fermes aquacoles

Blida : L’intégration de l’aquaculture à agriculture rencontre un franc succès

Le programme d’intégration de l’aquaculture à l’agriculture a rencontré un franc succès auprès des agriculteurs de la wilaya de Blida par son impact positif sur leurs récoltes, a-t-on appris du directeur de l’agriculture de la wilaya.
Selon Mohamed Laid Mokhtar, cette première expérience du genre (ensemencement d’alevins de poissons dans des bassins d’irrigation agricole), tentée au niveau de la wilaya, a rencontré un franc succès auprès des agriculteurs locaux qui ont été nombreux à introduire des demandes pour bénéficier des sessions de formation organisées en la matière portant sur l’ensemencement d’alevins de poissons dans des bassins d’irrigation agricole.
Il a fait part, à ce propos, de la mise au point d’un ambitieux programme visant la généralisation de l’élevage de poissons à travers les exploitations agricoles disposant de grands bassins d’irrigation agricole. La première étape de l’opération a englobé, a-t-il souligné, «quatre exploitations agricoles pilotes, dont les bassins d’irrigation ont été ensemencés d’alevins de poissons».
«Une session de formation, d’une durée de trois jours, a été organisée, à cet effet, au profit de 25 agriculteurs, avec un encadrement assuré par des techniciens de l’Ecole nationale de pêche de Bou Ismail (Tipasa)», a fait savoir, en outre, Laid Mokhtar, prévoyant d’autres sessions similaires, à l’avenir, «au vu de l’importante demande exprimée par les agriculteurs», a-t-il observé. Le responsable a expliqué cet engouement pour cette nouvelle activité agricole par ses dividendes financiers, outre son intérêt dans l’enrichissement des eaux d’irrigation agricole et, partant, leur impact sur la production agricole.
«L’élevage de poissons dans des bassins d’irrigation agricole est d’une contribution certaine dans la réduction de l’usage des engrais chimiques», a-t-il assuré à ce propos.
La wilaya de Blida compte un nombre considérable d’exploitations agricoles disposant de bassins d’irrigation, d’une capacité entre 6000 à 16.000 m3 d’eau, concernées, à l’avenir, par le programme d’intégration de l’aquaculture à l’agriculture.