Activité agricole féminine à Tizi Ouzou : Appel à commercialiser les produits sur le marché national

L’activité agricole féminine pratiquée dans la wilaya de Tizi-Ouzou gagnerait à être développée par la commercialisation des produits issus de cette activité au niveau national, notamment lors des foires et manifestations destinées au terroir, a affirmé le directeur local des services agricoles (DSA).

Intervenant à l’ouverture d’une journée «portes ouvertes» sur «la part de la femme rurale dans le développement de l’agriculture de montagne », organisée au Centre de loisirs scientifiques (CLS) par la DSA en collaboration avec l’Association femmes rurales (ASFRU), Laib Makhlouf a observé que «la femme paysanne est très active dans le secteur agricole au niveau local ». «Les produits issus de cette activité féminine rurale, créatrice de richesse et d’emplois, apportent une plus-value à l’économie», a-t-il souligné, indiquant que «les foires aux produits du terroir organisées par la DSA à travers la wilaya, visent à rendre visible leurs productions et à offrir à ces agricultrices un espace de vente». M. Laib a informé les agricultrices qu’un programme de formation est déjà lancé par la DSA pour améliorer notamment l’emballage de ces produits, leur conditionnement et l’étiquetage, afin de lui assurer une bonne place sur le marché national. «La relance de l’agriculture de montagne ainsi que la préservation et la promotion de l’agriculture féminine, spécifique à cette wilaya, est parmi les objectifs de la DSA », a-t-il assuré. De son côté, la présidente d’ASFRU, Cheurfa Zohra, qui a rendu un vibrant hommage aux femmes qui ont participé à la Guerre de libération nationale, a rappelé que cette association, créée en 2003, avait lancé plusieurs activités pour préserver et valoriser l’agriculture féminine», qu’elle a décrit comme «traditionnelle et biologique». L’association accompagne aussi les femmes dans des projets qui «valorisent la ressource et le patrimoine ainsi que les valeurs ancestrales», a-t-elle poursuivi. Pour ce faire, des journées de sensibilisation et de formation sur le recyclage des vêtements usagers, l’utilisation des teintures végétales, la préservation des semences locales, la transformation des huiles usagées en savon, la fabrication de fromages et la vannerie sont régulièrement organisées par ASFRU en faveur de femmes rurales de la wilaya, a rappelé Mme Cheurfa. Une riche palette de produits issus de cette activité agricole féminine, dont les fruits et légumes bios, des savons artisanaux, des miels et confitures et des objets de la vannerie de la région de Djemaa Saharidj (Mekla), a été exposée à l’occasion de cette journée. Aussi, lors de cet évènement, plusieurs communications ont abordé le rôle de la femme rurale dans le développement économique. Ainsi, Lamia Saboun, doctorante en sociologie de développement local à l’Université Mouloud Mammeri (UMMTO), a souligné l’importance du contexte économique comme «facteur positif» pouvant propulser l’entreprenariat féminin et concourir à «son émancipation sociale et économique». Il peut constituer, a-t-elle assuré, «une opportunité de développement de l’entreprenariat féminin et favoriser son émergence» s’il est conjugué «à une initiative individuelle consciente et soutenue «. Plaidant pour un aspect «qualitatif de l’entreprenariat qui ne doit pas s’encombrer de valeurs quantitatives», l’intervenante a relevé que l’entreprenariat «n’est pas uniquement l’affaire de l’individu, de sa famille ou de l’Etat, mais, constitue un tout, un système à mettre en place et une dynamique qui doit s’enclencher à la faveur de l’émergence d’une culture entrepreneuriale «. Celle-ci, a-t-elle précisé, est «tributaire de plusieurs facteurs, dont un environnement propice, la présence d’une information suffisante et d’une formation conséquente «.