PRODUITS PYRO-

Chasse aux produits pyrotechniques

Douze personnes ont été arrêtées et plus de 100.000 unités de produits pyrotechniques saisies par les forces de police dans trois wilayas du pays, a indiqué, hier, la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) dans un communiqué.
«Dans le cadre de la lutte contre le commerce informel, les éléments des sûretés de wilaya de Blida, Constantine et Jijel ont saisi une quantité de 112.164 unités de produits pyrotechniques et ont interpellé 12 individus impliqués dans ce délit», précise la même source. Les forces de police de la sûreté de wilaya de Blida «ont mené récemment des descentes dans les différents quartiers de la ville, ce qui a permis l’interpellation de 4 individus pour détention de 27.048 unités de produits pyrotechniques», ajoute la même source. Par ailleurs, les forces de police des sûretés de wilaya de Constantine et de Jijel ont procédé «à la saisie de produits pyrotechniques dans leurs secteurs de compétence qui rentre dans le cadre de préservation de la santé publique», relève la DGSN, ajoutant que «ces opérations ont permis la récupération de 85.116 unités».

Spectacle de sensibilisation à Alger contre le Sida
Un méga-spectacle de chants et de danses, programmé dans le cadre de la 8e Campagne «El yed fel yed» (main dans la main), de sensibilisation et d’information pour la lutte contre le sida, a réuni vendredi à Alger des jeunes artistes en herbe, venus de plusieurs villes d’Algérie exprimer leur engagement à soutenir les personnes atteintes par le VIH et participer au travail de sensibilisation pour faire reculer la maladie. Organisé par la Chaîne III de la Radio algérienne à l’occasion de la Journée mondiale de la lutte contre le Sida, ce spectacle, placé sous le thème, «Tous unis contre le Sida», a permis au public nombreux de la salle Ibn-Zeydoun de l’Office Riadh El Feth (Oref), de découvrir le travail de ces jeunes talents qui se sont succédé durant plus de deux heures de temps, dans des danses expressives et un répertoire inspiré essentiellement de plusieurs genres du patrimoine musical algérien.

Des villes entières évacuées en Australie
Les autorités de l’Etat de Victoria (Sud de l’Australie) ont ordonné l’évacuation de plusieurs villes, qui pourraient bientôt être inondées par une puissante tempête qui sévit actuellement en Australie, ont déclaré les médias locaux.
Les habitants de Myrtleford, Buckland et Wangaratta, dans le nord-est de l’État de Victoria, ont été invités à quitter leur domicile en raison de fortes pluies qui menacent de faire éclater les berges des fleuves. Les autorités estiment que le pire est à venir. «Nous avons des inondations importantes à travers l’État et les choses vont empirer ce soir et tout au long du week-end», a indiqué le Premier ministre, Daniel Andrews, ajoutant que l’État allait «être très durement touché». Les habitants de Victoria ont été avertis de s’attendre à un déluge «sans précédent» aujourd’hui avec de graves avertissements d’orages et d’inondations dans la région. Jusqu’à 300 mm de pluie sont attendus au cours du week-end, y compris de gros grêlons et des vents destructeurs. Des avertissements d’inondations ont été émis pour au moins une douzaine de banlieues de Melbourne.

Mitsubishi rappelle près de 20 000 véhicules Pajero en Chine
Le constructeur automobile japonais Mitsubishi Motors va rappeler 19 879 véhicules en Chine dont les airbags pourraient avoir des générateurs de gaz problématiques, selon l’organe suprême de contrôle de la qualité de la Chine. Mitsubishi Motors (Chine) Limited a déposé ce rappel auprès de l’Administration générale d’État pour le contrôle de la qualité, l’inspection et la quarantaine. Ce rappel, qui a commencé vendredi, concerne les véhicules Pajero importés, fabriqués entre le 12 juin 2013 et le 24 novembre 2016, selon l’administration. Les générateurs de gaz défectueux dans certains véhicules pourraient blesser des passagers lors de l’ouverture des airbags. Les pièces défectueuses seront remplacées gratuitement.

Ouverture à Oran d’un colloque sur la jeune recherche
La «jeune recherche en sciences sociales et humaines au Maghreb : institutions et acteurs» est le thème d’un colloque international qu’abritera, aujourd’hui et demain, le Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle (CRASC) basé à Oran. Initiée par le CRASC en partenariat avec l’université Oran 2 Mohamed Ben Ahmed et l’université de Bejaïa, cette rencontre de deux jours rendra hommage au défunt chercheur Mohamed Brahim Sahli. Elle mettra également l’accent sur les transformations enregistrées dans les postures des jeunes chercheurs, les thématiques choisies et les méthodes de recherche, en comparaison avec des travaux antérieurs, menés notamment durant les décennies 1980 et 1990. Selon l’argumentaire du colloque, les participants tenteront d’identifier ces transformations et ces changements ainsi que les nouvelles contraintes et défis auxquels font face les pays de la région maghrébine et leurs jeunes chercheurs en sciences humaines et sociales en particulier.

Un Anglais condamné 49 ans plus tard pour meurtre
Un homme a été condamné vendredi en Angleterre à la prison à perpétuité pour le meurtre, en 1968, du fils de sa compagne, qui était âgé de 19 mois. Paul Booth est décédé à cause d’une grave blessure au cerveau provoquée par une fracture du crâne. Son beau-père, David Dearlove, 71 ans aujourd’hui, avait prétendu que le petit garçon était tombé du lit et s’était blessé à la tête. Mais plusieurs décennies plus tard, en voyant une photo de famille, le frère de la victime, Peter Booth, âgé de trois ans à l’époque, s’est rappelé avoir vu son beau-père jeter son petit frère contre la cheminée. Son témoignage a conduit en 2015 à l’arrestation de David Dearlove et à sa mise en examen pour meurtre. Le retraité s’était séparé de la mère des garçons, aujourd’hui décédée, deux ans après le drame. Il a eu deux filles par la suite. Le témoignage de Peter Booth concordait avec des ecchymoses retrouvées sur le corps de la victime, en particulier sur ses chevilles. Près d’un demi-siècle après la mort du petit garçon, David Dearlove, qui a toujours nié les accusations portées contre lui, a été condamné à la prison à vie, avec une peine incompressible de 13 ans.

Un avion de Turkish Airlines atterrit en urgence à cause du nom d’un réseau WiFi
C’est un humour pour le moins mal venu. Jeudi 30 novembre, un avion de la compagnie Turkish Airlines qui se dirigeait vers Istanbul a été forcé d’atterrir en urgence au Soudan, après qu’un réseau WiFi au nom inquiétant a été repéré dans l’appareil. Un passager du vol au départ de Nairobi a en effet cru bon de créer un réseau WiFi baptisé « bombe à bord ». De quoi provoquer la panique, lorsque les autres passagers s’en sont aperçus. Le vol, qui devait atterrir en Turquie, a donc été détourné pour se poser en urgence à l’aéroport de Khartoum au Soudan. Les passagers et l’avion ont ensuite été soumis à plusieurs vérifications. « Les experts ont dit que le réseau en question avait été créé à bord de l’appareil », a précisé la compagnie aérienne dans un communiqué. Aucune anomalie n’a été repéré après les vérifications, et les passagers ont pu retourner dans l’avion. »Créer un réseau est à la portée de la plupart des détenteurs de smartphones, qui sont ensuite libres de le nommer comme bon leur semble. La compagnie n’a cependant pas précisé si le passager à l’origine de ce réseau avait pu être identifié, indique l’agence Reuters.