Enseignant

Départ massif des enseignants à la retraite : De nouveaux débarqués à la prochaine rentrée

Afin de pallier au départ massif en retraite des enseignants, à partir du mois d’août prochain, le ministère de l’Éducation nationale compte procéder au recrutement de plus de 40 000 nouveaux enseignants.
C’est, en effet, ce qu’a fait savoir la ministre du secteur, Nouria Benghebrit, lors de son passage, hier, sur les ondes de la Radio nationale chaîne 3. La ministre a expliqué que le recrutement de ces enseignants se fera en deux temps. La première phase à l’échelon nationale, qui devra s’étaler du 7 au 17 avril, concernera les candidats ayant obtenu la moyenne lors du précédent concours organisé le 30 avril 2016, à travers l’utilisation de la plateforme numérique du ministère. Cette même plateforme sera, également, utilisée du 18 au 27 avril, pour le recrutement à l’échelon de wilayas. Il y aura ensuite, poursuit Benghebrit, l’ouverture d’une nouvelle plateforme le 2 mai prochain pour permettre aux nouveaux candidats de s’inscrire au concours qui sera organisé le 29 juin. Ce concours, qui sera organisé pour la préparation de la prochaine rentrée scolaire 2017-2018, devra permettre de recruter un contingent de 41 000 enseignants, précise l’hôte de la Radio, avant de souligner que les listes des spécialités et les cycles pour lesquels les postes sont ouverts seront communiqués avant la fin avril. Pour Benghebrit, cette opération de recrutement permettra de pallier au déficit des enseignants, sauf pour les cas, où certains des nouveaux recrus ne rejoignent pas leurs postes. Évoquant, dans ce cadre d’idées, le volet «formation», Nouria Benghebrit a indiqué que les enseignants qui seront admis, notamment, ceux qui n’ont pas fait l’École supérieure des enseignants devront être formés durant la période allant de la mi-juillet au début août. Mais pas que, souligne Benghebrit, qui ajoute que la formation devra être assurée tout au long de l’année, les samedis, mais aussi lors des vacances scolaire. Le renforcement de la formation et l’accompagnement par les inspecteurs et les professeurs formateurs permettra, selon la responsable, de compenser le déficit en matière de formation pédagogique.

L’examen de 5e, le 24 mai au lieu du 28
Nouria Benghebrit a annoncé, à la même occasion, que la date de l’examen de fin de cycle primaire, 5e, a été avancée au 24 mai prochain, au lieu du 28 mai qui coïncide avec le début du mois sacré de Ramadhan.
La ministre a indiqué, à cet effet, «qu’exceptionnellement l’examen de fin de cycle primaire sera avancé au 24 mai prochain, au lieu du 28 mai qui coïncide avec le début du mois sacré». S’agissant des autres examens, à savoir le BEM et le Baccalauréat, l’invitée de Radio chaîne 3 a confirmé le maintien du calendrier déjà fixé, à savoir du 4 au 6 juin pour le BEM et du 11 au 15 juin pour le Bac.
Dans ce cadre, elle a rappelé que l’Algérie a déjà organisé les examens nationaux officiels, les années 1984-1985, durant le mois de Ramadhan. Elle a souligné également que tous les pays musulmans vont organiser cette année les différents examens durant cette période. Abordant, d’autre part, le phénomène de l’absentéisme des élèves de Terminale lors du troisième trimestre, Benghebrit a estimé que la solution radicale pour que cette situation ne se reproduise plus est de prendre en compte les propositions de réformes qui ont été faites par les partenaires sociaux parmi lesquelles la prise en compte du contrôle continu dans le calcul des résultats du Bac. Elle a, à ce titre, mis en garde les élèves qui désertent les classes avant la date prévue de ne pas avoir la possibilité, si jamais ils redoublent, de pouvoir revenir en classe. Ces derniers peuvent être notamment exclus, a-t-elle prévenue.
Ania Nait Chalal-Nait Baha