AT

AT s’engage à rembourser ses clients suite aux récentes perturbations de l’Internet

Le rétablissement de la connexion internet, annoncé pour 1 heure du matin, a été retardé à 2 heures du matin, en raison «des complications techniques» rencontrées lors de la fusion, par l’équipe italienne, du câble de la fibre optique sous-marin, a annoncé, hier, Algérie Télécom (AT), relevant qu’elle s’engage à rembourser ses clients à la hauteur de la durée des perturbations. «Dès lors, nos équipes ont effectué les tests et les réajustements nécessaires pour garantir la fonctionnalité du câble et la précision des fusions du câble de la fibre optique sous-marin réalisées», a expliqué l’Entreprise soulignant que «les tests se sont finalement avérés concluant, tôt ce matin, où la connexion internet a été rétablie pendant une durée d’heure, entre 7h40 et 9h». Toutefois, «l’alimentation du câble en énergie doit être interrompue pendant que l’équipe à bord du navire procède à la couverture de la jonction pour sécuriser les brins fibre optique fusionné», a expliqué AT. Le chef de mission prévoit une durée de «6 à 7 heures» pour s’y faire, a-t-elle noté, précisant que pendant ce temps, «nos équipes continuent à veiller à l’optimisation et la sécurisation du trafic, dans le même schéma tracé hier». Algérie Telecom a tenu à présenter «ses excuses» à ses «aimables» clients pour «les désagréments» causés par la sécurisation du câble sous-marin SMW4. Pour rappel, le ministère de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication avait annoncé, mardi dernier, que le trafic internet sur le câble sous-marin d’Annaba, qui a subi le 6 mars dernier des dommages suite à des intempéries, sera interrompu vendredi entre 1 heure et 18 heues, afin de procéder à son transfert vers de nouveaux branchements.

Un bébé irakien né avec huit bras et jambes opéré avec succès, en Inde
Un bébé irakien né avec huit bras et jambes, dont deux sortant de son estomac, a été opéré avec succès en Inde, a indiqué une source médicale. Nourrisson de sept mois, Karam est né en Irak avec une condition extrêmement rare, dont seuls cinq ou six cas existent dans le monde. Dans l’utérus, deux jumeaux ont fusionné mais sans qu’un des fœtus soit totalement absorbé. Le père de l’enfant, Sarwed Ahmed Nadar, a emmené son fils en Inde où des docteurs près de New-Delhi ont enlevé les membres supplémentaires en trois opérations chirurgicales successives. « Il nous a été amené alors qu’il n’avait que deux mois et son cas était assez unique. La plupart des chirurgies que nous avons utilisées n’avaient jamais été tentées auparavant », a déclaré à la presse Gaurav Rathore, un consultant orthopédique membre de l’équipe médicale. « Jusqu’ici, notre entreprise a été couronnée de succès. Karam est un jeune bébé très courageux. En fait, c’est un enfant très joyeux », a-t-il ajouté. Les chirurgiens de l’hôpital Jaypee de Noida, ville satellite de la capitale indienne, ont d’abord détaché les membres accrochés à l’estomac. Après avoir corrigé une complication cardiaque, ils ont pu procéder au retrait des autres membres. En grandissant, Karam nécessitera de nouvelles opérations chirurgicales pour corriger d’autres anomalies.

La Corée du Nord dévoile un missile mer-sol balistique
La Corée du Nord a dévoilé, hier, pour la première fois, un missile mer-sol balistique stratégique (MSBS) à l’occasion d’un défilé militaire à Pyongyang, ont rapporté des médias. Le projectile a été aperçu lors du défilé militaire organisé à l’occasion du 105e anniversaire de la naissance de son fondateur, Kim Il Sung, célébré comme une fête nationale dans le pays que l’on appelle «Jour du soleil», selon les médias. La version récente du missile balistique sol-air à longue portée de type Lightning, testé il y a un an, et dont la portée est de 100 km, ainsi que le missile MSBS de type Polaris d’une portée de 1 000 km, ont été dévoilés à l’occasion du plus grand défilé militaire dans l’histoire de la Corée du Nord. Ces célébrations se déroulent cette année dans un climat de vive tension avec les États-Unis, alors que Pyongyang se livre à de nouveaux essais nucléaires ou balistiques.

Quand les enfants algériens écrivent au SG de l’ONU
Le ministère de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication organise, aujourd’hui, à l’occasion de la fête du Savoir, au niveau du siège de la Direction générale d’Algérie Poste, une cérémonie de remise des prix aux finalistes du Concours national de la composition épistolaire, lancé à travers le territoire national, via le réseau des établissements scolaires, avec le concourt du département de l’Éducation nationale, en préparation du concours international annuel de l’Union postale universelle (UPU). Les enfants de moins de 15 ans, de l’ensemble des wilayas du pays, ont été mis en concurrence à l’effet d’écrire une lettre adressée au nouveau Secrétaire général des Nations unies pour lui proposer de l’aider à résoudre un problème de l’humanité qu’ils jugent prioritaire. Cette thématique retenue cette année par l’Union postale universelle «Imagine que tu es conseiller/conseillère du nouveau Secrétaire général de l’ONU, quel problème l’aiderais-tu à résoudre en premier et comment faire pour y parvenir» ?

Égypte : Un ex-ministre de Moubarak condamné à sept ans de prison
Une cour pénale égyptienne a condamné, samedi, Habib el-Adly, qui fut ministre de l’Intérieur sous le président Hosni Moubarak, à sept ans de prison pour détournement de fonds publics. Adly, qui fut longtemps à la tête de l’appareil sécuritaire égyptien, a été acquitté d’autres accusations voici deux ans. En 2014, il avait été également blanchi, tout comme Hosni Moubarak et six collaborateurs, d’accusations liées à la mort de manifestants lors du soulèvement de 2011, qui aboutit à leur chute. Hosni Moubarak a été libéré en mars après six ans de détention. Habib el-Adly peut faire appel de sa condamnation devant la Cour de cassation, la plus haute instance judiciaire civile d’Égypte.

Des combats font au moins 14 morts dans une ville du Soudan du Sud
Quatorze personnes au moins ont été tuées à Raga, au Soudan du Sud, lors de combats entre les forces gouvernementales et un groupe rebelle, a déclaré samedi un porte-parole des insurgés. Les rebelles ont brièvement occupé cette ville du nord-ouest du pays, proche de la frontière avec le Soudan et la République centrafricaine, avant de se retirer en direction de leurs bases arrière voisines, afin de se préparer à contre-attaquer. Le Soudan du Sud est en proie aux violences depuis 2013, quand le président Salva Kiir, de l’ethnie des Dinkas, a limogé son vice-président, Riek Machar, qui appartient à celle des Nuers.
Lundi dernier, au moins 16 personnes ont péri dans Wau, ville à 300 km de Raga, où des soldats de l’armée nationale ont bouclé les rues et où leurs alliés des milices ont fouillé les maisons en quête de membres de certaines minorités ethniques.

Grèce : sauvetage d’une cinquantaine de migrants en mer ionienne
Les garde-côtes grecs escortaient samedi vers l’île de Céphalonie, en mer ionienne, un navire chargé d’une cinquantaine de migrants, que des passagers avaient signalé en détresse dans la matinée, ont indiqué leur bureau de presse. Les passagers, dont le nombre exact et la nationalité ne sont pas encore connus, « semblent en bonne santé », a précisé une porte-parole. Le bateau, escorté d’une patrouille côtière, devait rallier dans la soirée un port de l’île de Céphalonie. La mer ionienne sépare la Grèce de l’Italie. Elle est devenue ces derniers mois la principale porte d’entrée en Europe des migrants et réfugiés, après la fermeture de la route migratoire des Balkans, et l’entrée en vigueur en mars 2016 du pacte UE-Turquie. Cet accord a réduit de façon significative le flux migratoire au départ de Turquie vers les îles grecques de la mer Égée, après le passage en 2015 de plus de 800 000 réfugiés, surtout Syriens. Mais le verrouillage européen a aussi relancé le trafic migratoire au départ de la Grèce, avec notamment la reprise des passages en mer ionienne vers l’Italie.