logements-aadl

À quelques semaines des législatives : La distribution de logements AADL s’accélère

Décidément, la cadence des opérations de distribution des logements AADL1, est passée au rythme supérieur, et ce, à la veille des élections législatives. En effet, ne lésinant aucun effort pour faire face à l’abstention, les pouvoirs publics semblent utiliser la carte du «logement», afin de regagner la confiance des citoyens.

Ainsi, à en croire les déclarations du directeur général de l’Agence pour la promotion et le développement du logement (AADL), Mohamed Tarek Belaribi, plusieurs opérations de distribution de logements seront entamées à partir de ce lundi à Alger et d’autres wilayas, et se poursuivront au cours des mois d’avril et mai. Annoncées en grandes pompes, ces opérations visent à en finir avec cette formule de location-vente, destinée à la classe moyenne, et dont les engagements de durée n’ont jamais été tenus. De ce fait, les souscripteurs commencent à voir le bout du tunnel. Après de longues années d’interminable attente, le gouvernement semble vouloir se débarrasser de ce « fardeau ». Le DG qui intervenait sur les ondes de la Radio algérienne, a affirmé qu’ « à partir de lundi, pas moins de 3.000 logements en location-vente seront distribués sur plusieurs sites d’Alger, et ce, à Reghaïa avec 1.200 logements, Ouled Fayet (Semrouni) avec 911 logements, le premier site Ouled Fayet avec 480 logements et Ain Malha avec 296 logements ». Assurant que cette opération ne sera que le début d’une importante série de distributions de logements AADL, il a ainsi avancé que 7.000 logements seraient octroyés à la fin avril prochain et 8.000 autres en mai. En outre, il sera procédé durant le mois de juin à l’exécution de la plus grande opération de relogement qui touchera 25.000 bénéficiaires dans plusieurs wilayas telles Mostaganem, Aïn Temouchent, Oran, Relizane, Annaba, Constantine, à laquelle s’ajoute la livraison de logements AADL dans les deux nouvelles villes de Bouinan et de Sidi Abdallah. À ce propos, il a rappelé que ces opérations de distribution s’ajouteraient à celles de plus de 19.000 autres logements qui avaient été octroyés dans différente régions du pays depuis octobre 2015. En ce qui concerne le programme AADL 1, le même responsable a fait savoir que plusieurs wilayas avaient réussi à clore définitivement ce dossier à l’instar d’Oran, Tipasa et Batna. Selon lui, dans le programme AADL 1 et 2, un nombre de 240.000 unités sont en cours de construction dont 70.000 logements relèvent du programme AADL 1 lesquels ont reçu l’ordre de versement de la 3ème tranche. Les bénéficiaires de ces 70.000 logements de l’AADL 1 vont recevoir par la suite les décisions de pré-affectation qui leur permettront de connaître leur logement avant de passer à la 4ème tranche et la remise des clés. Quant aux souscripteurs de l’ADDL 2, M. Belaribi a indiqué que 38.500 souscripteurs avaient choisi les sites. Une chose est sûre, la distribution des logements AADL 1 avant les échéances électorales, permettra au gouvernement de reconquérir la confiance des citoyens.
Ce qui va réduire la crainte de l’abstention massive aux législatives, et évitera tout dérapage sur le plan social. Surtout que le dossier du logement constitue la vraie bataille du gouvernement depuis plusieurs années. Rappelons enfin, que le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Abdelmadjid Tebboune, avait affirmé que le dossier AADL1 sera « définitivement » clôturé avant la fin du premier semestre 2017. La promesse sera-t-elle tenue cette fois ? Les souscripteurs ne cachent pas leur optimisme, même si les pouvoirs publics n’ont pas honoré leurs engagements par le passé.
Lamia Boufassa

Logement LPL : Pas de révision des critères d’éligibilité
En réponse à une question orale lors d’une séance plénière au Conseil de la nation, le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Abdelmadjid Tebboune, a affirmé que la révision du plafond salarial d’éligibilité au Logement public locatif (logement social) n’était pas actuellement à l’ordre du jour, au regard des difficultés financières que connait le pays. « La révision du plafond salarial augmentera automatiquement le nombre de demandeurs du logement social, ce qui nous plongera dans une spirale qu’il nous convient d’éviter à l’heure actuelle », a déclaré le ministre. Il convient de noter que le Logement public locatif plus connu sous l’appellation de logement social est un type de logement qui est réalisé par l´État (OPGI) sur fonds publics et destiné en principe aux catégories sociales défavorisées dépourvues de logement ou vivant dans des conditions précaires ou insalubres. D’ailleurs, le salaire mensuel du demandeur du logement public locatif ne doit pas dépasser 24.000 Da. Cependant, le ministre n’a pas écarté la possibilité de
« reconsidérer cette question ultérieurement en cas d’amélioration de la situation financière du pays », précisant que toute révision du décret définissant les règles d’octroi du logement LPL se limiterait uniquement aux mesures. « Il est de notre devoir d’améliorer les mécanismes garantis par ce décret afin d’attribuer les logements aux plus méritants », a-t-il souligné, préconisant de généraliser les mesures de contrôle au niveau de l’agence AADL pour la formule location-vente au logement LPL pour barrer la route aux fraudeurs.
L. B.