Haya! Ooredoo

«Biper» sans crédit avec l’offre «Haya !» de Ooredoo

Ooredoo enrichit sa gamme d’offres prépayées et offre à ses clients une nouvelle façon de communiquer en les invitant à découvrir un nouveau monde de communication avec son offre exclusive prépayée « Haya ! ». L’offre prépayée et sans engagement « Haya ! » propose au client des avantages exceptionnels lui permettant de rester en contact avec ses proches en mobilité même après épuisement du crédit, avec notamment ; la possibilité de « biper » sans crédit qui est disponible gratuitement sur l’offre «Haya !». Simplifiée à l’utilisation, cette option est accessible à tout moment et vers tous les réseaux, sans conditions particulières ni engagement. «Haya !» permet également un accès à Facebook en mode gratuit, et aussi, effectuer des appels facturés à la seconde. La Sim «Haya !» est disponible pour les nouveaux clients à partir de 200 DA seulement, avec 100 DA de crédit initial au niveau du réseau de vente Ooredoo à travers tout le territoire national. Les clients Ooredoo peuvent basculer vers l’offre «Haya !» en composant *500#, en appelant le 333 ou en se présentant à un Espace Ooredoo, à un City shop ou à un Espace Service Ooredoo. En plus des nombreux avantages, le client Ooredoo a la possibilité d’effectuer des rechargements MAXY «Haya !» à partir de 1000 DA. En plus du crédit rechargé, le client bénéficie d’appels en illimité vers Ooredoo et de l’Internet gratuit. Simple, pratique et centrée sur les usagers, l’offre innovante «Haya !» de Ooredoo ouvre la perspective sur de nouveaux usages mobiles visant à maîtriser les budgets et à communiquer même sans crédit.

«Le Hic» expose pour la cause féminine à Alger
Une exposition de caricatures sur les thèmes des droits de la femme, de la violence faite aux femmes et de l’égalité des sexes a été inaugurée, samedi à Alger, par le dessinateur de presse et bédéiste Le Hic. Organisée en partenariat avec l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel (Aarc), l’exposition intitulée «Pour plus d’égalité entre les hommes et les femmes» réunit une trentaine de dessins parus dans la presse à différentes époques et quelques œuvres inédites. Dans une première série de dessin, Le Hic traite avec beaucoup d’humour de la violence physique et morale faites aux femmes pour montrer le difficile combat pour l’égalité et l’émancipation des Algériennes. Un combat que le dessinateur décline souvent en labyrinthe ou circuit balisé et fermé. Sur une autre variante du même thème, il aborde le rapport entre hommes et femmes en Algérie, montrant un dialogue souvent rompu, des relations amoureuses complexes et, phénomène nouveau, le harcèlement des femmes sur les réseaux sociaux. La célébration de la journée de la femme également présentée avec beaucoup de dérision par le trait du caricaturiste qui s’intéresse dans une dizaine de planches à «l’avant et l’après 8 mars» ainsi qu’à la place de la femme dans une société ballotée entre tradition et modernité. L’exposition marque le lancement d’une résidence de création organisée par «Onu Femmes», une entité des Nations unies pour l’égalité et l’autonomisation des femmes, en partenariat avec l’Aarc et qui vise au «renforcement de l’égalité homme-femme en Algérie», indiquent les organisateurs. Dessinateur de presse depuis plus de 20 ans, le Hic, de son vrai nom Hicham Baba Ahmed, a exercé dans plusieurs journaux algériens dont Le Matin, Le Soir d’Algérie ou encore Le jeune indépendant, avant d’intégrer en 2006 l’équipe du quotidien El Watan. Il a aussi édité six recueils de dessins et participé à plusieurs manifestations sur le dessin de presse et la bande dessinée. L’exposition «Pour plus d’égalité entre les hommes et les femmes» se poursuit jusqu’au 8 avril à la villa Dar Abdeltif.

L’Algérie célèbre «une heure pour la Planète» à travers le territoire national
La capitale, Alger a éteint ses lumières, samedi soir, pendant une heure (entre 20h 30 et 21h 30) à l’occasion de la grande manifestation environnementale au monde «une heure pour la planète 2017», organisée sous le haut patronage du président de la République, Abdelaziz Bouteflika.
Le wali d’Alger, Abdelkader Zoukh, en compagnie de Houda Faraoun, ministre de la Poste et des Technologies de l’information, a donné le feu vert pour l’extinction des lumières de la Grande Poste et ce avec la participation de groupe d’enfants appartenant à des clubs verts ainsi que l’association «Sidra», organisatrice de cet événement. De nombreux bâtiments officiels et autres sites ont également éteint leurs lumières, parmi eux la wilaya d’Alger, le Conseil de la nation, l’Assemblée populaire nationale, les artères du boulevard Zighoud youcef ainsi que le Mémorial du martyr (Maqam Echahid). La manifestation «une heure pour la planète» qui en est à son 12e anniversaire, a été lancée en 2007 à Sydney (Australie). C’est un évènement mondial auquel la population du monde entier y adhère en éteignant les lumières pour une durée d’une heure. L’Algérie signe de ce fait sa participation à cette manifestation en joignant d’autres pays de la région.

Violents orages mortels dans le nord-est de l’Inde
Des orages, accompagnés d’une pluie torrentielle et de vents violents, ont provoqué, samedi dernier, la mort d’au moins quatre personnes, coupé le courant et détruit quelques 700 habitations dans l’Etat indien de Tripura (nord-est), selon les autorités. La police a indiqué que trois personnes avaient été tuées et deux autres blessées dans l’ouest de cet État lorsque le véhicule dans lequel elles se trouvaient s’est renversé. «Le conducteur a perdu le contrôle du véhicule après avoir été frappé par une forte rafale», a précisé un policier. Un autre drame a vu une femme attendant le bus être écrasée par la chute d’un arbre dans la région d’Abhoynagar.
La radio publique AIR a ajouté que cette tempête avait aussi détruit quelque 700 habitations et provoqué des coupures de courant dans au moins quatre districts. «Les fortes précipitations et des vents de 50km/h ont balayé plusieurs endroits de l’Etat tôt samedi, causant des dégâts à des maisons à Unakoti, Dhalai, Sepahijala et certains districts de l’ouest de Tripura», a-t-elle noté. Les services météo locaux ont prédit la poursuite des orages et des pluies pour les deux prochains jours.

Partenariat de financement entre la Fondation Alstom et «SOS Villages d’enfants international» en Algérie
La Fondation Alstom et «SOS Villages d’Enfants International» en Algérie, ont signé une convention de partenariat pour le financement d’importants travaux de rénovation du Village d’enfants de Draria (Alger). Ce Village accueille plus de 150 enfants originaires de différentes wilayas du pays, notamment les victimes du séisme, survenu en mai 2003, à Boumerdès. De plus, dans le cadre de la journée de solidarité du 25 mars, des employés d’Alstom Algérie ont bénévolement effectué des activités de jardinage et de bricolage dans le Village. Créée en 2007, la Fondation Alstom soutient et finance des projets proposés par les salariés d’Alstom, qui s’associent à des organisations à but non lucratif et à des partenaires locaux. Quant au Village d’enfants de Draria, construit en 1992, il permet d’offrir un réconfort aux enfants privés de leurs parents, et de rassembler les fratries. Ce projet a été sélectionné parmi plus de 100 dossiers. Le don fait par Alstom permettra la rénovation intérieure et extérieure de l’ensemble des maisons-familiales des enfants du Village.

Oran : un gala artistique dédié à la paix et l’amour du pays
Le palais des sports d’Oran a vibré samedi au rythme de la musique et de la poésie dans le cadre d’un gala dédié à la paix, la stabilité et l’amour du pays, organisé par l’Office national de la culture et de l’information (ONCI) en collaboration avec le ministère de la Jeunesse et des Sports et le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales. Un gala artistique coloré, qui a vu la présence de près de 18.000 jeunes des wilayas d’Ain Temouchent, Tlemcen, Mostaganem, Tiaret, Sidi Bel-Abbes, Tlemcen et Oran, a indiqué, à l’APS, la Directrice générale de la Jeunesse au ministère de la Jeunesse et des Sports, Samia Benmeghsoula, félicitant les artistes d’avoir réussi à faire passer le message. . «Des jeunes qui ont réussi à créer, le temps d’un après-midi, une relation positive entre toute la jeunesse algérienne du Nord au Sud du pays, une sorte d’union sacrée entre une jeunesse et sa patrie», a affirmé un technicien de ce plateau artistique, Aissa Hassan de l’ONCI. Ce programme artistique a vu défiler les groupes «Jarristes» d’Oran et «Linda Blues», les chanteurs Houari El Galb, Amine Casba mais aussi le groupe Bladna , pour dire non à la politique de la chaise vide mais pour préserver la paix et montrer son amour et son attachement à la patrie . La chanson «Bladna» a fait sensation. Interprétée par Azzou et Karim le Gang auxquels s’est joint le reste du groupe a donné de la voix à ce rendez-artistique et plus d’expression avec l’entrée de scène du jeune rappeur Lies Chouafi et de la très sollicitée Samah Akla qui n’est autre que la fille du grand compositeur Taïssir Akla, connu pour avoir composé «Tawratou el Ahrar».