Idir

Des vedettes françaises au prochain concert d’Idir à Alger

Le chanteur Idir sera accompagné d’un grand orchestre et de vedettes de la chanson française lors de son concert, prévu à Alger les 4 et 5 janvier 2018, selon l’Office national des droits d’auteurs et droits voisins (Onda). Trente musiciens et un groupe de choristes accompagneront Idir pour ce concert qui signe le retour de l’icône de la chanson algérienne d’expression kabyle après 40 ans d’absence de la scène artistique algérienne. Gérard Lenorman et Maxime Le Forestier, entre autres grands noms populaires de la chanson française qui figurent à son album «Ici et ailleurs», partageront la scène avec Idir, indique un communiqué de l’office. Ce concert-évènement, placé sous le signe des «retrouvailles», est programmé à l’occasion de «Yennayer» -le nouvel an amazigh célébré le 12 janvier de chaque année- à la coupole du complexe olympique Mohamed-Boudiaf. La dernière apparition de Idir sur la scène algérienne remonte à 1979. Un coffret CD édité par l’Onda et regroupant toutes ses chansons devra être révélé à l’occasion du concert.

Ooredoo et la FAPH pleinement engagés aux côtés des personnes handicapées
Ooredoo, entreprise citoyenne et fidèle à ses engagements, célèbre, en partenariat avec la Fédération algérienne des personnes handicapées (FAPH), la Journée internationale des personnes handicapées. Pour marquer cette journée mondiale, Ooredoo et la FAPH ont organisé conjointement, hier à Alger, une rencontre sous le slogan «Tous ensemble pour ne laisser personne de côté», ayant regroupé une centaine de personnes vivant avec différents handicaps et leurs familles, en présence de la présidente de la FAPH, Madame Atika El Mameri et de Ramdane Djezairi, directeur opérationnel chargé des Relations publiques et médias, représentant M. Hendrik Kasteel, le directeur général de Ooredoo.
Dans son intervention, intitulée : «Acquis et perspectives en matière de droits des personnes handicapées et rôle de Ooredoo dans l’accompagnement de la FAPH», Mme El Mameri a rappelé l’importance de l’implication de l’ensemble des citoyens et acteurs de la société civile pour améliorer le quotidien des personnes handicapées. Pour sa part, M. Djezairi, a mis en avant l’engagement indéfectible de Ooredoo pour accompagner la FAPH dans ses projets d’amélioration des conditions de vie des personnes handicapées visant à leur garantir une meilleure insertion sociale et professionnelle.
Depuis 2015, Ooredoo est fière d’accompagner en tant que Partenaire la FAPH, un mouvement national militant pour l’égalité des chances et la promotion des droits des personnes handicapées. Ce partenariat prévoit notamment la réalisation d’un projet d’accompagnement à l’autonomie et à la scolarisation des enfants handicapés. Dans la continuité de la célébration de cette journée et afin de sensibiliser les citoyens autour de l’insertion sociale et professionnelle des personnes vivant avec un handicap, Ooredoo a lancé une campagne de communication diffusée à travers la presse écrite, la radio et le Web mettant en exergue leur rôle déterminant et leur apport dans l’édification de l’Algérie. La responsabilité sociétale de l’Entreprise est l’une des valeurs les plus importantes de Ooredoo.
C’est pour cela que le soutien au mouvement associatif occupe une place importante dans la politique citoyenne de l’entreprise. C’est ainsi que Ooredoo a octroyé, en 2014, des aides financières aux associations œuvrant dans l’insertion des personnes handicapées notamment moteurs, non-voyants, sourds, trisomiques et handisport. Aussi, Ooredoo a organisé, en mars dernier, en partenariat avec la FAPH une journée de sensibilisation sur le dépistage précoce du cancer du sein.
Il y a lieu de noter qu’en cette journée mondiale des personnes handicapées du 3 décembre, placée cette année 2017 sous le slogan : «Vers une société durable et résiliente pour tous», l’ONU prône l’importance d’offrir à ces personnes l’accès à l’emploi et aux formations, à l’éducation, à la mobilité, à la sécurité routière, à la culture, aux loisirs, à la santé…Cette journée est une occasion de faire appel à tous les acteurs afin que ces personnes s’impliquent dans la société pour atteindre l’objectif d’un développement durable.

Des suspects arrêtés sur le meurtre d’une journaliste maltaise
Huit personnes, toutes maltaises, ont été arrêtées dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat de la journaliste et blogueuse anticorruption Daphne Caruana Galizia, tuée en octobre près de son domicile dans l’explosion de sa voiture. La police maltaise a arrêté lundi huit suspects dans le cadre de l’enquête sur le meurtre de la blogueuse Daphne Caruana Galizia, a annoncé le Premier ministre Joseph Muscat. Tous les suspects sont Maltais et la plupart parmi eux ont un casier judiciaire, a souligné le Premier ministre sans donner plus de détails.
La police dispose de 48 heures pour interroger les suspects avant de les traduire en justice ou de les libérer. Daphne Caruana Galizia, 53 ans, tenait un blog très populaire dans lequel elle dénonçait la corruption et s’en prenait régulièrement au chef du gouvernement. Sur son blog, elle avait révélé certains des pans les plus sombres de la politique maltaise.
Elle a été tuée le 17 octobre par l’explosion d’une bombe placée sous sa voiture. Daphne Caruana Galizia était investie dans une enquête dans le cadre des Panama Papers. Elle enquêtait notamment sur les liens présumés de la famille du Premier ministre maltais Joseph Muscat avec des sociétés offshore. La journaliste avait appris qu’une société offshore, détenue par l’épouse du Premier ministre, avait reçu des paiements de la part de la fille du Président azerbaïdjanais Ilham Aliev. Le gouvernement maltais a promis une récompense d’un million d’euros à celui qui apporterait des renseignements permettant d’élucider l’assassinat de la journaliste. En outre, le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a promis de payer 20.000 euros en échange d’informations sur les personnes impliquées dans le meurtre de Mme Galizia.

Une peine ans de prison prononcée dans une affaire de drogue à Ouargla
Des peines allant jusqu’à 20 ans de prison ont été prononcées, dimanche soir, par le tribunal criminel près la Cour d’Ouargla dans une affaire de drogue. La peine de 20 ans de prison ferme, assortie d’une amende de 5 millions DA, a été infligée à B.M.B (61 ans) pour chargement et transport de drogue, dans le cadre d’une bande criminelle organisée. Le dénommé B.S (47 ans), poursuivi pour le même chef d’inculpation, a écopé lui d’une peine de 15 ans de prison ferme, assortie également d’une amende de 5 millions DA. Dans cette même affaire, quatre autres personnes ont été acquittées, à savoir B.M (24 ans), B.L (32 ans), B.D (55 ans) et T.I (19 ans). Selon l’arrêt de renvoi, l’affaire remonte à septembre 2016, suite au contrôle à un barrage routier sur la RN-56 entre Ouargla et Touggourt d’un véhicule conduit par B.M.B, accompagné de membres de sa famille (l’épouse, le fils et la bru), et dont la fouille a permis de découvrir une quantité de 115 kg de résine de cannabis soigneusement dissimulée. Le mis en cause répondant aux initiales de B.M.B a aussitôt avoué avoir acheminé cette drogue de Tlemcen pour la remettre à B.S résidant à Ouargla et qui a été ensuite arrêté par les gendarmes. Le représentant du ministère public avait requis la peine à perpétuité pour l’ensemble des mis en cause, au regard de la gravité des faits reprochés.

Une richesse avifaune de 10 espèces migratrices à Illizi
Pas moins de 10 espèces d’oiseaux migrateurs ont été recensées depuis le début du voyage saisonnier de ces oiseaux dans la wilaya d’Illizi, a appris l’APS, hier, auprès des services de la conservation locale des forêts (CF). Les équipes de la conservation ont découvert, au niveau de la région de Tinemri, réputée pour ses plans d’eau et ses lacs, de nombreuses espèces d’oiseaux migrateurs en transit dans la région, dont l’échasse blanche, l’avocette élégante et la chouette, a-t-on précisé au service de la protection végétale et animale. L’échasse blanche, déjà baguée, a révélé, après diffusion de son image sur le réseau mondial de l’avifaune, que son départ a été de la région de Camargue (France), une zone aux plans d’eau abondants, a-t-on fait savoir. L’opération de recensement se poursuit pour toucher les autres zones de prédilection des oiseaux migrateurs, dont celle d’Ihrir, offrant des plans d’eau et un climat propice et classée zone humide sur la liste de la convention de Ramsar, en sus des zones d’Ifni et d’Imihrou. Les services des forêts de la wilaya d’Illizi ont reçu de nombreux messages d’encouragement des institutions d’information locales et internationales concernées par le monde des oiseaux et du réseau mondial des oiseaux migrateurs, notamment après la découverte de la chouette. Ces services ont été dotés dernièrement d’une série d’équipements techniques très développés susceptibles de faciliter la mission du recensement et le traitement des dossiers ayant trait au secteur.