opep3

Aujourd’hui, s’ouvre à Alger, la réunion de suivi de réduction Opep-non Opep : Dessous de cartes des marchés pétroliers

La 10ème réunion du Comité ministériel conjoint de suivi de l’accord de réduction de la production pétrolière des pays de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole Opep et non-Opep se tiendra aujourd’hui à Alger.
Les accords précédemment conclus justement à Alger ont eu l’effet immédiat de maintenir dans un premier temps les prix du baril à un niveau qui a vacillé entre 70 et 80 dollars, avant de chuter sous l’effet des spéculateurs des marchés pétroliers, mais aussi sous les menaces tantôt claires, tantôt cryptées du président américain Trump. L’Arabie saoudite n’a pas eu des positions constantes, et a impacté sur le cours des marchés, de même que l’augmentation de la production américaine en gaz de schiste.
Toute cette mouvance géostratégique n’altère pas le jeu, plus insidieux des majors pétrolièrs, qui, par le biais des marchés pétroliers les plus influents, comme le Nymex, influent sur le cours du baril pour en acheter plus lorsque celui-ci est en chute et en revendre lorsque les prix remontent. Cette spéculation a eu souvent un impact très préjudiciable pour les pays producteurs, qui se trouvent à brader leur production et à mettre en péril leur économie.
Le Comité ministériel conjoint de suivi de l’accord de réduction de la production pétrolière des pays de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole Opep et non-Opep a été créé par la 171ème Conférence ministérielle de l’Opep, tenue le 30 novembre 2016, et par la réunion ministérielle conjointe Opep-non Opep le 10 décembre 2016 à Vienne.
C’est lors de la tenue à Alger de la 170ème réunion extraordinaire de la Conférence ministérielle de l’Opep en septembre 2016 que les pays membres de cette organisation avaient décidé d’ajuster leur production, dans un intervalle de 32,5 à 33 millions de barils par jour (mbj), et de créer un Comité de haut niveau présidé par l’Algérie en vue d’élaborer les détails de l’accord.
Ces détails ont été définis dans une proposition algérienne adoptée lors de la 171ème réunion ordinaire de la Conférence ministérielle de l’Opep tenue en novembre 2016 à Vienne.
Présidé par le ministre saoudien du Pétrole et co-présidé par son homologue russe, le JMMC est composé de quatre pays membres de l’Opep (Algérie, Arabie saoudite, Koweït et Venezuela) et de deux pays non membres (Russie et Oman).
Cette 10ème réunion du JMMC permettra de « connaitre la situation du marché pétrolier international et d’œuvrer au maintien de son équilibre ». Ayant dépassé les objectifs de l’accord, avec des niveaux de conformité record dépassant parfois même les 150%, l’Opep a convenu en juin dernier de limiter à 100% le niveau de respect des engagements, induisant une augmentation effective de l’offre de l’ordre de 757.000 barils/jour.
I. M. A.