Urgences

Au premier jour de l’Aïd El Adha : Les urgences des CHU n’ont pas désempli

En dépit des mises en garde, suivies par des consignes de sécurité à adopter au cours des opérations de sacrifice du mouton de l’Aïd, plusieurs victimes de blessures ont été dénombrées à Alger. On parle de centaines de personnes admises aux urgences des CHU de la capitale. La mauvaise manipulation des outils du boucher ont été à l’origine des cas signalés.
Des centaines de personnes ont été admises aux urgences médico-chirurgicales des différents centres hospitaliers de la Capitale durant les deux jours de l’Aïd al-Adha pour des blessures dues à une mauvaise manipulation des objets tranchants intervenant dans le sacrifice et des complications de maladies chroniques, ont déclaré, hier à l’APS, les responsables de ces structures. 90% des cas admis aux urgences médico-chirurgicales des centres hospitalo-universitaires (CHU) Lamine-Debaghine de Bab El-oued, Mustapha Pacha et Issad Hassani de Beni Messous durant les deux jours de l’Aïd al-Adha sont liés à des blessures dues à la mauvaise manipulation des objets tranchants (couteaux, haches) intervenant dans le sacrifice et à des indigestions, selon les médecins de garde au niveau de ces structures.
Les autres cas admis dans les CHU de la capitale durant l’Aïd sont liés à des complications de maladies chroniques ; comme le diabète, l’hypertension artérielle et l’asthme. Les permanences médicales et paramédicales ont été renforcées et la pharmacie centrale a été approvisionnée en prévision de l’Aïd al-Adha, période durant laquelle le nombre d’accidents domestiques augmente. Plusieurs cas de crises d’asthme ont été enregistrés et des cas d’hypertension artérielle, de diabète et d’indigestion ont été enregistrés au niveau des mêmes services, a affirmé de son côté le médecin Bouzar.N. Selon Abderahmaene Mimouna, chef de garde au service des urgences au CHU Mustapha Pacha, le service a enregistré, durant les deux jours de l’Aïd, prés de 400 patients dont plus de 150 cas liés aux blessures lors des opérations d’abattage et 200 cas dûs aux complications des maladies chroniques tels que le diabète et l’hypertension artérielle ainsi que trois cas liés aux accidents de la circulation.
R. N.