CNMA

À la faveur d’un partenariat BNA-CNMA : L’assurance agricole en mode e-banking

La Banque nationale d’Algérie (BNA) et la Caisse nationale de mutualité agricole (CNMA), ont procédé, hier, à Alger, à la signature de trois conventions de partenariat qui impliquent l’ensemble des caisses régionales de l’organisme assureur des agriculteurs.
En effet, Achour Abboud, P-DG de la BNA et Chérif Benhabiles, directeur général de la Caisse nationale de la mutualité agricole (CNMA), ont procédé à la signature d’une convention qui facilitera aux agriculteurs l’accès aux services bancaires, mis en place par la BNA. à cet égard, Achour Abboud a expliqué qu’a travers cette démarche, la BNA confirme son engagement à accompagner la CNMA dans sa dynamique de développement par la mise en place à travers l’ensemble de son réseau d’exploitation, réparti sur le territoire national, de services et de produits innovants répondant à ses besoins et à ceux de sa clientèle. Cette démarche, rentre également, en ligne droite dans la mise en œuvre de l’orientation stratégique de la BNA. Soulignons que cette dernière vise la contribution à la promotion des produits et services modernes dans le processus d’alimentation continu de la qualité de ses prestations. Ainsi, la BNA réitère sa volonté à participer à la croissance économique du pays en accompagnant les entreprises relevant des différents secteurs. Elle contribue également à la diversification de l’économie et la création d’emploi et cela conformément aux orientations des pouvoirs publics. Par ailleurs, les prestations de la BNA sont adossées à une convention de domiciliation des comptes de la CNMA et ses différentes caisses régionales auprès du réseau d’exploitation de la banque. Pour sa part, Chérif Benhabiles, a fait savoir que les adhérents à ce service bénéficieront d’une carte de paiement et la vente de produits de leurs produits agricoles et de pêches via internet par le service « e-paiement ». « Les services mis à la disposition des exploitants agricoles à travers le développement et la modernisation des outils de gestion qui vise l’amélioration de la qualité de service. Benhabiles a affirmé que le développement de l’agriculture passe d’abord par l’adaptation et l’utilisation des nouvelles technologies. « On ne peut pas parler de l’agriculture moderne sans l’adaptation des nouveaux outils technologiques tout en apprenant à travailler ensemble pour le développement de ce secteur ». « Sans l’adaptation des nouvelles technologies, nos entreprises sont appelées à disparaitre», a-t-il dit. L’objectif principal de cette convention « est d’aider les agriculteurs à instituer des systèmes de prévoyance nécessaire pour leur activité». Interrogé sur le choix de la BNA, le même responsable dira que ce choix n’est pas fortuit, une institution très importante, stratégique, et les services qu’elle offre conviennent impeccablement a notre réseau. « Les services offerts par la banque répondent aux besoins des agriculteurs et par rapport aux attentes se la CNMA», a-t-il précisé. Benhabiles a expliqué dans un autre contexte que, «sans innovation, nos entreprises sont appelées à disparaître». «Il est temps qu’on puisse travailler ensemble», a-t-il recommandé. Quand chacun travaille de son côté, ça ne donne jamais les résultats attendus », a-t-il poursuivi. Avec la BNA, nous sommes des partenaires complémentaires, nous travaillons dans un secteur où « Servir les agriculteurs et les pêcheurs est notre priorité», a-t-il conclu.
Djedjiga Hamitouche