Constructions illicites sur les terres agricoles et forêstières : Bedoui déterre la hache de guerre

Longtemps restées à la traine, le dossier du bâti et des constructions illicites est ressorti des tiroirs du gouvernement pour être à nouveau réexaminé. Il faut dire que le dernier recadrage du président Bouteflika sur le foncier agricole, dont il a assuré d’un patrimoine public incessible, a fait bouger les choses pour l’Exécutif national.
La situation relative aux constructions illicites, pour laquelle les collectivités locales s’attellent à colmater vainement les brèches, a pris ces dernières années des proportions alarmantes. Néanmoins, le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, semble décidé à s’attaquer à la problématique et assurant que l’éradication des constructions illicites est une priorité pour son département. S’exprimant avant-hier, à l’APN, le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui s’est montré rassurant en précisant que « les constructions anarchiques et illicites dans les régions protégées en vertu de la Constitution, à l’instar des terres agricoles et forestières et le littoral font l’objet de suivi constant et minutieux», notant à cet égard que «toute construction illicite est immédiatement démolie et leurs propriétaires font l’objet de poursuites judiciaires». Le ministre, qui répondait à une question orale du député Azoug Saïda concernant les mesures prises pour mettre un terme au phénomène de construction illicite sur le littoral a reconnu que ces «constructions poussent comme des champignons, pas seulement sur le littoral», notant cependant que «le souci des autorités publiques est de mettre un terme au fléau».
D’ailleurs, il précisera que la police de l’urbanisme a enregistré 3491 infractions liées aux constructions sans permis de construire au niveau national durant le premier trimestre 2018 durant lequel 726 autorisations de démolition ont été appliquées »,
En ce sens, le ministre a souligné que les efforts des autorités publiques vont dans le sens du cadre de vie et de l’environnement sain prôné par le président de la République et l’opération a été lancée à Alger où toutes les constructions anarchiques ont été éliminées ». Le chef de l’État « a donné des instructions fermes au gouvernement à l’effet de punir toute violation des terres protégées, notamment les terres agricoles et forestières et le littoral », rappelant que le projet national « a consacré une protection spéciale pour ces terres ». Dans ce contexte, le ministre a souligné que la wilaya de Bejaïa «a recensé un nombre considérable de constructions illicites sur le littoral», indiquant que les autorités locales «ont pris une série de mesures dissuasives pour interdire la construction illicite», soulignant que cette wilaya a enregistré «la démolition de 73 constructions le 22 avril dernier et la démolition de constructions bâties sur un foncier relevant des domaines publics forestiers le 2 mai dernier ». « L’État fera face à ces pratiques inciviques en recourant à la force de la loi, d’autant que l’ État a permis de régulariser la situation des constructions n’ayant pas obtenu d’attestation de conformité et de mettre un terme au problème des constructions anarchiques, tout en simplifiant les mesures administratives de délivrance des attestations et contrats d’urbanisme en prévoyant un guichet unique au niveau des communes et des wilayas et en réduisant les délais de délivrance à 15 jours au maximum.
Lamia Boufassa