Sellal

Alors qu’il annonce le remboursement des crédits ANSEJ : Sellal souligne le «soutien» indéfectible de l’État aux jeunes

La promotion des Petites et Moyennes entreprises a été, hier, au coeur des premières assises nationales sur la micro-entreprise, organisées par la Fédération nationale des jeunes entrepreneurs à l’École supérieure d’hôtellerie et de restauration à Aïn- Benian (Alger). Prenant part, à cet événement de grande envergure, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, qui était accompagné d’une importante délégation ministérielle, a assuré les quelque 1 000 jeunes entrepreneurs présents à la cérémonie que l’Algérie continuera à soutenir les Petites et Moyennes entreprises qui contribuent au développement économique de tout le pays. «L’État a soutenu et continuera à apporter son soutien et aide aux porteurs de projets, et de renforcer les capacités des petites entreprises, notamment celles activant dans les secteurs à haute valeur ajoutée, ou ceux s’inscrivant dans la chaîne de valeur mondiale, à l’instar des technologies de l’information et de la communication, de l’industrie mécanique et l’agro-alimentaire », a déclaré le chef de l’exécutif, tout en annonçant le rééchelonnement du remboursement des crédits contractés par ces entreprises pour résoudre leurs problèmes en termes de liquidité. Plus loin, il a affirmé que la totalité des crédits alloués à travers différents mécanismes de soutien à l’emploi, en l’occurrence, Ansej, Cnac, Angem a atteint 681 milliards de DA. «La totalité des crédits alloués, à travers les différents mécanismes de soutien aux jeunes, a atteint quelque 681 milliards de DA», a-t-il faits avoir, tout en précisant que le remboursement de ces crédits s’effectue de manière régulière. Répondant ainsi aux «mauvaises langues» qui affirmaient que l’État va entamer des poursuites judiciaires à l’encontre des bénéficiaires de projet, Sellal a précisé que les retards dans le remboursement des crédits ne représentent que 19% de la totalité des projets alloués. Sur ce point, il a précisé que cette opération (de remboursement) se déroule selon les procédures bancaires conventionnelles. Plus rassurant, il dira que ce qui est diffusé au sujet du non remboursement de crédits sont «des rumeurs sans fondement», voire «une insulte à des centaines de milliers d’Algériens qui travaillent et déploient des efforts pour gagner, honnêtement, leur vie». Les dispositifs d’aide ont permis de créer 2 millions d’emplois De surcroît, le chef de l’exécutif a, dans son allocution, affirmé que les mécanismes Ansej et la Cnac ont permis de financer et de créer un grand nombre de PME ayant généré deux millions de postes d’emploi, faisant observer que plus de 190 000 micro-entreprises ont été créées par des jeunes diplômés de l’université, des centres de formation professionnelle. Toujours aussi rassurant, Sellal a fait part de la disponibilité du gouvernement à améliorer les mécanismes actuels relatifs à la création des micro-entreprises et à l’entreprenariat chez les jeunes de même que leur accompagnement ». Le Premier ministre a affirmé en outre que «tout ce qui a été entrepris par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, également président du parti du Front de libération nationale, va dans le sens de l’édification nationale et la préservation de la paix et de la stabilité de l’Algérie», appelant ainsi les jeunes «à préserver cet acquis».

«N’ÉCOUTEZ PAS CE QUE DISENT LES PESSIMISTES»

En sus, le Premier ministre a adressé un message aux «pessimistes » qui remettent en doute le programme du Président. Ne mâchant pas ses mots, il appellera les «jeunes algériens» à ne pas écouter ces discours alarmistes. «N’écoutez pas les discours de ces pessimistes qui fournissent des données erronées, et qui n’hésitent pas à semer la crainte parmi vous», at- il lancé dans une salle archicomble, décorée des couleurs de l’emblème national, pour marquer la fête de la Victoire. Par ailleurs, Sellal a affirmé que cette rencontre a permis de constater qu’«une orientation qualitative a été enregistrée vers les projets à caractère tertiaire et industriel, après l’arrêt du financement des activités non productives». Notons que ces premières assisses sont organisées sous le slogan «Les Petites entreprises, un outil de diversification et de développement de l’économie nationale», se clôtureront aujourd’hui avec une série de recommandations.

Lamia Boufassa