Banane

Alors que le kilo des bananes est cédé à 350 DA : La pomme de terre, toujours inaccessible !

En dépit des mesures prises par le gouvernement, à savoir l’autorisation d’importation des bananes et le déstockage de la pomme de terre, les prix demeurent élevés pour le second aliment cité. Le citoyen ne sait plus à quel saint se vouer devant une mercuriale en folie. En effet, sur les étales des marchés d’Alger, les tarifs de ce produit à très large consommation se sont envolés, alors que les bananes ont connu une baisse atteignant le 1/3 de leur prix d’il y a quelques semaines.
En effet, six opérateurs économiques (cinq privés et un public) se sont vus octroyer des licences d’importation de bananes, en vue d’importer, dans un premier temps, une quantité de 55 000 tonnes de ce fruit. Rappelons qu’en 2016, les quantités des bananes importées s’étaient établies à 201 320 tonnes pour un montant de 142,3 millions de dollars contre 247 027 tonnes pour 182,2 millions de dollars en 2015. Toutefois, l’on se pose la question si cela contribuera-il efficacement et de façon permanente à la baisse des prix. Également, si ces nouvelles dispositions apporteront éventuellement une solution à la flambée des prix de ce fruit exotique et permettront effectivement une stabilisation des prix de la banane. En tout cas pour le moment il n’en est rien pour la pomme de terre dont le prix s’envole. Lors d’une virée effectuée, au marché «Ali Mellah» à champs de manœuvres, à Alger, réputé pour être un marché à des prix accessibles aux consommateurs, nombreux était les citoyens, qui sont venus concocter et faire leurs courses matinales. Sur la flambée des prix, les marchands évitent de s’étaler : « Pourquoi vous ? nous interrogez, allez demander au marché de gros », crient t’ils. « Au marché de gros, la pomme de terre est cédée à 90 DA le kilogramme », jure un commerçant. À Ali Mellah, elle était cédée à 110 DA. Elle a pris 30 DA en si peu de temps pour atteindre 110 DA et 120 DA chez certains commerçants. « On ne peut pas cacher le soleil avec le tamis, c’est faramineux comme prix », déplore Anis un père de famille, fonctionnaire de son état, qui était assommé par le prix de cette dernière.

Baisse importante du prix de la banane
Quant à la banane, elle a connu tout de même une baisse importante. En effet, cette dernière est passé de 950 Da/kg a 350Da/kg. Mohammed, retraité de son état, trouve que ce n’est toujours pas accessible au simple citoyen. Il ajoute que, c’est de la folie d’importer de la banane, il dira que la priorité revient aux médicaments et non à la banane. « Plusieurs médicaments sont en rupture, le citoyen doit se soucier d’avantage », a-t-il détaillé ses propos. «Il y a pas mal de fruits locaux, la banane n’est pas une nécessité, c’est un fruit, qui n’est pas recommandé sauf pour les tuberculeux » a-t-il conclut.

Légumes et fruits à des prix exorbitants
Par ailleurs, les prix affichés dans les marchés « populaires demeurent exorbitants, ce qui crée un sentiment de désarroi pour les ménages qui se plaignent davantage de la cherté de la vie. En fait, l’effet des nouvelles dispositions de la loi des finances 2017 semblent être clairement tangibles sur les prix des fruits et des légumes avec des hausses vertigineuses, ceci, quelques mois depuis leur mise en œuvre. Ainsi, la tomate a également augmenté de 30 DA pour atteindre 170 DA/kg, la salade était affiché à 100 DA/kg, elle a baissé de 40 DA/kg, quant aux aubergines, elles étaient à 100 DA/kg, les haricots verts cédés à 250 DA/Kg, idem pour la carotte et le crambe avec 60 DA/kg, tandis que l’oignon était à 70DA/kg. En outre, la courgette et les artichauts ont été affichés à 80 DA/kg, les petits pois à 150 DA/kg, le chou-fleur 140 DA/kg, le poivron vert 160 DA/kg, et les navets 80 DA/kg. Les fruits enregistrent également une hausse sensible. En effet, les fraises ont été cédées entre 200 DA à 350 DA/kg selon la qualité, les pommes à 320 DA/kg, et à 950 DA/kg pour celles importées. Les oranges à 150 DA/kg cédées à 120 DA/kg selon leurs qualités, et la Thomson fraiche était a 180 DA/kg, la nectarine quant a elle était à 600 DA/kg. Le melon pour sa part était a 400 DA/kg, les avocats à 800 DA/kg, la pastèque à 280 DA/kg, les raisins importés à 1600 DA/kg, la mandarine quant a elle, à 300 DA/kg, et le kiwi était affiché à 1 200 DA/kg, selon la qualité et les magasins. Ainsi, les prix peuvent changer d’un marché à un autre. Pour conclure, il convient de souligner qu’a quelques mois du Ramadhan, la mercuriale risque de se chauffer d’avantage !
Djedjiga Hamitouche