Accusés de plusieurs délits : Un ex-maire de Skikda et son épouse sous les verrous

L’ex-président de l’Assemblée populaire communale (APC) de Tamalous, et son épouse ont été condamnés, mardi dernier, par le tribunal correctionnel de Collo (Ouest de Skikda) à six mois de prison ferme pour «faux et usage de faux, dilapidation de deniers publics et abus de pouvoir», a-t-on appris de source judiciaire. Les cinq autres personnes qui étaient poursuivies dans cette affaire, pour «complicité de dilapidation de deniers publics, abus de pouvoir, et faux témoignages», ont été relaxées, a ajouté la même source. Les faits de cette affaire remontent à l’année 2012, lorsque le président de l’APC de Tamalous a octroyé un lot de terrain de 4 000 m2 d’une valeur de 160 millions de dinars, de manière illicite et sans respect des lois en vigueur, à son épouse au motif qu’elle en était l’unique héritière. Les services de police avaient, alors, ouvert une enquête pour découvrir que le principal accusé s’était approprié un terrain appartenant au domaine public, situé dans la région d’El-Faj à proximité de la cité Mouloud-Belaska de Tamalous, destiné à la réalisation d’un hôpital. Cet élu a, par la suite, inscrit l’acte de propriété au nom de son épouse, avant de le rendre public, via un journal édité dans la région sud du pays. En juin 2016, le chef de l’exécutif local avait mis fin aux fonctions du président de l’APC de Tamalous et quatre membres de l’Assemblée dans le cadre de l’enquête déclenchée. Le procureur de la République avait, auparavant, requis une peine de 3 ans de prison à l’encontre du principal accusé, et 2 ans pour le reste des inculpés.