Amazigh

Célébration officielle du 37e anniversaire du printemps berbère : Sous le signe de la valorisation du patrimoine ancestral

La célébration du 37ème anniversaire du Printemps Berbère, qui est lancée davantage cette année, sous le sceau officiel de l’État, connaitra un riche programme, concocté à cet effet à travers plusieurs wilayas du pays.

Ainsi, la wilaya de Tizi Ouzou, berceau des mouvements identitaires et des luttes allant dans le sens de la revendication de l’officialisation de la langue amazighe, entamés depuis l’avènement du 20 Avril 1980, a connu les premières festivités, mardi dernier, à la maison de la culture «Mouloud Mammeri». Un mois consacré au patrimoine culturel devant s’étaler jusqu’au 18 mai prochain. Justifiant son choix d’inclure la célébration de ce mois dans les festivités initiées à l’occasion du 37e anniversaire du Printemps Berbère, Nabila Goumeziane, directrice de cet établissement culturel, a souligné que le patrimoine «est un élément indissociable des efforts de recherches pour le développement de la langue amazighe». Et de poursuivre que «le concept Patrimoine ne se limite pas au seul patrimoine matériel, mais comprend aussi le patrimoine immatériel et naturel qui vise à mettre en valeur les arts populaires et les traditions locales». Et c’est dans cette optique que l’ouverture de ce mois entre dans le cadre de la commémoration de l’anniversaire du printemps amazigh, a-t-elle expliqué. Pour la même responsable, le Printemps Berbère « constitue un moment important dans l’histoire contemporaine de l’Algérie et un repère pour notre mémoire collective nationale. D’où notre volonté de le célébrer dans le cadre d’une vue globale qui prendra en compte les différents aspects de l’identité amazighe, notamment le patrimoine matériel et immatériel», a-t-elle indiqué. C’est dans ce contexte également que la première conférence, programmée à l’occasion de ce mois, a été consacrée aux inscriptions et aux stèles libyques découverts en Algérie. 80 monuments historiques ont été décelés à travers tout le territoire national, selon Dahmani Samia, enseignante à l’université «Mouloud Mammeri» de Tizi-Ouzou. Elle a fait savoir que ces stèles comportent des transcriptions de l’alphabet Tifinagh dont le nombre de signes varie entre la vingtaine et la quarantaine selon les régions, précisant que les études comparatives entre les stèles découvertes en Algérie et celles retrouvées au Maroc ne révèlent pas beaucoup de différences dans le modèle d’inscription, ni dans le nombre de signes utilisés.
Cependant, la forme donnée de certaines de ces effigies n’a pas pu être expliquée par les archéologues et les anthropologues qui n’arrivent pas également à déchiffrer le message que comportent ces objets et le sens des mots inscrits, a révélé la même conférencière. Cet héritage millénaire, selon elle, demeure malgré cela un dénominateur commun d’un territoire étendu et d’une culture ancestrale partagée par tous les habitants de l’Afrique du Nord depuis des siècles. La première journée du mois de patrimoine, célébré cette année sous le thème : Le patrimoine culturel, Vecteur de développement du territoire», a été marquée par des expositions portant sur les richesses patrimoniales nationales et locales et abrités par les musées; Bardo des arts traditionnels d’Alger, Cirta de Constantine, ainsi que l’association Sebâa Zbari de Bouzeguène (Tizi Ouzou) et le Centre national des recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques. En outre, des ateliers sur le patrimoine ont été également organisés au niveau de la bibliothèque d’Azeffoun, à Tizi Ouzou, au profit des enfants de la localité. S’ajoutant à cela, des expositions, des conférences et des sorties sur les sites archéologiques classés de la wilaya au profit des collégiens et des lycéens seront organisées dans différentes localités, selon les organisateurs de ces manifestations. Dans le même sillage, un salon dédié aux potentialités patrimoniales et placé sous le thème : «Tamazight, une constante pour la cohésion et l’édification nationale», s’est ouvert, lundi dernier, au niveau des placettes du musée et de l’Olivier de la ville de Tizi Ouzou. Organisée par les différentes directions de l’exécutif de wilaya, notamment la culture, le tourisme et l’artisanat, l’environnement, les services agricoles, les forêts, le commerce, l’industrie et les mines en plus des deux chambres de l’artisanat et des métiers et du commerce, cette manifestation a enregistré la participation d’une centaine d’exposants représentant les différents secteurs d’activités. Procédant à l’ouverture officielle du ce salon, le wali de Tizi Ouzou, Abdelkader Boudarbali, a souligné, devant les participants à cette manifestation, que l’essor de la région sur les plans économique et social ne peut se faire sans l’accompagnement des producteurs pour développer leurs activités et s’imposer sur le marché local et national. En plus des artisans activant notamment dans les domaines de l’habitat traditionnel, la vannerie et les arts culinaires, des apicultures, des arboriculteurs et des petites entreprises créées dans le cadre des différents dispositifs de l’emploi ont tenu à prendre part à cet évènement en vue de faire connaitre leurs produits.
Hamid Mecheri