Amar Rouaï

Ancienne gloire de l’équipe du FLN, Amar Rouaï tire sa révérence

L’ancien joueur et figure emblématique de la glorieuse équipe du Front de libération nationale (FLN) Amar Rouaï s’est éteint, samedi matin en France, à l’âge de 85 ans, des suites d’une longue maladie, a appris l’APS hier. Rouaï sera inhumé jeudi à El Eulma sa ville natale, selon ses proches. Natif de la ville d’El Eulma, le 9 mars 1932, le défunt a commencé sa carrière de footballeur dans le club de sa ville natale à l’âge de 15 ans, avant de tenter une carrière professionnelle en France à l’âge de 20 ans. Il a joué dans des clubs amateurs puis il a embrassé une carrière de joueur professionnel à Besançon ensuite au SCO Angers jusqu’à avril 1958, date à laquelle il a répondu à l’appel du FLN pour constituer la glorieuse équipe du FLN. Amar Rouaï avait porté 78 fois le maillot de l’équipe du FLN (1958-1962) avant de connaitre son unique sélection officielle avec l’équipe nationale de l’Algérie indépendante contre l’égypte le 4 juillet 1963 à Alger. Après l’indépendance, le défunt a terminé sa carrière de footballeur avec une dernière saison à Angers avant de se convertir en entraîneur du côté du MC El Eulma, de l’USM Bel-Abbès, de la JS Kabylie, de l’ASM Oran, du MC Oran (avec lequel il gagnera le titre de champion d’Algérie en 1988). Il emmènera, aussi, le MCO jusqu’à la finale de la Coupe d’Afrique des clubs champions en 1989 et finalement le RC Relizane. Amar Rouaï avait également entraîné l’équipe nationale olympique entre 1975 et 1980 et parviendra à gagner la médaille d’or aux Jeux méditerranéens organisés à Alger en 1975 en qualité d’adjoint du sélectionneur Rachid Mekhloufi dans une finale épique contre la France olympique (3-2).

Une centaine d’échouages de cétacés en Algérie en 20 ans
L’Algérie a enregistré une centaine d’échouages de cétacés, des dauphins principalement, entre 1997 et 2017, a indiqué à l’APS une chercheur au Centre national de recherche de développement de la pêche et de l’aquaculture (CNRDPA) Interrogée en marge de la 4ème Conférence biennale sur la conservation des cétacés dans les pays du sud de la Méditerranée, qui a pris fin dimanche à Oran, Mme Souad Lamouti a indiqué que la base de données du CNRDPA fait état d’une centaine d’échouage dont deux prises de pêche accidentelles. Si la majorité des cas à travers le territoire national sont signalés, ceux concernant des prises accidentelles ne sont pas signalés, les pêcheurs, craignant d’avoir des problèmes, préfèrent souvent les taire, a-t-elle souligné. La base de données du même centre signale, par ailleurs, l’échouage d’une dizaine de tortues de mer, des espèces fragiles, au cours de la même période, fait-t-on savoir de la même source. Les cétacés du bassin méditerranéen sont sujets à de multiples menaces liées au trafic maritime qui provoque des collisions avec les mammifères marins, aux activités d’extractions pétrolières, génératrices de bruits qui perturbent la communication entre ces mammifères, à la pêche accidentelle, à l’échouage, aux filets fantômes et aux activités touristiques.

Le concombre de mer pourrait tuer les cellules cancéreuses
Des scientifiques russes, allemands et suisses ont réussi à démontrer qu’une des substances produites par un concombre de mer serait susceptible de tuer les cellules d’une tumeur cancéreuse. Les concombres de mer (Cucumaria) sont des animaux marins de forme cylindrique, présents dans l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent, de l’océan Arctique jusqu’au cap Code. Or, certains soigneurs attribuent aux extraits de ce concombre des propriétés aphrodisiaques ou antiseptiques, jamais toutefois démontrées scientifiquement. Toujours est-il que leurs prétendues propriétés anticancéreuses ont récemment été mises à l’étude par des chercheurs de l’Université fédérale d’Extrême-Orient (Russie), épaulés par leurs collègues allemands et suisses. Les scientifiques ont notamment réussi à découvrir dans l’organisme d’une certaine espèce de concombres de mer une nouvelle substance biologiquement active, qui serait capable de lutter effectivement contre des cellules cancéreuses. «L’efficacité de la substance biologiquement active frondoside-A a été testée sur des modèles de cancers de la vessie et du système lymphatiques résistants aux médicaments de chimiothérapie connus à ce jour. La frondoside-A est même capable de tuer les cellules cancéreuses dépourvues de p53, protéine responsable de la protection cellulaire», ont expliqué les chercheurs, tout en soulignant la nécessité de tester la nouvelle substance sur des organismes vivants.

Deux touristes piétinés à mort par un éléphant en Zambie
Deux touristes, belge et néerlandais, ont été piétinés à mort par un éléphant dans un parc animalier de Zambie après s’être approchés trop près du pachyderme pour le photographier, a annoncé dimanche la police. Les voyageurs ont été tués samedi lors d’un safari au Maramba River Lodge dans la ville touristique de Livingstone (sud), près des chutes Victoria. «Une Belge de 57 ans et un Néerlandais de 64 ans ont été tués en s’approchant de l’éléphant pour le prendre en photo», a déclaré dans un communiqué le porte-parole de la police Danny Mwale. Selon lui, les policiers arrivés sur les lieux ont découvert les deux corps à terre, portant de nombreuses blessures. Les cas de touristes tués par des animaux sauvages pendant des safaris en Afrique sont assez fréquents.

Enquête sur des malversations à l’ambassade d’Allemagne à Paris
Le ministre des Affaires étrangères allemand Sigmar Gabriel a ordonné une enquête sur les allégations faisant état de travail dissimulé et de fausses facturations au sein de l’ambassade d’Allemagne à Paris, a affirmé dimanche le ministère. Le ministre a demandé une « inspection spéciale » sur les pratiques présumées dénoncées par deux ex-salariés de l’ambassade qui ont assigné l’état allemand devant la justice française pour « travail dissimulé » et « licenciement abusif », a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. « Ce système de rémunérations non déclarées mis en place au sein de l’ambassade prévoyait des compléments de revenus en espèces pour les employés, en partie grâce à un mécanisme de fausses facturations liées à des événements organisés à la résidence de l’ambassadeur, notamment par des entreprises, avait rapporté le journal Le Monde qui avait révélé l’affaire. « Les sommes en jeu porteraient sur plusieurs centaines de milliers d’euros depuis 2007″, avait affirmé le quotidien précisant que « les deux salariés en litige avec l’ambassade estiment avoir été licenciés pour avoir remis en cause ce système ». Le ministère allemand des Affaires étrangères avait indiqué qu’il allait se pencher sur les allégations des deux anciens salariés avant d’admettre des irrégularités passées, en réponse à une parlementaire des Verts. Cette affaire « doit être complètement éclaircie et les responsables (doivent) rendre des comptes », a déclaré la parlementaire des Verts, Franziska Brantner, au quotidien Koelner Stadt-Anzeiger.

La Russie risque-t-elle d’être absente des JO 2018 ?
La décision finale sur la participation de l’équipe russe aux JO 2018, à Pyeongchang, doit être prise par le CIO début décembre. En attendant, l’AMA pourrait décider, jeudi prochain, de ne pas restituer ses droits à l’Agence antidopage russe, bien que rien ne prouve l’existence d’un programme institutionnalisé de dopage en Russie. L’Agence mondiale antidopage (AMA) ne restituera pas les droits à l’Agence russe antidopage (RUSADA) lors de la réunion du conseil des fondateurs de l’organisation, a fait savoir le journaliste allemand Hayo Zeppelt à la chaîne télé ARD. Cette décision pourrait se traduire par la suspension de l’équipe russe des Jeux olympiques de 2018, qui auront lieu en Corée du Sud, a souligné Zeppelt. «La Russie n’a pas reconnu d’implication au niveau de l’état dans le programme de dopage et n’a pas attribué l’accès à sa base d’échantillons, ce qui a été réclamé [par l'AMA]», a dit le journaliste. En novembre 2015, l’AMA a accusé la Russie de nombreuses violations des règles d’antidopage. L’Agence a également émis une décision sur le non-respect par la RUSADA du Code de l’AMA. La question de la réhabilitation de la RUSADA sera analysée le 16 novembre. Auparavant, le Daily Mail a communiqué que l’informateur de l’AMA Grigori Rodchenkov avait transmis de nouvelles informations à la commission du Comité international olympique concernant le dopage des athlètes russes. La décision finale quant à la participation des sportifs russes aux Jeux de Pyeongchang doit être prise par la Commission exécutive du CIO début décembre.