Aquaculture

«DIVICO2» et le plan aquapêche 2020 : Un programme au cœur du développement

Le secteur de la pêche et de l’aquaculture est désormais un marché prometteur et rentable dans ce domaine. En effet, comme tous les pays de la mer méditerranéenne, l’Algérie doit réconforter sa place dans le bassin, tandis qu’elle dispose de toutes les commodités nécessaires pour promouvoir cette filière, et améliorer les performances de l’économie nationale, tout en contribuant à la croissance économique et aux exportations hors hydrocarbures dont la compétitivité, la création d’emplois et la promotion des exportations…
Il y a lieu de signaler que Mostaganem est l’une des wilayas pilotes ayant bénéficié du programme «DIVECO 2», à l’instar d’Alger, Annaba et Ain Temouchent, ce programme vise à augmenter la contribution du secteur de la pêche et de l’aquaculture dans la diversification de l’économie algérienne par un développement durable et en améliorant ses performances économiques. Dans ce contexte, le directeur, de cette wilaya, de la pêche et des ressources halieutiques, Toufik Rahmani a précisé qu’: « un expert algérien et un autre français spécialisés en élevage de mollusques, ont visité deux projets en cours d’exploitation à la zone aquacole de Stidia, dans le cadre de la mise en œuvre du programme d’appui à la diversification de l’économie DIVECO 2.» Le même responsable a ajouté que : « ces deux experts ont rencontré des investisseurs dans ce domaine pour prendre connaissance du parcours technique suivi, des compétences scientifiques et de l’accompagnement technique.» Afin d’accroître le taux de diversification économique à travers le développement durable, et pour améliorer le rendement du secteur, suivant le plan national «Aquapêche 2020», ce directeur a affirmé que : « d’autres visites sont prévues au titre de ce programme pour accompagner des investisseurs de la préparation du projet jusqu’à la production et commercialisation.»
Cette visite s’inscrit, en outre, dans le cadre de l’accord signé entre l’Algérie et l’Union européenne dans les domaines de l’agriculture, de la pêche et de l’aquaculture pour la mise en œuvre de ce programme financé par l’UE à hauteur de 15 millions d’euros. Cette initiative de l’UE s’inscrit dans le cadre du programme d’appui à la diversification de l’économie pour le secteur de la pêche « DIVICO2». Ce programme compte également de promouvoir et valoriser la filière halieutique à travers un accompagnement sur le plan de la gestion durable des stocks, de la qualité des produits ainsi que sur les segments de la distribution et de la commercialisation.
Les deux projets d’élevage de moules à Stidia, premier de leur genre dans la région, sont inscrits au titre de l’investissement privé pour un coût total de plus de 80 millions de DA.
Les deux investisseurs ont bénéficié chacun, sur la base d’un acte de concession, d’une superficie de 800 mètres carrés sur terre pour créer une base de vie et l’installation de chambre froide, de conservation et de 5 hectares en mer pour l’élevage. Ces deux projets, qui seront mis en exploitation en début octobre prochain, devront fournir chaque année 300 tonnes de moules et générer 60 emplois entre plongeurs, ingénieurs et employés.
Pour aller vers un développement durable du secteur, il faudra dans ce sens, que l’état continue à apporter l’assistance technique nécessaire au développement de la pêche et de l’aquaculture, en faisant attention particulière à la pêche artisanale et au développement de la stratégie nationale, sachant que les prix des poissons sont toujours en hors portées des petites bourses. Pour améliorer les prestations d’une pêche durable, il est nécessaire de mieux gérer les pratiques pour assurer la durabilité et l’exploitation halieutique à l’avenir, offrir aux professionnels de la pêche les moyens matériels nécessaires pour bien structurer et organiser l’investissement dans le secteur.
Mohamed Wali