Bedoui

Décentraliser l’administration pour libérer la décision : L’incontournable solution !

Alors qu’il effectuait, avant-hier, une visite de travail dans la wilaya déléguée de In Salah, le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, est revenu sur le projet de décentralisation de l’administration dont le processus est en cours.

Constituant un cheval de bataille pour le ministre, il semblerait que la prochaine étape, après la création des wilayas déléguées sera d’examiner la question de l’extension des prérogatives des walis délégués. À cette occasion, Bedoui a fait savoir que son département présentera au Gouvernement, avant la fin de l’année en cours, des procédures « juridiques » en vue de « consacrer une véritable décentralisation dans la prise de décision » au niveau des wilayas déléguées. « Nous présenterons au Gouvernement, avant fin 2017, plusieurs procédures juridiques en vue de consacrer une véritable décentralisation dans la prise de décision au niveau des wilayas déléguées instituées en 2014 », a déclaré M. Bedoui au cours de sa visite. Bien qu’elles soient créés afin de décentraliser l’administration, les wilayas déléguées demeurent «impuissantes» en matière de prise de décisions, d’autant plus qu’en matière d’organisation et de pyramide institutionnelle, la mise en place de ces wilayas n’a pas changé le schéma de gestion de l’Etat. La concrétisation de l’annonce de Bedoui vient donc mettre un coup de pousse pour la décentralisation réelle de l’administration ce qui permettra de déclencher le développement économique tant souhaité en ces temps de crise.
Aussi, il convient de noter que ces wilayas déléguées sont appelées à vivre une période de transition dont on ignore la durée pour devenir des wilayas-mères. De ce fait, le ministre a relevé qu’ »actuellement en phase de transition, les wilayas déléguées seront promues en wilayas à part entière sur la base d’une évaluation effectuée par le ministère », ajoutant que l’objectif de la création de telles wilayas est de rapprocher les différents services administratifs du citoyen et créer une dynamique de développement et d’investissement. Dans ce sens, M. Bedoui a exhorté les responsables et les élus de ces wilayas à œuvrer à la concrétisation d’une dynamique économique et d’investissement en s’appuyant sur les capacités naturelles et ressources humaines dont elles recèlent notamment la catégorie des jeunes.

Les réseaux criminels, dans l’exploitation des migrants, dans le viseur
Par ailleurs, le ministre est revenu sur la question des migrants clandestins. Reconnaissant que ces derniers sont souvent victimes de réseaux criminels qui se livrent au trafic et à l’exploitation des femmes et des enfants. À ce titre, il a précisé que la préservation de sécurité et la stabilité de nos frontières demeure «une priorité». « L’Algérie est déterminée à prendre toutes les mesures légales en accord avec les chartes internationales pour préserver la sécurité et la stabilité de ses frontières », a-t-il déclaré à ce sujet avant de rappeler que la commission nationale chargée du dossier « avait pris des mesures strictes en vue d’éradiquer les réseaux criminels qui se livrent au trafic et à l’exploitation des femmes et des enfants sur notre territoire, à des fins criminelles ». D’ailleurs, il a tenu à préciser que certains de ces criminels ont été arrêtés l’année dernière tout en notant que la lutte se poursuivra avec « plus de fermeté ». Il a en outre précisé que « ces groupes qui se trouvent au niveau des frontières avec le Niger et le Mali travaillent fort malheureusement avec des Algériens». Plus loin, le ministre a déclaré que «toutes les mesures strictes seront prises pour venir à bout de ce phénomène et préserver notre sécurité et notre stabilité». Il n’a pas manqué de souligner que cette démarche se fera en coordination avec le ministère des Affaires étrangères et ses homologues du Niger et du Mali et plusieurs autres pays africains.
Lamia Boufassa