Nouria Benghebrit

Des conseillers et des superviseurs de léducation reviennet à la charge : Benghebrit sur un terrain miné

La Commission nationale des conseillers et des superviseurs de l’éducation, affiliée à l’Union nationale de l’éducation et de la formation (UNPEF), a décidé de poursuivre son mouvement de contestation pour la prise en charge de ses revendications. Ce corps de l’éducation annonce, ainsi, deux journées de grève les 20 et 21 novembre, accompagné de rassemblements devant les directions de l’éducation le 21 du même mois.

Après les deux jours de débrayage organisés les 7 et 8 novembre dernier ainsi que des rassemblements organisés devant les directions de l’éducation à travers tout le pays le 25 du mois écoulé, les conseillers de l’éducation annoncent, donc, la reconduction de leur mouvement de contestation. Dans un communiqué sanctionnant une réunion du conseil national au siège de l’UNPEF organisée samedi dernier, la commission des adjoints de l’éducation a dénoncé le mutisme de la tutelle face à la grogne des travailleurs.
«Mais cette attitude du département de Benghebrit, ne nous affaiblit pas, bien au contraire, cela nous pousse à continuer notre combat jusqu’à satisfaction totale de nos revendications», lit-on dans le communiqué. Et de poursuivre, « nous allons recourir à toutes les méthodes légales pour faire entendre notre voix». À rappeler que les revendications des conseillers et des superviseurs de l’éducation tournent autour de la révision du décret exécutif complété et modifié, n°12-240, ayant trait à la classification des conseillers en éducation en service dans la catégorie 15, à l’accélération de la révision du décret relatif aux concours professionnels, et à la promotion des conseillers en éducation au grade de directeur d’école d’enseignement moyen, sachant que l’article 140 bis 13 prévoit la promotion des seuls superviseurs des lycées au poste de directeur de secondaire. Les conseillers de l’éducation appellent également à la nécessité d’ouvrir le dossier des indemnités pour la création de la prime d’encadrement au profit de leur corps comme c’est le cas pour le reste des travailleurs de l’administration.
Il convient de noter que le mouvement de contestation des conseillers de l’éducation intervient au même moment que celui des intendants du secteur. Ces derniers appellent à la promotion des intendants adjoints chargés de la gestion et dont l’expérience est de 5 ans au rang d’intendant, à la promotion interne des fonctionnaires des services économiques et à l’organisation d’un concours de rattrapage avant la fin de l’année 2017 et enfin à la révision de la méthode de remise de prime scolaire de 3000 DA. Les intendants revendiquent que cette opération soit organisée en dehors des établissements scolaires.
Ania Nait Chalal-NB