Sawiris. Ce dernier, faut-il le souligner, avait perdu son procès contre l’Algérie. Il a été plusieurs fois débouté par le tribunal international dans sa requête où il avait réclamé un montant de 4 milliards de dollars.
F. G.