Commerce

Commerce : Une taxe de sauvegarde de l’économie sera instituée

Le désormais ex-ministre du Commerce, Mohamed Benmeradi a indiqué, hier, lors de l’Assemblée générale ordinaire de la CACI, tenue à Alger que « plusieurs mesures ont été mises en place par le gouvernement depuis le début de l’année, et nous allons probablement instituer une taxe de sauvegarde de l’économie nationale afin de réussir la stratégie de protection de la production nationale», a-t-il dit. Les résultats des opérations de l’exportation en 2017 était, selon le ministre bonne mais les objectifs sont encore loin, dont environ 100 millions de dollars ont été exportés en hors hydrocarbures. « La filiale date en 2017, à vrai dire selon les résultats, pour la première fois nous avons dépassé 55 millions de dollars d’exportation, il y a un potentiel et le gouvernement est entrain de travailler, nous avons des experts qui travaillent avec nous sur la stratégie du soutien de l’exportation, mais les deux grands axes sur lesquels nous travaillons durement c’est le soutien et la promotion de la production nationale. Il faudrait que tous les opérateurs économiques soient mobilisés pour contribuer à dégager le surplus nécessaire à l’exportation», soulignant notamment que «s’il y a encore des produits qui sont autorisés à l’importation, ce n’est que pour qu’elles aillent un peu dans le processus de fabrication», dira Benmeradi, lors de sa dernière activité sur la tête du ministère du Commerce. En signalant que «l’autorisation de 50 ou 55 produits à l’importation, n’est que pour satisfaire la demande du marché national, tant que la production de certains produits locaux reste insuffisante.» Pour le plan d’action de la CACI en 2018, la directrice générale de la Chambre algérienne du Commerce et d’Industrie (CACI), Ouahiba Bahloul a indiqué que « Nous avons un avantage majeur, nous avons la dimension nationale, nous avons un réseau de 48 chambres de commerce sur tous le territoire national, et cela fait sans aucun doute une force. Le développement économique du pays doit passer par un développement local, donc nous favorisons la proximité, le développement territorial. Pour l’année 2018, nous avons inscrit plusieurs actions qui vont dans l’organisation des rencontres régionales pour examiner les potentialités et faire remonter l’information concernant le potentiel économique de chaque région et pouvoir, notamment, donner plus de visibilité aux investisseurs locaux, nationaux et étrangers ; c’est-à-dire que nous voulons quand-même que cette dynamique territoriale puisse donner des résultats mais faire remonter l’information sur un potentiel économique et l’élargir sur l’ensemble du territoire», a-t-elle souligné. Par rapport au développement international, cette responsable a fait savoir que «la CACI a engagé, dans quelques temps, une action de promotion à l’international à travers l’organisation d’une mission économique, nous participons à des foires et des salons organisés en Algérie et à l’étranger notamment. L’objectif final c’est de pouvoir permettre aux opérateurs économiques de faire leur «benchmark» et de voir ce qu’ils font dans l’autre côté, et surtout pour pouvoir être compétitif. Nous avons également un autre axe qui est la formation : vous savez que la formation est le cœur du métier des chambres des commerces à travers le monde, qu’elles soient des chambres privées ou publiques. Ces formations représentent pour nous une source de financement et surtout rassembler et rapprocher le monde de l’entreprise par la formation que ça soit les universités, les instituts… » Concernant l’assemblée générale ordinaire de la CACI, Ouahiba Bahloul, a précisé que : «avec la présence massive des directeurs de l’ensemble des CCI et également des présidents, cette assemblée ordinaire est devenue exceptionnelle», ajoutant dans ce sillage que : «la CACI a connu des changements très profonds en terme de gouvernance, et ça c’est un point exceptionnel aussi parce que les élus arrivent en fin de mandat et bientôt, il va y avoir des élection pour le renouvellement du bureau… »
Mohamed Wali