Ouyahia

Après avoir réuni les alliés du Gouvernement / Ouyahia formel : «L’opposition n’est pas exclue»

Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, intervenant, hier, soit au lendemain de sa réunion avec les quatre partis (FLN-RND-MPA-TAJ) composant l’alliance autour du Président Bouteflika, a évoqué les rapports du Gouvernement avec l’opposition politique. En effet, s’estimant mise à l’écart puisqu’elle n’a pas été conviée à cette réunion, Ouyahia n’a pas pris des détours pour lui répondre. Pour lui, il est tout à fait normal pour le Gouvernement qu’il dirige de faire appel à «ses alliés politiques» à la veille du lancement des débats parlementaires sur son plan d’action, devant être soumis dimanche prochain. Autrement, au-delà de s’assurer du soutien de ses partenaires politiques, lesquels sont appelés à adopter sa feuille de route, «l’opposition n’a été ni exclue ni écartée», a affirmé le chef de l’Exécutif sur la chaine publique «ENTV». Même s’il s’attend d’emblée à ce que son plan d’action soit «rejeté» par les partis adverses, Ouyahia qui s’en réfère aux règles démocratiques, dit «respecter l’opposition». «Il est naturel, dans un système démocratique, que le Gouvernement se réunisse avec ses alliés avant de s’engager dans un débat démocratique où la présence de l’opposition est nécessaire». En d’autres termes, si le Gouvernement de la majorité se réunit aujourd’hui, ce qui est une tradition, avec les partis qui ont soutenu le programme de Bouteflika depuis 2014, cela s’entend une «alliance naturelle». Quant à l’opposition d’en face, Ouyhia ne semble point lui fermer la porte, à plus forte raison que «le siège du Premier ministère relève de l’État algérien et que tout parti désirant s’y réunir est le bienvenu s’il en exprime l’intention». À noter des propos d’Ouyahia ceci : Même si l’opposition n’est pas invitée à cette rencontre, les portes de l’institution gouvernementale lui sont ouverte si elle voudrait apporter ses observations sur le plan d’action. Dans tous les cas de figure, le débat est éminent dans la prochaine séance parlementaire de dimanche. Abordant la crise économique, le chef de l’Exécutif juge, encore une fois une «conjoncture économique difficile». Une raison pour laquelle, le Gouvernement adresse au peuple «un message d’espoir et de sérénité politique reposant sur des bases réalistes que nous aurons l’occasion d’expliquer ultérieurement ».Tout en s’engageant à mener à bien sa mission telle qu’elle a été édictée par le programme du chef de l’État, Ouyahia a appelé à la solidarité de tous, aussi bien un message adressé aux partis politiques de l’allégeance que les partenaires sociaux-économiques (UGTAPatronat).

MOTION DE SOUTIEN DE L’UGTA ET DU PATRONAT

Dans une rencontre regroupant, hier, l’UGTA, et le Patronat (FCE, la CIPA, la CNPA, la CAP, l’UNEP, l’AGEA, l’UNI, et la CGEA), tenue au siège de la Centrale syndicale, ces partenaires socioéconomiques ont réitéré leur soutien et leur solidarité au Gouvernement. Autrement, accompagner la mise en oeuvre de son plan d’action, devant être soumis aux débats dimanche prochain à l’APN. A travers une déclaration signée et sanctionnant cette rencontre, l’UGTA et le Patronat ont affirmé «leur détermination à continuer le dialogue et la concertation instaurés par le Président Bouteflika». Tout en se référant aux dernières directives émises par Bouteflika qui a appelé à la «solidarité et la cohésion », les deux partenaires ont rappelé leurs engagements contenus dans le Pacte nationale économique et social.

La Rédaction