Box-office US : rien ne peut battre N.W.A

Hitman : Agent 47 ? Sinister 2 ? American Ultra ? Personne n’est de taille face au gangsta rap. « You’re about to witness the strength of street power. » En fait, c’est déjà fait. N.W.A. – Straight Outta Compton est toujours le boss du box-office américain. Le biopic du groupe fondateur du gangsta rap Niggaz Wit Attitude, produit par Dr Dre et Ice Cube eux-mêmes, vient de franchir la barre des 100 millions de dollars de recettes aux USA (111,4 pour être précis) grâce à un deuxième week-end à 26,7 millions. Universal -qui ajoute le film à sa série de hits de 2015, de Cinquante nuances de Grey à Jurassic World en passant par Fast & Furious 7- a décidé également d’étendre la diffusion du film en le projetant dans plus de 3000 salles et de profiter de la faiblesse de la concurrence estivale. N.W.A. (financé pour 28 millions et dont on parle désormais comme d’un sérieux prétendant aux Oscars) est également le seule film de l’été à s’adresser au public afro-américain. Même les polémiques nées avec le succès du film (le passage sous silence des violences de Dre envers les femmes, par exemple) ne l’empêchent pas d’être le carton d’août, sans conteste.
Seul blockbuster sérieux de l’été, Mission : Impossible Rogue Nation continue tranquilou son carton. 11,7 millions de dollars pour son quatrième week-end, ça fait monter ses recettes nayionales à 157,7 millions (le deuxième plus gros carton de la Paramount en 2015 derrière Bob l’éponge le film 2 et ses 162 millions). Et mondialement, Rogue Nation en est à 438,5 millions, soit le quatrième plus gros score de la franchise juste devant Mission : Impossible III(397,9 millions en 2006). En sachant que la sortie du film en Chine (co-productrice) en septembre prochain devrait lui permettre de faire péter l’altimètre. Avec 10,6 millions pour son premier week-end, le film d’épouvante Sinister 2 démarre moins bien que le premier Sinister : 18 millions en octobre 2012. Mais alors que Sinister avait coûté 5 petits millions, Sinister 2 en a coûté le double. Et, plombé par un bouche-à-oreilles peu flatteur, parvient à peine à rembourser ces 10 millions au démarrage. Dommage, hein, si le film avait coûté aussi peu cher que le premier on aurait pu parler de succès de routine -tout comme Gallowsen found footage sorti en juillet qui a rapporté 22 millions à Warner pour un investissement de 100 000 dollars.
La promo de Sinister 2 n’a pas su atteindre son cœur de cible : les jeunes. Et sans jeunes, pas d’argent.
Autre perdant du week-end, Hitman : Agent 47 tire à blanc. Seulement 8,2 millions de dollars de recettes sur trois jours, c’est très insuffisant pour un film adapté d’une franchise de jeux vidéo populaires et doté d’un budget de 35 millions.
Conçu à l’origine -début 2013- avec Paul Walker dans le rôle-titre (depuis Rupert Friend a remplacé l’acteur décédé) pour faire oublier le premier film Hitman de 2007 par Xavier Gens, Agent 47 s’est fait flinguer en règle par la critique et n’a pas réussi à attirer les fans du jeu en salles -ces derniers préfèrent après tout jouer à Hitman plutôt que de regarder un acteur jouer le super-tueur à gages. Le défi des films adaptés de jeux : le spectacle doit être meilleur que la manette. Résultat, la Fox essuie son deuxième échec de l’été après celui de 4 Fantastiques.
C’est un sale temps pour les flingues -et ceux qui les manient- de toutes façons. Après son démarrage très, très tiède de la semaine dernier, Agents très spéciaux – Code U.N.C.L.E. se retrouve cinquième du top en deuxième semaine. 7,4 millions de dollars de mieux, de quoi porter ses recettes US à 26,6 millions seulement. Pour un film qui a coûté 75 millions, c’est la panade, la vraie. Malgré son casting (Henry Cavill, Guy Ritchie à la réalisation) U.N.C.L.E. a raté ce que Kingsman : Services secrets a réussi en début d’année : faire une film d’espion vintage un peu cool. Et le studio Warner, qui n’a passé l’été 2015 qu’avec un seul succès (Magic Mike XXL) est en train de revoir sa stratégie.
Signalons aussi l’échec au démarrage d’American Ultra, en sixième position : ça semblait être une bonne idée de réunir Kristen Stewart et Jesse Eisenberg six ans après Adventureland : Un job d’été à éviter en 2009 (17 millions de dollars de recettes) sur un scénario écrit par Max Landis, fils de John Landis (Les Blues Brothers) qui a gagné ses galons de scénaristes avec Chronicle réalisé par Josh Trank. Réalisé par Nima Nourizadeh, qui a démontré son talent de « rapporter plein de fric avec peu de sous » avec le très rentable Projet X (dans lequel apparaissait Miles Teller, d’ailleurs) en 2012 chez Warner, American Ultra est une comédie d’action avec Jesse en caissier complètement stone qui est en fait un super-agent secret doué de super-pouvoirs.
Tout comme Projet X, American Ultra n’a coûté que 12 petits millions de dollars et aurait dû se rembourser sans efforts ce week-end. Et pourtant, le film ne rapporte que 5,5 millions. Même 30 minutes maximum avec Jesse démarrait mieux en 2011 avec 13,3 millions.
Quant à Kristen -qui n’a pas connu de succès sur son nom depuis la fin de Twilight en 2012- elle n’a pas ménagé ses efforts sur les réseaux sociaux et ses pages de fans pour promouvoir la sauce American Ultra, qui n’a pas pris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués par *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>