Bouteflika

Bouteflika évoque une nouvelle ère pour l’Algérie après le lancement satellite Alcomsat-1 : «Oublier les richesses, cap sur la technologie»

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a exprimé, hier, la volonté de hisser les technologies modernes dans notre pays tout en mettant le domaine spatial au cœur de la dynamique du développement économique, voire sa locomotive.

Dans un message lu en son nom par le SG de la présidence de la République, Habba El-Okbi, à l’occasion de la célébration du personnel de l’Agence spatiale algérienne (ASAL) pour la réalisation et la mise en orbite réussie du satellite algérien de télécommunications spatiales Alcomsat-1, le chef de l’état a reconnu  que «l’accès au numérique est la seule voie, désormais, pour le développement et la réussite de toute politique».
«Notre aspiration profonde est de hisser les technologies modernes dans notre pays aux premiers rangs dans le monde et de faire du domaine spatial une locomotive à d’autres secteurs», c’est en ces termes que le chef de l’état a appelé à tirer profit de cet acquis nommé Alcomsat-1 dans le but de «satisfaire l’Algérie». Tout en valorisant cette réalisation (Alcomsat-1), le président de la République a considéré celle-ci comme étant un «prélude d’une nouvelle ère».
Car, «le défi, pour nous aujourd’hui, est de maîtriser les technologies et ne plus compter sur les richesses, hélas éphémères, dont Dieu nous a gratifié». C’est pour ce, que le chef de l’état a appelé «les différentes institutions et organes de l’état ainsi que le secteur privé à l’exploitation optimale des services et applications que garantit ce satellite dans les divers domaines d’activités ».
De surcroît, pour le président Bouteflika «  le développement économique passe aujourd’hui par la maîtrise des technologies modernes et les disparités entre pays développés et pays sous développés s’expliquent par leur différence en termes de rapidité d’appropriation de la technologie». Dans un autre sillage, le chef de l’état a salué le rôle des scientifiques de l’Agence qui « viennent de prouver, à travers leurs réalisations, que l’acquisition et l’appropriation de la technologie ne nous sont pas inaccessibles et que nous ne sommes pas condamnés à l’achat uniquement de ce qui est produit par les autres ».
également, il a appelé les chercheurs et experts des universités et instituts, laboratoires et ateliers, à «concrétiser leurs expériences et inventions et de jeter des ponts avec les entreprises de production pour combler l’écart entre le monde de l’innovation et les domaines d’application de la production, du marketing et de la consommation et, partant, permettre à notre économie de passer à l’exportation hors hydrocarbure ». Plus loin, le chef de l’état a indiqué que ce nouveau satellite « permettra aux différentes entreprises nationales, tant publiques que privées, de bénéficier de services qui étaient l’apanage de compagnies étrangères et dont l’accès impliquait d’importantes sommes en devise forte », soulignant que « notre pays pourra ainsi être autonome dans ce domaine sensible, sans oublier l’utilité et l’importance des services et applications offerts pour le développement national dans ses différentes dimensions socio-économique culturelle et autres ».
Dans l’ensemble le Chef de l’Etat a affirmé que « Cette réalisation vise la promotion des technologies spatiales à des fins pacifiques»
Lamia Boufassa