Ahmed Belhadj, président du MC Oran : «Notre destin est entre nos mains»

Le président du MC Oran, Ahmed Belhadj, a estimé que ses joueurs n’ont désormais plus le droit à l’erreur du moment que leur destin dans la course au titre du championnat de Ligue 1 de football est entre leurs mains. Le MCO, qui reste sur deux lourdes défaites en déplacement contre le MC Alger (4-0) et l’ES Sétif (4-1) garde toutes ses chances pour terminer champion après la défaite du leader, le CS Constantine, sur le terrain de la JS Saoura (1-0) vendredi passé pour le compte de la 25e journée. Cette contre-performance arrangerait les affaires des Oranais si ces derniers venaient de battre le CR Belouizdad, vendredi prochain au stade Ahmed-Zabana à Oran en mise à jour du championnat, synonyme de réduction de l’écart qui les sépare des Constantinois à deux unités seulement avant cinq journées de la fin du championnat. «Comme nous allons accueillir le CSC chez nous, ce sera une aubaine pour aspirer à le déloger de son fauteuil de leader, mais à condition de ne plus reproduire les prestations des matchs contre le MCA et l’ESS «, a déclaré à l’APS le patron du club phare de la capitale de l’Ouest. Les Mouloudéens ont reculé à la troisième place après le report de leur match contre le CRB en raison des engagements de ce dernier en Coupe de la Confédération africaine, mais ils pourraient bien reprendre leur poste de dauphin, qu’occupe provisoirement le MCA, en cas de victoire face aux Belouizdadis. « Nous avons mis tous les moyens pour que le MCO termine au moins sur le podium cette saison. Les joueurs et le staff technique ne doivent pas nous décevoir», a encore averti Belhadj dit «Baba», qui vient de renouveler sa confiance à l’entraineur Moez Bouakaz, après la deuxième cuisante défaite en l’espace de trois rencontres. «Il faudra reconnaitre aussi que les arrêts à répétition du championnat nous ont freinés dans notre élan. En l’espace d’un mois et demi, nous avons disputé seulement trois matchs, ce qui s’est répercuté négativement sur la forme compétitive de mes joueurs qui étaient sur une courbe ascendante depuis le début de la phase retour , a regretté le président oranais.