Vaccin

Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière : 2,5 millions de doses de vaccins prévus

Alors que la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière débutera le 15 octobre prochain, le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière a affirmé que le nombre de vaccins prévu pour cette année est de l’ordre de 2,5 millions de doses. La campagne de vaccination, visera, comme à l’accoutumée, les personnes les  plus exposées au virus, à savoir les malades chroniques, les personnes âgées, les femmes enceintes et les enfants. C’est ce qui nous a été affirmé par le directeur de la prévention au ministère de la Santé, le Dr Djamel Fourar. Pour faire face aux risques liés à la grippe saisonnière, le ministère de la Santé ne compte ménager aucun effort et prévoit de lancer une campagne de sensibilisation, surtout que le scénario de 2017 est toujours dans les esprits. Pour rappel, dix-neuf (19) cas de décès, causés par la grippe saisonnière ont été recensés à l’échelle nationale, en 2017 essentiellement au centre et à l’est du pays. Également, un total de 190 cas sévères ayant nécessité une hospitalisation ont été enregistrés durant l’hiver 2017. À noter que le ministère de la Santé craint que cette campagne de vaccination soit marquée par la méfiance des Algériens, comme ce fut le cas pour la vaccination contre la rougeole au mois de mars dernier. Pour rappel, le boycott de la campagne de vaccination contre la rougeole a causé une épidémie de la maladie à travers plusieurs wilayas du pays, causant le décès de plusieurs personnes. Mais il faut dire que ces réticences ne sont pas nées du néant. En effet, cette réticence remonte à 2014, lorsque des nourrissons sont décédés suite à leur vaccination au Pentavalent. Alors que ce dernier a été nouvellement introduit dans le calendrier de vaccination en Algérie, ces cas de décès ont semé la panique parmi les citoyens, bien que les enquêtes menées n’ont pas pu établir un lien entre ledit vaccin et les cas de décès.
Pour les professionnels de la santé, il est «criminel» de lancer un appel au boycott de vaccins, surtout qu’aucun lien n’a été établi entre les cas de décès enregistrés en 2014 et la vaccination au Pentavalent. Ainsi, selon le président du Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP), Lyès Merabet, « les professionnels de la santé ne peuvent appeler à boycotter un programme de vaccination; ça serait un acte criminel  ». Tout en voulant sensibiliser les citoyens quant à l’importance de la vaccination, le président du SNPSP a précisé que cette « réticence remonte à 2014, lorsque le ministère a décidé des changements dans le calendrier des vaccinations dans la précipitation et sans concertation avec les professionnels». Pour lui, afin d’éviter que le même scénario ne se reproduise, il est impératif de lancer des campagnes de sensibilisation, surtout que la question est très sensible et concerne la santé des citoyens. Entre autres, le Dr Merabet appelle le ministère à ne pas prendre de décision unilatérale, dans le futur, et à se concerter avec les concernés dans tout changement dans le calendrier afin de préparer l’opinion publique à tout changement. Une chose est sûre, pour lui, la vaccination contre la grippe saisonnière est nécessaire pour certaines catégories de malades afin d’éviter la complication de la maladie. Il notera, en sus, que les cas de décès enregistrés l’an dernier ne constituent pas un scénario propre à l’Algérie. Selon les chiffres de l’Organisation mondiale de la santé (OMS),
400 000 personnes meurent annuellement à cause des complications de la grippe. «La vaccination réduit sans doute les complications de la maladie », a soutenu le Dr Merabet.
Lamia Boufassa